HYPOSTASE, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du grec hupostasis, ce qui est en dessous, au fond, d'où le sens de dépôt (Aristote), de fondement, de structure, de réalité par opposition à quelque fruit de l'imagination (Aristote). Le terme n'acquiert de sens philosophique que tardivement. L'Épître aux Hébreux, où Jésus-Christ est dit « empreinte de l'hypostase du Père », est la première attestation d'un usage philosophique ambiant. On remarquera que le terme peut désigner des réalités fort différentes, des choses matérielles (par exemple les corps célestes dans l'anonyme stoïcien Du monde) aux réalités participant à quelque statut extra-matériel (formes subsistantes). C'est chez Plotin (205-271) et chez les néo-platoniciens que le terme s'affirme pour désigner chacun des trois stades d'un univers hiérarchisé selon sa plus ou moins effective appartenance à l'Un absolu, première hypostase. L'Intellect (Noûs), deuxième hypostase, émane de l'Un et donne naissance à l'Ame du monde (Psychè), troisième hypostase, de toutes la plus éloignée de la pure unité, puisque animant le cosmos elle a commerce avec la matière, force négative de multiplication, de dispersion, véritable contre-hypostase, incapable, de soi, de s'unifier jamais. La Psychè, au niveau du monde humain, constitue par sa présence et par son mouvement ascendant l'amorce d'une conversion du sujet humain vers l'unité qui le sauve. Le christianisme puisera dans ces spéculations, qu'il accordera à ses exigences propres et notamment à ses ascendances bibliques, pour élaborer le langage de ses mystères et forger les concepts de sa dogmatique : une seule nature (ousia) en trois hypostases, Père, Fils, Esprit ; la deuxième assumant, du fait de l'Incarnation, de l'union dite hypostatique, les deux natures, divine et humaine.

—  Lucien JERPHAGNON

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HYPOSTASE, philosophie  » est également traité dans :

ARIANISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 2 432 mots

L'arianisme – du nom d' Arius, prêtre d'Alexandrie au début du iv e siècle, qui fut traditionnellement considéré comme le père de cette hérésie – est une réflexion doctrinale visant à approfondir le dogme chrétien de la Trinité et à éclairer le problème des relations, à l'intérieur de l'Être de Dieu, des trois personnes, Père, Fils, Esprit. Ce c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arianisme/#i_12658

CHALCÉDOINE CONCILE DE (451)

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 790 mots

Dans le chapitre « L'union hypostatique »  : […] La définition de Chalcédoine peut se résumer en quelques expressions techniques : le Christ est une personne, mais il possède deux natures unies entre elles « sans confusion ni changement, sans division ni séparation » ; les propriétés de chacune de ces natures restent sauves, mais appartiennent à une seule personne ou hypostase . Cette définition permet au croyant d'affirmer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concile-de-chalcedoine/#i_12658

FILIOQUE QUERELLE DU

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 001 mots

Nom donné à un conflit théologique qui a séparé et sépare encore l'Occident et l'Orient chrétiens et à l'origine duquel on trouve deux approches, différentes mais non opposées, du mystère de l'Esprit au sein de la Trinité. Les Pères latins, ainsi que certains Pères alexandrins, tel saint Cyrille d'Alexandrie, ont insisté sur la manifestation éternelle de l'Esprit, sa processio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/querelle-du-filioque/#i_12658

GRÉGOIRE DE NAZIANZE saint (330 env.-env. 390)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 582 mots

Dans le chapitre « Le théologien du paradoxe trinitaire »  : […] La pensée théologique de Grégoire de Nazianze s'exprime, dans ses discours, sous une forme plus hymnique que dialectique ; ici encore, on peut reconnaître l'influence du genre littéraire du « discours sacré », en même temps que le reflet d'un tempérament foncièrement poétique. Si la part du raisonnement y est réduite, du moins les formules bien frappées et lourdes de sens y abondent et elles servi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-de-nazianze/#i_12658

GRÉGOIRE DE NYSSE saint (330 env.-env. 395)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 874 mots

Dans le chapitre « Le théologien »  : […] Grégoire de Nysse est, avec son frère Basile de Césarée et leur ami commun Grégoire de Nazianze, l'un des trois grands théologiens cappadociens, qui sont à l'origine de la tradition théologique et mystique de l'Église d'Orient. Il se distingue par l'originalité et la hardiesse avec lesquelles il a su fondre en une synthèse nouvelle les traditions exégétiques héritées d'Origène, la dogmatique orth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-de-nysse/#i_12658

