Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

IVG (Interruption volontaire de grossesse)

La gestation humaine dure neuf mois. Lorsqu'elle est interrompue après le sixième mois, c'est un accouchement prématuré ; avant le sixième mois, il s'agit d'avortement, spontané ou provoqué. L'avortement provoqué a toujours été une pratique largement répandue dans tous les pays et à toutes les époques. Diverses méthodes empiriques étaient utilisées par les femmes elles-mêmes ou par des tierces personnes, avec les risques plus ou moins graves qu'elles comportaient : mortalité, infections (tétanos), hémorragies, embolies, avec, comme séquelle définitive, la stérilité. Interdit en France par deux lois de 1920 et 1923, l'avortement fut longtemps difficile à chiffrer. Dans son livre Des enfants malgré nous (1956) qui fit scandale parce qu'il dénonçait avec précision l'horreur de l'avortement clandestin, Jacques Derogy donnait le chiffre, sans doute excessif, d'un million d'avortements par an. Au début des années 1970, les évaluations les plus sérieuses faisaient état d'environ 300 000 avortements par an.

Les conditions misérables imposées aux femmes voulant avorter, particulièrement aux plus pauvres, furent un des puissants leviers de révolte et de libération des femmes à partir des années 1960, lorsque les conditions socio-économiques et les progrès de la médecine leur permirent de conquérir de nouveaux droits, au nom du principe de libre disposition de leur corps et de la maîtrise de leur fécondité. Les mouvements féministes et l'écho favorable qu'ils rencontrent dans l'opinion publique sont ainsi en grande partie à l'origine des législations plus libérales sur l'avortement adoptées en Europe comme aux États-Unis à partir des années 1970. Ces législations ont été condamnées pour des raisons éthiques et religieuses, en particulier par l'Église catholique, et restent violemment combattues par des mouvements minoritaires mais très actifs en Amérique et en Europe.

En France, la loi du 17 janvier 1975, dite loi Veil, s'inscrit dans cette perspective. Elle vise à mettre un terme aux pratiques clandestines dangereuses, en dépénalisant l'avortement et en le médicalisant sous le nom d'interruption volontaire de grossesse (I.V.G.). Cette loi est le résultat d'une mobilisation politique et militante intense de divers mouvements de femmes et féministes que Mai-68 a prolongée et amplifiée dans un climat de soudaine rupture.

Les luttes pour la légalisation de l'avortement

Le corps et la sexualité sont au cœur des nouveaux droits revendiqués par les femmes immédiatement après Mai-68, parce qu'ils ont longtemps été le lieu de leur oppression. Le slogan : « Notre corps nous appartient » clamé par les femmes, résume leur lutte. Celle-ci est décrite par Simone de Beauvoir dans Le Deuxième Sexe publié en 1949 : refuge de « l'espèce » qui s'insinue en elles à leur corps défendant et rivées à leur foyer par des maternités non désirées, les femmes sont exploitées par les hommes qui ont intérêt à les maintenir dans une position subordonnée pour jouir gratuitement d'un travail domestique non rémunéré. Quelle place trouve le droit à l'avortement dans cette rupture ?

Une revendication élémentaire

Tous les mouvements féministes n'ont pas revendiqué avec la même force ce droit. De l'aveu même de ses plus ardents défenseurs, il ne vaut que comme ultime garantie d'une libre disposition de leur corps par les femmes, en des temps où la contraception restait insuffisamment connue et pratiquée : malgré la loi Neuwirth de 1967, seules 7 p. 100 des femmes françaises y avaient recours en 1972, alors que l'avortement était encore un délit. Ainsi, bien que la contraception ait été et reste encore aujourd'hui l'horizon déclaré des droits des femmes, c'est par la conquête du droit[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de science politique
  • : docteur ès sciences biologiques, ancien maître de recherche au C.N.R.S., journaliste scientifique
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANTIHORMONES

    • Écrit par Dominique BIDET, Jean-Cyr GAIGNAULT, Jacques PERRONNET
    • 772 mots

    La notion d'antihormone s'applique aujourd'hui aux molécules capables d'inhiber de façon compétitive la formation du complexe hormone-récepteur. Sa définition première, désignant toute substance capable de s'opposer aux effets résultant de l'action d'une hormone, a donc été restreinte....

  • CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

    • Écrit par Pierre BRÉCHON
    • 6 934 mots
    • 4 médias
    ...18 ans, ce qui est une manière de reconnaître l'importance de la jeunesse. Simone Veil, ministre de la Santé, défend devant le Parlement une loi sur l'interruption volontaire de grossesse. L'avortement est désormais autorisé après des débats parlementaires très vifs : la nouvelle législation est en...
  • COUR SUPRÊME DES ÉTATS-UNIS

    • Écrit par Thomas HOCHMANN
    • 3 323 mots
    • 2 médias
    ...minorités. Dans l’arrêt Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization, rendu le 24 juin 2022, la Cour a renversé le précédent Roe v.Wade qui, depuis 1973, garantissait aux femmes un droit d’avorter dans certaines conditions. Elle envisage avec bienveillance toutes les restrictions et interdictions apportées...
  • FÉMINISME - France : du M.L.F. à la parité

    • Écrit par Muriel ROUYER
    • 4 272 mots
    • 1 média
    ...publié en avril 1971 par Le Nouvel Observateur), hésitait à s'engager collectivement par crainte du réformisme et des récupérations politiques. C'est toutefois grâce à l'appui des députés de l'opposition de gauche, et sous la pression de la rue, que fut adoptée la loi Veil du 17 janvier 1975 sur...
  • Afficher les 10 références

Voir aussi