HUSSERL EDMUND(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

8 avril 1859 Naissance d'Edmund Husserl à Prosznitz (Moravie).

1876-1881 Études de physique, mathématiques, philosophie aux universités de Leipzig et de Berlin.

1882 Thèse de mathématique sous la direction de K. T. Weierstrass dont il devient l'assistant, à Berlin.

1884 Retour à Vienne. Il se lie avec le philosophe Franz Brentano et reprend ses études de philosophie.

1886 Issu d'une famille juive, il se convertit à la foi chrétienne (luthérienne).

1891 Philosophie de l'arithmétique. Relation avec le logicien G. Frege.

1900-1901 Publication des Recherches logiques. Il devient professeur extraordinaire à l'université de Göttingen.

1913 Publication des Idées directrices pour une phénoménologie.

1916 Mort de son fils Wolfgang à la guerre. Nomination en tant que professeur ordinaire à l'université de Fribourg-en-Brisgau.

1928 Martin Heidegger, qui lui a dédié l'année précédente Être et Temps, lui succède à l'université.

23 et 25 février 1929 Conférences à la Sorbonne, publiées sous le titre Méditations cartésiennes.

Mars 1933 Après l'arrivée au pouvoir de Hitler, il est rayé de la liste des professeurs à cause de ses origines non aryennes.

1935 Conférences à Vienne et à Prague qui constitueront le noyau de la Crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale (1936).

27 avril 1938 Husserl meurt à Fribourg. Il laisse plus de 50 000 pages de textes sténographiés, qui seront publiés de façon posthume.

—  Francis WYBRANDS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HUSSERL EDMUND (1859-1938)  » est également traité dans :

HUSSERL EDMUND

  • Écrit par 
  • Gérard GRANEL
  •  • 8 638 mots

Edmund Husserl est tout simplement le plus grand philosophe apparu depuis les Grecs. Ce jugement subsiste, différent de celui des partisans de la « philosophie husserlienne » – et malgré, tout aussi bien, les adversaires de celle-ci – parce qu'il atteint dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmund-husserl/

HUSSERL EDMUND, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 198 mots

Fondateur de la phénoménologie, Husserl est, par l'ampleur de son œuvre et son influence, l'un des plus importants philosophes du xxe siècle. C'est contre la menace du « psychologisme », réduisant les idéalités à de pures productions psychologiques, et contre le relativisme, qui se limitait à faire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/husserl-e-en-bref/

LA CRISE DES SCIENCES EUROPÉENNES ET LA PHÉNOMÉNOLOGIE TRANSCENDANTALE, Edmund Husserl - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 809 mots

La réflexion ultime d'Edmund Husserl (1859-1938), l'auteur des Méditations cartésiennes et fondateur de la phénoménologie, au moment où l'Allemagne plonge dans le nazisme, porte sur la Krisis, « crise » des sciences qui met en péril son projet propre de Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-crise-des-sciences-europeennes-et-la-phenomenologie-transcendantale/#i_13264

MÉDITATIONS CARTÉSIENNES, Edmund Husserl - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 977 mots

Les Méditations cartésiennes marquent une étape importante dans l'œuvre d'Edmund Husserl (1859-1938), le créateur de la phénoménologie. C'est d'abord l'un des rares exposés synthétiques et introductifs qu'il ait tenté de cette dernière, la plupart de ses < […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meditations-cartesiennes/#i_13264

RECHERCHES LOGIQUES, Edmund Husserl - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 955 mots

La première édition, à Halle, des Recherches logiques (Logische Untersuchungen) date de 1900-1901 et fonde véritablement la phénoménologie, tout comme L'Interprétation des rêves de Freud (1900) fonde la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherches-logiques/#i_13264

