IONIENS, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les sages de la Grèce

La naissance du rationnel

Le terme de sophos semble avoir désigné anciennement un homme habile, bien formé à quelque « technique » noble. De là, il serait venu à désigner un homme habile, bien formé dans les arts particulièrement estimés, parmi lesquels la prédiction des éclipses, l'arithmétique et la géométrie, et aussi la grammaire, la métrique et l'écriture. La philosophie grecque, dès le commencement, a pour base une réflexion sur la mathématique et la grammaire. Entre ces hommes habiles, les meilleurs se distinguaient par une ambition, une hauteur de projet héritées des faiseurs de cosmogonies. À la manière d'Hésiode, il faut savoir embrasser toutes choses divines et humaines, et raconter l'histoire depuis le commencement. Un sage est donc à la fois un homme éduqué par les techniques récentes, accoutumé à leur vocabulaire et à leur exigence de rationalité, et un homme versé dans « les plus grandes choses », ou « les choses du Ciel ».

C'est ce que signifie sinon l'histoire, du moins la légende des grands Ioniens. On peut prendre pour exemple leur chef de file, Thalès : on lui attribue la prédiction d'une éclipse ; comme il contemplait ces choses lointaines, il négligeait de voir le trou ouvert sous ses pieds ; et la servante barbare de railler le sage tombé dans le trou. Une autre histoire conte que le même Thalès avait prévu les conditions climatiques d'une récolte surabondante d'olives : il fit fortune en accaparant d'avance les récipients sur le marché. Ce mélange de savoir-faire et de hauteur désintéressée caractérise le sage. À son successeur Anaximandre, la tradition attribue l'invention d'une forme perfectionnée du cadran solaire et la rédaction d'une carte de géographie : peu de chose au prix de nos instruments de précision, mais ce peu de chose représente le passage à un mode rationnel de l'orientation dans l'espace et le temps, avec une capacité étendue de la triangulation des champs à celle de la terre explorée, et du calendrier des travaux et des jours aux ères calculées selon les déplacements de la ceinture zodiacale. De là à em [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris, ancien professeur à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  IONIENS, philosophie  » est également traité dans :

ANAXIMANDRE (VIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 530 mots
  •  • 1 média

De quelque quinze ou vingt ans le cadet de Thalès, et sans doute son élève : ce qui place sa maturité entre ~ 570 et ~ 565 environ. À la suite d'Aristote et de Théophraste, la doxographie ancienne lui attribue une place importante à l'origine des techniques, des sciences et de la philosophie. Il aurait dessiné les premières cartes de géographie et la première carte du ciel. Il aurait introduit en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anaximandre/#i_356

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les présocratiques »  : […] La philosophie n'est pas née à proprement parler en Grèce, mais dans les colonies grecques d'Asie Mineure. C'est à Milet qu'une lignée de physiciens, souvent appelés ioniens en raison de leur origine, commencent à spéculer, dès le début du vi e  siècle avant J.-C., sur la nature profonde des choses, c'est-à-dire sur ce qui, derrière les apparences, constitue leur principe (ἀρχή). La notion de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_356

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'école ionienne »  : […] Le premier grand nom de la science grecque est celui de Thalès (env. 625-547 av. J.-C.), fondateur de l'école ionienne, qui fleurit à Milet, en Asie Mineure, et dans l'île de Samos. Pour lui, la Terre est un disque circulaire flottant comme un morceau de bois sur une sorte d'océan dont la substance est source de tout et dont l'évaporation donne l'air. Anaximandre (env. 610-540 av. J.-C.), discipl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_356

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 234 mots

Dans le chapitre « Les Ioniens »  : […] Vers 600 avant J.-C., Thalès de Milet, le fondateur de l'école ionienne, semble avoir été le premier philosophe qui ait tenté de dégager une théorie cosmologique préscientifique des systèmes magico-religieux babyloniens et égyptiens. En effet, la conception centrale de la cosmologie de Thalès, selon laquelle l'Eau était l'élément primordial de l'Univers, ne doit pas être interprétée littéralement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theories-des-elements/#i_356

HÉRACLITE (VIe-Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 2 334 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un Éphésien sans maîtres »  : […] On ne connaît rien de certain concernant les dates d'Héraclite, ni aucun événement avéré de sa vie. Les calculs autorisés placent son « acmé » (environ la quarantième année) dans les premières décennies du cinquième siècle : à un âge impossible à préciser, Héraclite aurait donc vécu l'effondrement de la Grèce d'Ionie, y compris sa patrie d'Éphèse (chute de Milet, 498), la poussée perse vers l'Euro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heraclite/#i_356

PHYSIS

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 3 788 mots

Dans le chapitre « La « physis » présocratique et sa postérité »  : […] La négation d'Empédocle ne doit pas faire illusion, car ce dernier est lui-même l'auteur d'un poème Sur la physis , et la plupart des œuvres des présocratiques portent le même titre. Physis est donc d'abord le titre d'une question : D'où viennent les choses ? Comment naissent-elles et croissent-elles ? En quel sens l'étant vient-il à l' être ? Les réponses pourront diverger, et seuls certains prés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physis/#i_356

WILL EDOUARD (1920-1997)

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER
  •  • 984 mots

Issu d'une famille alsacienne protestante de Mulhouse, Edouard Will a manifesté toute sa vie une double passion pour la musique (comme pianiste, comme critique musical, mais aussi comme compositeur) et pour l'histoire. Après des études à l'université de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand et une participation active à la Libération dans la 1 re  armée française, il passe l'agrégation d'histoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-will/#i_356

Voir aussi

Pour citer l’article

Clémence RAMNOUX, « IONIENS, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ioniens-philosophie/