Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HYGIÈNE

L'hygiène du XXIe siècle

Le siècle dernier a enregistré, à partir de sa seconde moitié, des progrès considérables en termes de gain d’espérance vie. Dans le domaine des maladies infectieuses et parasitaires, les progrès des sciences médicales permettent de lutter à l'échelon mondial contre les affections qui exerçaient (et qui, dans certains pays, exercent toujours), d'importants ravages. La mise au point de nombreux vaccins a permis une prophylaxie collective : des millions de personnes sont vaccinées presque simultanément, afin d'établir un barrage, constitué par les sujets immunisés, entre l'agent pathogène et les sujets réceptifs. Cette prophylaxie de masse est amplement facilitée par la mise au point de vaccins polyvalents, qui associent les divers vaccins, permettant ainsi, dans un même temps, de créer une immunité contre plusieurs maladies.

Des mesures de surveillance (Règlement sanitaire international) ont été établies afin de protéger les pays contre les épidémies mondiales que provoquaient autrefois la peste, le choléra, la fièvre jaune, la variole, le typhus exanthématique et la fièvre récurrente. Cette réglementation consiste, entre autres, en l'application systématique de mesures d'isolement, de désinsectisation, de désinfection, de dératisation, selon la provenance des sujets, et en la pratique des vaccinations obligatoires pour les voyageurs se rendant dans certains pays. D'autres affections ont retenu tout particulièrement l'attention des hygiénistes : il faut citer le paludisme, la maladie du sommeil, la bilharziose, le trachome, la grippe, les maladies vénériennes, les diarrhées ; et tout récemment le virus de la grippe aviaire H5N1.

Cependant le tableau est loin d'être idyllique, car l'implantation de la civilisation industrielle dans les pays en développement ne fait encore que modifier les données du problème et les maux dont souffre encore leur population. Une partie de la population mondiale bénéficie d'une situation privilégiée. Malgré les efforts consentis dans le domaine de la santé publique, on n'a pas atteint partout cet « état de complet bien-être physique, mental et social » auquel aspirait l'Organisation mondiale de la santé : c'est ainsi qu'en plus des fléaux endémiques qui frappent toujours les populations à niveau de vie précaire on meurt de plus en plus du sida, dont la prévention auprès des jeunes s'impose dans tous les pays.

L'accroissement des maladies mentales, reconnu par tous, est un fait indéniable particulièrement dans les pays industrialisés. Il se fait ressentir aussi dans les pays en voie de développement, où l'industrialisation brutale crée une foule d'inadaptés ; la délinquance juvénile, qui traduit l'état de santé mentale d'une population, est en constante augmentation. Les psychoses, les névroses, les conduites suicidaires se rencontrent de plus en plus couramment, de même que les toxicomanies et l'utilisation des substances tranquillisantes. La protection de la santé mentale (« aptitude parfaite à nouer des relations harmonieuses avec ses semblables »), bien développée sur le plan curatif, nécessite un grand effort dans le domaine préventif ; il faut multiplier les organismes de dépistage, mais c'est principalement une action éducative d'hygiène mentale collective qui permettra de réduire ces manifestations pathologiques. Cependant, les maladies cardio-vasculaires et le cancer sont à l'heure actuelle les deux grandes causes de mortalité des pays bénéficiant de la civilisation industrielle ; l'étiologie ou les étiologies de ces affections sont connues : la sédentarité, le tabac, l'alcool, les erreurs alimentaires et l'environnement y jouent certainement un rôle non négligeable. L'intervention de l'hygiéniste s'impose donc ici dans[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire de santé publique, université de Lorraine, faculté de médecine de Nancy
  • : professeur honoraire d'hygiène, de médecine préventive et de santé publique à la faculté de médecine de Rouen, chef du service d'hygiène du CHU de Rouen

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Le terrain du choléra

Le terrain du choléra

Joseph Lister et Louis Pasteur

Joseph Lister et Louis Pasteur

Autres références

  • ACNÉ

    • Écrit par Corinne TUTIN
    • 3 313 mots
    • 4 médias
    La première est de conseiller aux acnéiques de se nettoyer la peau avec un gel adapté ou un pain sans savon, de ne pas recourir à des produits de maquillage ou crèmes hydratantes comédogènes, et d’éviter aussi les gommages de peau. Plus marqué par l’actualité de 2020-2021, l’usage de masques pour...
  • ASTHME ET IMMUNITÉ INNÉE

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 2 490 mots
    • 1 média
    ...du microbiome. Du côté de l’hygiénisme, cette étude démontre le rôle positif d’un monde microbien que l’on cherche généralement à éliminer au nom de l’hygiène. La tendance opiniâtre de l’hygiénisme, depuis la découverte des microbes, est en effet de diaboliser les micro-organismes et de les tuer pour...
  • CHOLÉRA

    • Écrit par Universalis, Henri-Hubert MOLLARET
    • 2 882 mots
    • 2 médias
    La prophylaxie individuelle repose surtout sur les mesures d'hygiène visant à supprimer tout risque d'ingestion de vibrions : stérilisation de l'eau, du lait, traitement antiseptique des crudités, cuisson prolongée des aliments, etc. La prophylaxie générale en zone d'endémie repose sur...
  • DÉCHETS

    • Écrit par Jean GOUHIER
    • 9 298 mots
    • 5 médias
    Dans la campagne du temps jadis, on expulse et disperse ses rejets sans graves dommages pour le voisinage. À la ville, le rejet familial rejoint la rue : épluchures, humeurs et odeurs variées des vases de nuit, déjections animales, litières diverses, boues fétides du sol piétiné par les hommes et les...
  • Afficher les 29 références

Voir aussi