HYDRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Hydre

Hydre
Crédits : K. Taylor/ Nature Picture Library

photographie

Hydre verte

Hydre verte
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Nutrition

La nutrition des hydres est fondamentalement hétérotrophe et peut être rapportée à un mode particulier de prédation. Certaines espèces pratiquent en outre une nutrition osmotrophe, grâce aux symbiontes de nature végétale hébergés dans leurs cellules endodermiques.

La fonction prédatrice est assurée par les cnidoblastes ; l'excitation (mécanique ?) du cil sensoriel provoque l'ouverture de la capsule et la dévagination du filament urticant qui harponne la proie, permettant ainsi l'inoculation du venin. La capsule est solidement ancrée dans l'ectoderme et la mésoglée, grâce à des faisceaux importants de microfilaments.

Le « réflexe trophique » (contraction des tentacules et ouverture de la bouche) est déclenché par voie nerveuse grâce à l'activité de chémorécepteurs tentaculaires à haute spécificité. Chez les hydres, on a pu montrer que ces récepteurs sont sensibles à un petit polypeptide (glutathion) dont ils reconnaissent l'architecture moléculaire. Cette haute spécificité évite à l'hydre l'ingestion de particules non comestibles captées au hasard par les tentacules.

Dans la cavité gastro-vasculaire, la digestion des proies est assurée en deux temps : d'une part, lyse partielle sous l'action des enzymes libérées par les cellules glandulaires de l'endoderme ; d'autre part, phagocytose des fragments de proie et digestion intracellulaire dans les cellules flagellées. Des récepteurs membranaires très spécialisés permettent à ces cellules de sélectionner les particules susceptibles d'être digérées, de les capter et de les inclure dans une vacuole de phagocytose. Ces mêmes cellules sont également capables de développer une importante toison de microvillosités qui pourraient intervenir dans l'absorption directe des acides aminés à partir du contenu gastral.

La symbiose de certaines hydres avec des algues vertes appartenant au groupe des Chlorococcales assure à l'hôte un apport métabolique important, notamment sous forme de sucres (maltose). On a pu montrer expérimentalement que le carbone fixé par l'algue au cours de son acti [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur de biologie marine à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  HYDRES  » est également traité dans :

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

  • Écrit par 
  • Catherine ZILLER
  •  • 4 437 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Déterminisme de la gamétogenèse »  : […] Quel est le déterminisme de l'état sexuel, c'est-à-dire de l'état physiologique dans lequel doit se trouver un organisme pour que ses cellules germinales, ségrégées tôt ou tard des autres lignées cellulaires, se différencient en subissant la gamétogenèse ? La question se pose d'une part pour les animaux chez lesquels le cycle biologique comporte les deux modes de reproduction, agame et sexuée ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modes-de-reproduction-des-animaux/#i_7557

HYDROZOAIRES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER, 
  • Odette TUZET
  •  • 2 245 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Classe des Hydraires ou Hydroïdes »  : […] Les Hydraires ou Hydroïdes comprennent soit des formes polypes qui vivent solitaires ou qui donnent des colonies par bourgeonnement, soit des espèces avec alternance de formes polypes fixés et de méduses libres et sexuées. Cette classe a été divisée en trois ordres : Hydrides, Actinulides et Leptolides. – Ordre des Hydrides : ce sont des polypes solitaires ; leur type est l'hydre verte, étudiée d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydrozoaires/#i_7557

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves TURQUIER, « HYDRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydres/