ILLUMINATIONS, Arthur RimbaudFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le jaillissement de la modernité

L'ensemble du recueil fonctionne à la façon de ce poème (« Marine »), par une tension entre forces centrifuges et centripètes, esthétique du fragment ou théorie d'ensemble. Il peut se lire comme une succession de « il y a », entre choses hasardeuses et mots fortuits, solderie sans espoir, ou comme une véritable entreprise s'achevant sur « Génie », poème dont Yves Bonnefoy fait « l'instant de vision sans ténèbres où une pensée s'accomplit [...] le bonheur souverain d'une sorte d'Il absolu. »

Néanmoins, rien n'est jamais fixé dans la poésie rimbaldienne. On peut la lire comme un manifeste de la modernité urbaine, démocrate et même socialiste. Mais la mise en spectacle de la ville ou des ouvriers ne reste jamais un spectacle, et la vue se transforme vite en vision, en mythe, en anarchie d'images : on quitte la ville elle-même pour un monde où « l'écroulement des apothéoses rejoint les champs des hauteurs/ où les centauresses séraphiques évoluent parmi les avalanches ». Et à celui qui, au contraire, croirait retrouver dans Illuminations la simplicité d'une relation pure avec la nature (« Au bois il y a un oiseau, son chant vous arrête et vous fait rougir »), les poèmes offrent un rêve qui a tôt fait d'anéantir toute référence au simple ici-bas : « J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse. » Et ce rêve lui-même n'a rien de durable à offrir : quand l'image semble s'être établie au sommet de ses ambitions, l'énonciation aussitôt la détruit : « Le pavillon en viande saignante sur la soie des mers et des fleurs arctiques ; (elles n'existent pas). »

Rimbaud a ici ouvert la voie à la poésie moderne, en lui laissant un avertissement qu'elle a parfois oublié : ne jamais jouir de la trouvaille.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : Professeur agrégé hors-classe, École normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud

Classification

Autres références

«  ILLUMINATIONS, Arthur Rimbaud  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 788 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L’essor du lyrisme poétique  »  : […] La poésie connaît au xix e  siècle une paradoxale mutation. Dominante dans les belles-lettres au début du siècle, elle voit son champ se réduire à la poésie lyrique et délaisser les registres narratifs et épiques. Seul genre à perpétuer la domination du vers, elle connaît une invasion de la prose. Incapable de nourrir ceux qui lui vouent une dévotion, la poésie n’en reste pas moins considérée com […] Lire la suite

RIMBAUD ARTHUR

  • Écrit par 
  • Jean-Luc STEINMETZ
  •  • 5 067 mots

Dans le chapitre « Les Illuminations »  : […] Le titre d' Illuminations , quant à lui, si éblouissant soit-il, n'apparut jamais sous la plume de Rimbaud (aucun des manuscrits actuellement connus ne le comporte). À plusieurs reprises, Verlaine, pour désigner des textes de Rimbaud, l'utilisera. D'abord dans des lettres envoyées à Charles de Sivry, où il les nomme « illuminécheunes » – ce qui laisse supposer une prononciation anglaise du mot. D […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hédi KADDOUR, « ILLUMINATIONS, Arthur Rimbaud - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/illuminations/