Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

INSTRUMENTS DE MUSIQUE Histoire et classification

L'instrument en lui-même peut être un objet unique ou former un système complexe ; il peut être conçu à partir de matériaux choisis ou façonnés à cette fin ; il peut être aménagé dans des objets détournés de leur fonction première.

Dans leur majorité, les instruments sont maniés directement ; cependant, il en est d'autres, mécaniques ou automatiques qui, au prix d'une conception préalable souvent subtile et d'une mise au point ingénieuse, font entendre de la musique sans l'intervention d'un musicien. Ces instruments, populaires ou raffinés, existent depuis de nombreux siècles et les exemplaires qui nous viennent de la Renaissance jusqu'à l'ère classique sont devenus de précieux documents ; leur place a été importante dans l'histoire de la musique.

Les origines

Dès la préhistoire, les instruments de musique existent ; les fouilles en témoignent. Leur petit nombre n'est guère représentatif, en raison de la fragilité des matériaux. Ce sont pour la plupart des aérophones, faits dans des cornes, des dents ou des os d'animaux. Les ethnies qui, aujourd'hui encore, vivent comme nos ancêtres de l'âge de la pierre, pratiquent une musique souvent complexe, à l'aide d'instruments aux matériaux et types variés, ainsi les aborigènes d'Australie ; l'étude de leur tradition instrumentale peut nous donner une idée de ce que furent les premiers instruments.

Les formes musicales ne sont pas obligatoirement à mettre en parallèle avec les instruments qui les interprètent : des musiques complexes, telles les polyphonies des Pygmées, ou celles de certaines populations d'Océanie, sont jouées à l'aide d'instruments fort simples. À l'inverse, un instrument produit par une technologie avancée peut souvent cacher des musiques dépourvues d'imagination.

Lorsqu'on se rapproche des périodes historiques, on dispose de documents plus nombreux et d'accès plus direct : textes littéraires, monuments figurés, instruments plus ou moins bien conservés. Cependant des énigmes demeurent : le timbre, la tessiture des instruments, le répertoire nous échappent, en l'absence de musique notée de façon perceptible pour nous. Un exemple : la musique de l'Antiquité égyptienne, dont l'instrumentarium est d'une rare variété et d'une grande richesse au vu des témoignages figurés, nous reste fermée, malgré des tentatives d'interprétation.

L'Antiquité gréco-latine nous a laissés démunis de textes musicaux réellement significatifs et d'indications détaillées sur les instruments, en regard de la place que tenait, nous le savons, la musique dans la société. Ce ne sont pas les quelques centaines de représentations, au demeurant fort bien étudiées, de lyres, de cithares, de syrinx, d'auloi ou de tambours sur cadre qui peuvent satisfaire notre soif de connaître la musique instrumentale de la Grèce antique dans toute son ampleur.

Plus près de nous, le Moyen Âge, qui regorge pourtant de monuments figurés, de traités théoriques et de partitions musicales dont la notation est d'une précision extrême, laisse encore le champ libre à des interprétations contradictoires. On assiste, de nos jours, en matière de musique instrumentale, à une re-création d'un Moyen Âge imaginaire, qui n'est peut-être qu'une résurgence du Moyen Âge architectural de Viollet-le-Duc, et qui fait sourire les musicologues sérieux.

Il faut attendre, dans nos contrées occidentales, la Renaissance pour évoluer sur un terrain plus sûr, la diversité et l'abondance des documents permettant une étude comparative et des recoupements avec les instruments conservés, dont un bon nombre sonnent encore.

Les instruments traditionnels, de France ou d'autres pays, instruments populaires ou destinés à des musiques savantes, s'insèrent dans toutes[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur en chef honoraire du patrimoine au musée de la Musique

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Instruments de musique : classification - crédits : Encyclopædia Universalis France

Instruments de musique : classification

Autres références

  • ACCORDÉON, en bref

    • Écrit par Eugène LLEDO
    • 1 064 mots
    • 4 médias

    L'accordéon est un instrument à vent à anches dites libres car ces fines lamelles métalliques qui produisent des sons lorsqu'un flux d'air les excite ne vibrent pas contre un support, comme c'est le cas, par exemple, pour la clarinette et son anche dite battante.

    L'instrument,...

  • ACCORDÉON

    • Écrit par Anne PENESCO
    • 385 mots
    • 1 média

    Instrument à vent, à anches libres métalliques ; la ventilation alternée y est produite par un soufflet à main permettant de contrôler constamment la pression d'air. Parmi les nombreux instruments, aujourd'hui disparus, qui utilisèrent le principe de l'anche libre métallique...

  • ALTO

    • Écrit par Juliette GARRIGUES
    • 982 mots
    • 8 médias

    Instrument de la famille des cordes, apparenté par sa forme au violon, l'alto est un peu plus grand que celui-ci – il mesure 67 centimètres environ, contre 59 –, est construit avec les mêmes matériaux et comporte le même nombre de pièces. Son archet est plus court mais plus lourd que celui du violon....

  • ALTO, instrument

    • Écrit par Pierre-Paul LACAS
    • 619 mots

    Instrument à cordes de la famille des violons. L'alto est légèrement plus grand que le violon ; il mesure en moyenne 67 centimètres, dont 40 pour la caisse ; les éclisses ont 4 centimètres de hauteur vers le manche et 4,2 cm au bouton de cordier. L'alto est accordé une quinte au-dessous du ...

  • Afficher les 216 références

Voir aussi