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 252 mots

Dans le chapitre « Affectivité et passions dans la philosophie allemande des XIXe et XXe siècles »  : […] Il ne saurait être question d'entrer ici dans une étude détaillée de l'idéalisme allemand (Fichte, Hegel, Schelling), qui, en tant que réinstitution de la métaphysique sur la base de ce que Kant n'avait réaménagé de la langue philosophique que dans un cadre architectonique, n'eut pas de postérité philosophique immédiate – exception faite de Hegel, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affectivite/#i_13264

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 371 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'intentionnalité husserlienne : une « reconstruction » de l'autre »  : […] Dans ses Méditations cartésiennes (1929), Husserl va remettre en cause l'interprétation du cogito comme res cogitans , cette substantialisation de l' ego transcendantal étant à ses yeux le pire des fourvoiements. Pour constituer la philosophie comme science rigoureuse, pour trouver un fondement plus profond que celui de l'idéal géométrique carté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alterite-philosophie/#i_13264

BRENTANO FRANZ (1838-1917)

  • Écrit par 
  • Samuel Hugo BERGMAN
  •  • 1 608 mots

Dans le chapitre « La « science de l'avenir » »  : […] Brentano considérait la psychologie comme la partie la plus importante de son œuvre, celle qui devait servir de base aux autres disciplines et rendre possible la solution des principaux problèmes philosophiques. D'après lui « science de l'avenir », elle exercera une profonde influence sur le développement de la pédagogie, de la politique et de la v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-brentano/#i_13264

CARTÉSIANISME

  • Écrit par 
  • Pierre GUENANCIA
  •  • 1 862 mots

Dans le chapitre « La « révolution » cartésienne et ses suites »  : […] La première vague du cartésianisme est assurément celle que forment des disciples fortement impressionnés par la puissance de cette méthode nouvelle comme par la netteté des distinctions conceptuelles entre les choses de nature corporelle et celles de nature intellectuelle. Mais cette reconnaissance ne signifie pas une adhésion sans réserve, attitu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cartesianisme/#i_13264

CONTINU & DISCRET

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 7 679 mots

Dans le chapitre « Investissement philosophique de l'opposition »  : […] Il existe une tradition philosophique rattachant le continu à l'Identité, au Même, à la Permanence : le structuralisme, qui pensait mener un combat contre ces figures, et tout particulièrement contre l'historicisme, nous a incité à considérer de préférence cette tradition, pour mieux la rejeter. Peut-être tire-t-elle sa force de la pensée de Leibn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/continu-et-discret/#i_13264

CORPS - Soma et psyché

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA
  •  • 3 215 mots

Dans le chapitre « Fondements nouveaux d'une théorie du corps »  : […] On voit ainsi à quelle impasse conduit la légitimation scientifique positive d'une distinction entre soma et psyché, qui trouvait pourtant son fondement spécifique à l'intérieur d'une démarche métaphysique et morale. La positivité des savoirs physiologique et psychologique s'est constituée sur le principe des exclusions réciproques et des réduction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-soma-et-psyche/#i_13264

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les modèles « gnostiques » ou indéterminés »  : […] Faut-il ajouter un quatrième paradigme pour réunir certaines manières de la critique littéraire contemporaine ? Les trois précédents – explicatif, interprétatif, analytique – relèvent de conceptions du sujet et du langage – positiviste, phénoménologique, structurale – après lesquelles on n'a rien inventé. Toutefois, le modèle textuel ne se situe pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_13264

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Approche phénoménologique »  : […] Le débat entre Kant et Hegel n'épuise le problème philosophique de la croyance que si l'on tient l'équivalence entre croyance et foi pour le dernier développement d'une notion dont on a rappelé plus haut le triple enracinement dans le concept grec de doxa ou opinion, dans le concept stoïcien et cartésien d'assentiment, dans le concept humien de b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/#i_13264

DERRIDA JACQUES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Catherine MALABOU
  •  • 3 353 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La présence en question »  : […] La dissémination est une opération réglée par la déconstruction, terme par lequel on désigne aujourd'hui communément la pensée de Derrida. Dans la « Lettre à un ami japonais » (in Psyché, inventions de l'autre ), Derrida évoque son apparition : « ... Je souhaitais traduire et adapter à mon propos les mots heideggériens de Destruktion et d' Abbau . […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-derrida/#i_13264

