Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HYDROLOGIE URBAINE

Effets hydrologiques de l'urbanisation

Les quantités d'eau

Sans qu'il soit encore possible de donner des estimations fiables, on s'accorde à penser que les très grandes agglomérations agissent sur les formations nuageuses et les précipitations : la modification de l'albédo (pouvoir réfléchissant) et de la rugosité des surfaces (bâtiments), les productions de poussières et de gaz sembleraient ainsi concourir à accroître les précipitations. Parlant de la mégalopole européenne telle qu'elle se développe de Milan à Dublin, Michel Serres a pu écrire : « cette plaque bouleverse depuis longtemps l'albédo, la circulation des eaux, la chaleur moyenne et la formation des nuages ou des vents » (Le Contrat naturel, 1990).

À une moindre échelle, ces effets peuvent être précisés. L'urbanisation accroît les volumes et les débits du ruissellement pluvial en raison de l'imperméabilisation des sols, d'une part, et de l'augmentation des vitesses moyennes d'écoulement sur les surfaces urbaines et dans les ouvrages d'évacuation, d'autre part. Si l'augmentation des volumes est sensiblement proportionnelle à l'imperméabilisation (voiries et toitures), les débits croissent beaucoup plus vite. Ainsi, l'urbanisation totale d'un secteur donné peut, localement, conduire à l'apparition, à fréquence égale, de débits de ruissellement plusieurs dizaines de fois supérieurs aux débits naturels.

A contrario, l'imperméabilisation des sols réduit l'alimentation des nappes souterraines. Cela peut donner lieu à un abaissement des débits d'étiage des ruisseaux et rivières urbaines et accroître la fragilité de ces milieux. Ces incidences peuvent être tempérées par les fuites des réseaux de distribution d'eau et d'assainissement. D'une manière générale, les constructions en sous-sol et les travaux pour leur stabilité et leur mise hors d'eau modifient souvent profondément les circulations d'eau souterraine.

Si l'on ajoute à cela les importations d'eau à des fins domestiques ou industrielles, eau rejetée après usage, l'urbanisation apparaît comme un bouleversement général des quantités d'eau mises en jeu dans le cycle naturel de l'eau dans un secteur hydrologique donné.

La qualité des eaux

Si l'on s'accorde à reconnaître depuis longtemps les effets nocifs des rejets d'eau usée domestique et industrielle, c'est seulement dans le courant des années 1970 que les recherches ont mis en évidence la pollution diffuse transportée par le ruissellement pluvial urbain et rejetée sans traitement par les réseaux d'évacuation. Il s'agit, en fait, d'une « redécouverte ». Dès la fin du xixe siècle, certains hygiénistes (dont le Français Durand-Claye au Congrès international d'hygiène de Vienne, en 1888) avaient souligné le caractère « nuisible » des eaux de ruissellement urbain.

Pollution des eaux pluviales urbaines - crédits : Encyclopædia Universalis France

Pollution des eaux pluviales urbaines

Les activités urbaines produisent, en effet, des quantités de poussières, débris et détritus qui sont entraînés par le ruissellement. Il en résulte une pollution dangereuse pour certains milieux récepteurs fragiles. Cette pollution, dans l'ensemble faiblement organique, est formée de diverses matières en suspension, de métaux, d'hydrocarbures. Une partie importante de ces éléments polluants provient des véhicules automobiles (plaquettes de freins, résidus d'échappement, fuites diverses, usures des pneumatiques, des carrosseries) (cf. tableau). Les concentrations et les charges de pollution véhiculées par les eaux pluviales urbaines sont généralement évaluées par le biais des matières en suspension (M.E.S.), de la demande chimique en oxygène (D.C.O. : estimation des éléments oxydables présents dans l'eau) et du plomb (Pb), ce dernier résultant du trafic automobile. Pour[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, directeur de l'Institut des sciences de l'ingénieur de Montpellier, université de Montpellier 2

Classification

Pour citer cet article

Michel DESBORDES. HYDROLOGIE URBAINE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Cycle de l'eau en milieu urbain - crédits : Encyclopædia Universalis France

Cycle de l'eau en milieu urbain

Pollution des eaux pluviales urbaines - crédits : Encyclopædia Universalis France

Pollution des eaux pluviales urbaines

Autres références

  • EAU CYCLE URBAIN DE L'

    • Écrit par Nassima MOUHOUS-VOYNEAU
    • 1 760 mots
    • 4 médias

    L’urbanisation est un phénomène de société qui consiste à densifier les villes. Ce phénomène a de nombreuses conséquences, dont deux qui affectent plus particulièrement le cycle urbain de l’eau : d’une part, la construction des habitations et la création des voies de circulation (routes, trottoirs,...

  • EAU - Les défis de l'eau

    • Écrit par Ghislain de MARSILY
    • 7 709 mots
    • 8 médias
    Les pollutions urbaines sont aujourd'hui, dans les pays d'Europe, de mieux en mieux maîtrisées grâce à la construction de stations d'épuration des eaux usées. Les rejets urbains en temps normal contiennent de la matière organique biodégradable, de l'ammoniac, des nitrates,...
  • EAU - Approvisionnement et traitement

    • Écrit par Georges BREBION, Cyrille GOMELLA, Bernard LEGUBE
    • 10 057 mots
    • 5 médias
    Les réseaux de collecte des eaux usées sont principalement de deux types : les réseaux séparatifs où les eaux usées urbaines sont totalement séparées des eaux pluviales (qui s'évacuent par ruissellement naturel ou dans un réseau pluvial séparé), et les réseaux unitaires où les eaux pluviales pénètrent...

Voir aussi