HYDRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Morphologie et anatomie de l'hydre verte

L'hydre verte, Chlorhydra viridissima, a la forme d'un sac allongé mesurant quelques millimètres de long ; elle vit en eau douce, fixée sur les plantes aquatiques par l'extrémité dite inférieure de son corps, étalée en disque adhésif. L'extrémité opposée, dite supérieure, est percée d'un orifice unique autour duquel se dispose une couronne de huit à dix tentacules très grêles. En été, des bourgeons s'observent généralement dans la partie inférieure de la colonne. La couleur de l'hydre verte est due aux algues microscopiques qu'elle héberge dans ses cellules endodermiques.

Hydre verte

Dessin : Hydre verte

Dessin

L'hydre verte. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La structure du corps est très simple. C'est un sac à double paroi, dont les deux strates cellulaires (ecto- et endoderme) sont séparées par une mince couche de mésoglée.

L'ectoderme est constitué essentiellement de cellules de revêtement, entre lesquelles s'insèrent des cellules sensorielles. Les cellules de revêtement peuvent se déformer grâce à des myofibrilles situées dans leur partie profonde qui se prolonge en ramifications musculaires entrelacées avec celles des cellules voisines. Les cellules myoépithéliales confèrent une importante contractilité à la paroi du corps.

Des cellules indifférenciées, regroupées en amas interstitiels, ont conservé un grand pouvoir morphogénétique. Suivant les circonstances, elles peuvent proliférer pour assurer la cicatrisation d'une blessure, la formation d'un bourgeon ou la production de gamètes.

Certaines cellules ectodermiques sont différenciées en cellules urticantes (cnidoblastes ou nématoblastes) servant à la capture des proies. Ces cellules sont particulièrement abondantes sur les tentacules.

Les cellules ectodermiques sont en relation, grâce à des synapses, avec un réseau de cellules nerveuses inclus dans la mésoglée. La structure des synapses, relativement primitive, ne varie pas en fonction du type cellulaire connecté au réseau nerveux (synapses dites « en passant ») ; les synapses interneuronales ont en outre la particularité d'assurer [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Hydre

Hydre
Crédits : K. Taylor/ Nature Picture Library

photographie

Hydre verte

Hydre verte
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de biologie marine à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  HYDRES  » est également traité dans :

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

  • Écrit par 
  • Catherine ZILLER
  •  • 4 437 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Déterminisme de la gamétogenèse »  : […] Quel est le déterminisme de l'état sexuel, c'est-à-dire de l'état physiologique dans lequel doit se trouver un organisme pour que ses cellules germinales, ségrégées tôt ou tard des autres lignées cellulaires, se différencient en subissant la gamétogenèse ? La question se pose d'une part pour les animaux chez lesquels le cycle biologique comporte les deux modes de reproduction, agame et sexuée ; […] Lire la suite

HYDROZOAIRES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER, 
  • Odette TUZET
  •  • 2 245 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Classe des Hydraires ou Hydroïdes »  : […] Les Hydraires ou Hydroïdes comprennent soit des formes polypes qui vivent solitaires ou qui donnent des colonies par bourgeonnement, soit des espèces avec alternance de formes polypes fixés et de méduses libres et sexuées. Cette classe a été divisée en trois ordres : Hydrides, Actinulides et Leptolides. – Ordre des Hydrides : ce sont des polypes solitaires ; leur type est l'hydre verte, étudiée d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves TURQUIER, « HYDRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hydres/