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 672 mots

Dans le chapitre « Le souverain bien »  : […] Que l'idée du bien régisse le domaine entier du savoir, telle était l'essence même du platonisme. Philosophiquement réfléchie, l'expérience morale et politique donnait ainsi à penser, pour la première fois de manière principielle, la totalité de l'étant. Cette inspiration capitale traverse les siècles, mais c'est avec Kant que ce discernement éthi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-problematique-philosophique/#i_13264

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'empirisme logique et la construction logique du monde »  : […] Le programme empiriste classique ne peut mener qu'au scepticisme, parce qu'il paraît incapable de fonder la connaissance, et en particulier la connaissance scientifique, sur l'expérience sensible : comment celle-ci, si elle est intrinsèquement subjective, peut-elle justifier une connaissance objective et universelle ? Et comment peut-on espérer dér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience/#i_13264

FINK EUGEN (1905-1975)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 849 mots

Entre Husserl et Heidegger, Fink occupe une place singulière dans le mouvement phénoménologique. Après des études de philosophie, d'histoire et d'économie aux universités de Münster et de Berlin, c'est à Fribourg-en-Brisgau qu'il s'installe. Là, il devient, à vingt-trois ans (il est né à Constance en 1905), assistant de Husserl jusqu'à la mort de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugen-fink/#i_13264

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Phénoménologie et éidétique descriptive »  : […] Un des apports essentiels de Husserl a été d'avoir réussi à dépsychologiser le concept brentanien d'intentionnalité et à le coupler à la thèse que l'être se phénoménalise. Dans la corrélation noético-noématique, les corrélats intentionnels (les contenus objectaux) des actes noétiques (des synthèses aperceptives) constituent autant de modes d'appara […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_13264

GESTALTISME

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 595 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le concept d'ensemble chez Edmund Husserl »  : […] Il faut souligner enfin la contribution de Husserl lui-même à l'élaboration du concept de forme. Sa réflexion part de l'idée que le concept de nombre a pour origine celui de multiplicité. Du point de vue psychologique, la multiplicité résulte de ce que Husserl appelle une association collective . Dans sa dissertation doctorale Über den Begriff de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestaltisme/#i_13264

GRANEL GÉRARD (1930-2000)

  • Écrit par 
  • Dominique JANICAUD
  •  • 653 mots

Philosophe au style éclatant, Gérard Granel a fait une carrière universitaire classique qui ne correspond qu'à une facette de sa forte personnalité. Traducteur, il fut aussi éditeur, polémiste, penseur d'avant-garde faisant converger de manière originale la phénoménologie heideggérienne avec le néo-marxisme de Gramsci. Né à Paris dans un milieu de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-granel/#i_13264

HEIDEGGER MARTIN

  • Écrit par 
  • Jean BEAUFRET, 
  • Alphonse DE WAELHENS, 
  • Claude ROËLS
  •  • 5 248 mots
  •  • 1 média

Heidegger est celui qui, au sortir de la phénoménologie de Husserl, s'est porté phénoménologiquement au cœur de la question de l' être comme question du sens de l'être. Cette question est la question de Être et Temps . « Le temps, tel qu'il est défini dans Être et Temps comme le sens de l'être, n'est là ni une réponse, ni une dernière étape pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-heidegger/#i_13264

HISTORICITÉ

  • Écrit par 
  • Hans Georg GADAMER
  •  • 6 441 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La phénoménologie et les philosophies de l'existence »  : […] De l'historicité, il a été aussi question dans un autre ensemble systématique de la philosophie de cette époque ; ainsi chez Bergson et dans l'idée, dont l'influence est durable, d'une phénoménologie génétique et constitutive, telle que l'a développée Edmund Husserl. La question qui dirigeait les recherches de ce dernier était la suivante : commen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/historicite/#i_13264