JEAN DAMASCÈNE (640 env.-env. 750)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 396 mots

Dans le chapitre « La synthèse de la christologie byzantine »  : […] La pensée de saint Jean Damascène constitue la vivante synthèse de la christologie des Pères grecs et surtout des élaborations proprement byzantines provoquées par les controverses qui, du v e au vii e  siècle, ont suivi le concile de Chalcédoine. En particulier, le Damascène assure une transmiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-damascene/#i_12658

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La tradition chrétienne »  : […] On devra se contenter d'un rapide survol, limité à la période patristique (et conciliaire) qui est, de fait, celle où s'élabora la doctrine qui, à travers les siècles, malgré des séparations institutionnelles postérieures et sans préjudice pour des interprétations théologiques diversifiées selon les écoles, devait rester professée jusqu'aujourd'hui dans les Églises chrétiennes. Le résultat le plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_12658

LOSSKY VLADIMIR (1903-1958)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 066 mots

Dans le chapitre « La révélation de la personne »  : […] La « distinction-identité » fondamentale, pour Lossky, est celle de la nature et de la personne, plus exactement de l'« ousie » et de l'«   hypostase ». Le Dieu qui se révèle en Jésus-Christ (« Moi et le Père nous sommes un ») est simultanément unité et diversité. L'« ousie » désigne un abîme inobjectivable parce qu'il s'inscrit dans la réalité méta-ontologique des personnes. Le Trois suggère « u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-lossky/#i_12658

MARCEL D'ANCYRE (mort en 374 env.)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 504 mots

Évêque cappadocien ; présent au concile de Nicée (325), Marcel d'Ancyre est, aux côtés d'Athanase, un ardent défenseur de la consubstantialité du Père et du Fils contre la doctrine arienne. Il écrit en 335, contre l'arianisant Astérius le Sophiste, un traité dont Eusèbe de Césarée a transmis des fragments dans les deux réfutations ( Contra Marcellum et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-d-ancyre/#i_12658

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 630 mots

Dans le chapitre « Plotin »  : […] Cette affirmation est évidemment le point d'arrivée et non pas le point de départ du plotinisme ; conclusion éthique et existentielle et non pas commencement philosophique. Le commencement, chez Plotin, est une réflexion sur l'être qui est avant toute chose, c'est-à-dire, à la lettre, sur le Premier (τ̀ο Πρ̃ωτ̀ον). On sait l'importance du néo-platonisme de Plotin dans la formation des grands cou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pantheisme/#i_12658

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 815 mots

Dans le chapitre « Le Christ et Dieu »  : […] Le second problème fondamental qui s'est posé aux Pères de l'Église fut celui des rapports entre le Christ et Dieu. Sur ce point, la réflexion théologique, à l'époque patristique, a été entraînée sur une voie qui l'a conduite aux spéculations métaphysiques les plus complexes. Les écrits néo-testamentaires avaient opposé le Christ selon l'esprit au Christ selon la chair, le Christ selon l'esprit re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patristique/#i_12658

PERSONNE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 549 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'étymologie à la métaphysique »  : […] Selon l'étymologie traditionnelle, « personne » vient du latin persona , terme lui-même dérivé du verbe personare , qui veut dire « résonner », « retentir », et désigne le masque de théâtre, le masque équipé d'un dispositif spécial pour servir de porte-voix. Cette étymologie est généralement attribuée à Boèce ( vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personne/#i_12658

PLOTIN

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 4 962 mots

Dans le chapitre « Le maître du néo-platonisme »  : […] On ne sait rien de sûr quant aux origines de Plotin. Probablement romain, il a dû naître en Égypte, peut-être à Lycopolis (l'actuelle Assiout) en 205. La biographie qu'a laissée Porphyre éclaire davantage sur sa carrière. Âgé de vingt-huit ans, il « s'attache à la philosophie », non à quelque mystérieuse sagesse orientale mais au platonisme éclectique qu'enseignait à Alexandrie Ammonios Saccas. A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plotin/#i_12658

Pour citer l’article

Lucien JERPHAGNON, « HYPOSTASE, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypostase-philosophie/