ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES)Langue

Médias de l’article

Aire dialectale de la «Teuthonia»

Aire dialectale de la «Teuthonia»
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Système des voyelles

Système des voyelles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Système des consonnes

Système des consonnes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


L'allemand est l'une des grandes langues de culture de l'Occident, malgré des revers récents qui lui ont fait perdre beaucoup de terrain à l'est de l'Oder, et sans doute aussi beaucoup de prestige. Cent millions d'hommes ont l'allemand pour langue officielle dans le monde ; pour de nombreuses minorités, d'autre part, c'est une patrie spirituelle. La parenté de l'allemand avec le néerlandais et, à un degré moindre, avec l'anglais et les langues scandinaves est évidente ; les germanophones sont souvent fiers de leur appartenance au groupe germanique. Mais l'allemand, beaucoup plus que le français, par exemple, est d'abord une langue officielle et écrite ; les dialectes sont restés très vivaces et constituent la véritable langue maternelle de beaucoup de personnes. Il faut donc toujours tenir compte d'une double réalité linguistique.

Préhistoire de l'allemand

Indo-européen et germanique

Des hommes établis vers 1200 avant J.-C. à la base du Jutland semblent être les ancêtres des Germains. Deux peuples, au moins, s'étaient mêlés : les occupants antérieurs, de qui nous ne savons rien, sinon qu'ils étaient agriculteurs, et des conquérants venus, peut-être, du sud-est de l'Europe. Ces derniers avaient imposé leur langue, issue de l'aire dialectale indo-européenne, c'est-à-dire ressemblant par un certain nombre de traits au latin, au celtique, au sanscrit, etc. : c'est le germanique, mais, faute de textes, on doit le reconstituer par comparaison. C'était en fait une aire dialectale, qui a duré au moins un millénaire : on se réfère le plus souvent à son dernier stade avant la dislocation, appelée « germanique commun ».

De l'indo-européen, le germanique a conservé l'alternance vocalique dans les racines ; mais il l'a systématisée et en a fait la base de la conjugaison dite forte (nimmt, nahm, genommen). À côté, il a créé une conjugaison « faible », caractérisée par un suffixe à dentale au prétérit (leg-te). La déclinaison a subsisté, elle aussi, mais un type jusque-là peu productif a reçu une grande extension, la déclinaison « faible » caractérisée par un e (nominatif singulier Knabe, autres cas Knaben). Le l [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur de linguistique des langues germaniques à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ALLEMANDES LANGUE ET LITTÉRATURES  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 21 068 mots
  •  • 16 médias

En 1795 – au milieu même de ce que la postérité devait dénommer le classicisme allemand –, Goethe fait paraître un bref article intitulé « Sans-culottisme littéraire ». C'était une réponse à un médiocre libelle qui venait de déplorer qu'il y eût en Allemagne si peu d'œuvres classiques. Depuis un demi-siècle, répond Goethe, on s'est précisément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul VALENTIN, « ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Langue », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-langue/