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 321 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le débat avec Freud »  : […] On l'a déjà dit : le début du présent siècle a vu mûrir lentement deux tentatives majeures de repenser la condition du sujet et la situation de l'homme dans le monde. Elles diffèrent grandement par leur esprit, leurs moyens, leurs fins immédiates et peut-être lointaines, au point qu'on a relevé entre elles, et avec raison, bien des oppositions. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_13264

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

Dans le chapitre « Le fini sans infini »  : […] Le criticisme kantien, dans sa rigoureuse distinction entre, d'une part, l'intuition dont le temps est la forme pure et où la nature est donnée , et, d'autre part, la raison qui possède l'idée de l'infini sans pouvoir s'assurer de l'être, instaure d'une nouvelle façon le fini et l'infini. Contrairement à la tradition cartésienne, le fini, chez Kant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-philosophie/#i_13264

INTENTIONNALITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 282 mots

Notion phénoménologique dérivée d'une notion scolastique. La philosophie du Moyen Âge appelait intentio (intention) l'application de l'esprit à un objet ; dans cette application, l'esprit tend vers l'objet, il se dirige vers lui. S'agissant d'un objet de connaissance, l'intentio était dite formelle. S'agissant d'un objet voulu, l'intentio était di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intentionnalite-philosophie/#i_13264

INTERACTION, sciences humaines

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la genèse phénoménologique à la psychanalyse de l'interaction »  : […] Qu'il y ait correspondance de la représentation sociale de l'interaction à la constitution phénoménologique d'autrui, telle que la présente en un texte fameux la cinquième Méditation cartésienne de Husserl, ressort de la constitution du concept évoquée, d'après Ormond, par le Traité de Park et Burgess. Rappelons en effet que pour Ormond l'intera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interaction-sciences-humaines/#i_13264

INTUITION

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 568 mots

Dans le chapitre « Vers une intuition non catégorielle de la vie et du sens »  : […] L'intuitionnisme contemporain est, en effet, la recherche d'un au-delà de la logique. Au lieu que l'idéalisme kantien et post-kantien ne voulait concevoir l'objet que comme une médiation du concret par le formel, il s'annonce comme un retour au concret et veut mettre la conscience dans un rapport direct avec la réalité. Il se dessine dans un certai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intuition/#i_13264

JUGEMENT

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 858 mots

Dans le chapitre « Concept et jugement »  : […] À vrai dire, cette conversion de la philosophie du concept dans une philosophie du jugement n'est pas acceptée sans discussion par le rationalisme philosophique. Tandis que l'idéalisme postkantien porte l'acte judicatif au niveau d'un « fiat » inconditionné de la conscience constituante, Hegel conteste la priorité du jugement, qu'il assimile au mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jugement/#i_13264

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phénoménologie du langage »  : […] Comment la réalité doit-elle être faite pour que des signes apparaissent qui la représentent et la désignent ? Cette question était posée à partir du langage dans les philosophies antérieures : c'était le problème de la référence, et plus précisément de la référence identifiante qui, avec Strawson, conduisait hors du langage et débouchait sur la n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_13264

LÉVINAS EMMANUEL (1905-1995)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 188 mots

Toute sa vie durant, le philosophe Emmanuel Lévinas a poursuivi un seul et même combat : montrer pour quelles raisons l'éthique, qui trouve sa source dans l'expérience primordiale de la responsabilité pour autrui, doit être reconnue comme la vraie « philosophie première » digne de ce nom. Disciple de Husserl et de Heidegger, il est le pionnier de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-levinas/#i_13264

MERLEAU-PONTY MAURICE (1908-1961)

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 3 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Expérience de l'être-là et « sentir » »  : […] Un tel primat de l'inspiration phénoménologique dans l'œuvre de Merleau-Ponty ne veut point dire que celui-ci ne prenne vis-à-vis de Husserl aucune distance. Il s'en faut même de beaucoup puisqu'on ne trouve chez lui ni le moi transcendantal, auquel il reproche de rendre le philosophe et la philosophie oublieux de leurs origines, ni le célèbre « s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-merleau-ponty/#i_13264

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 360 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hamelin, Husserl et Heidegger »  : […] Mais, de même qu'elle a résisté à la critique qu'en présentait Kant, la métaphysique survit à ses négations, marxistes ou positivistes. Il est de fait que la philosophie contemporaine est tout entière métaphysique, ou pénétrée de métaphysique. L'idéalisme d'Octave Hamelin est bien une métaphysique. On le trouve à la source de ce qu'en France on a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphysique/#i_13264

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 471 mots

Dans le chapitre « Mirages de la pureté »  : […] C'est dans la thématique traditionnelle – et souvent décriée – de l'introspection qu'on trouvera un premier modèle de la psychologie du moi. En fait, toute une série de démarches s'y rattachent, s'il s'agit, par le regard tourné vers l'intérieur, de saisir un moi séparé de l'extériorité qui l'altère, un moi pur. Valéry peut servir ici d'illustratio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moi/#i_13264

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Phénoménologie et ontologie »  : […] Un nouvel accès à l'ontologie est ouvert par la phénoménologie, science descriptive des traits essentiels de l'expérience prise dans son intégralité. On peut y venir en partant de la discussion précédente : la possibilité que le langage se réfère à la réalité suppose que nous soyons déjà tournés vers la réalité et reliés à elle par divers liens qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_13264

PATOČKA JAN (1907-1977)

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 1 202 mots

Philosophe tchèque de réputation mondiale, signataire du Manifeste de la Charte 77 , Jan Patočka était venu étudier à Paris en 1929. Il est alors introduit par Alexander Koyré et par Georges Gurvitch à la philosophie phénoménologique allemande et assiste aux Pariser Vorträge de Husserl, noyau des futures Méditations cartésiennes . En 1932-1933, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-patocka/#i_13264

PEIRCE CHARLES SANDERS

  • Écrit par 
  • Gérard DELEDALLE
  •  • 3 101 mots

Dans le chapitre « Le phénoménologue »  : […] Peirce donna à sa théorie des catégories le nom de phénoménologie ou de phanéroscopie. Cette phénoménologie ne doit rien cependant à celle de Husserl. Il cite ce dernier une fois, en 1906, mais c'est pour lui reprocher de prétendre se garder du psychologisme et d'y sombrer lui-même. Peirce n'a employé le terme « phénoménologie » que pendant une pé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-sanders-peirce/#i_13264

PERCEPTION

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 093 mots

Dans le chapitre « Perception et intelligence »  : […] Il reste à examiner le problème du développement des perceptions et des relations entre l'activité perceptive et l'intelligence. Ne pouvant recenser ici les innombrables travaux qui ont étudié le développement des diverses catégories de perceptions, on se limitera à une discussion de quelques thèses fondamentales, principalement de celles qui ont é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perception/#i_13264

PHÉNOMÈNE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 3 342 mots

Dans le chapitre « La notion de phénoménologie »  : […] Le mot de phénoménologie, sans doute créé par J. H. Lambert ( Neues Organon , 1764), signifie théorie de l'apparence. La conclusion de Lambert est que le monde des corps ne se montre à nous que comme une apparence. La formule précédait de dix-sept ans la première édition de la Critique de la raison pure . Par quel retournement la phénoménologie de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomene/#i_13264

PHÉNOMÉNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Renaud BARBARAS, 
  • Jean GREISCH
  •  • 7 227 mots

Dans le chapitre « Retour critique aux textes fondateurs »  : […] Ce sont ces « résistants » qui ont en partie rendu possible le renouveau de la phénoménologie. Au début des années 1980, il va trouver son expression dans l'émergence d'une génération de chercheurs aujourd'hui confirmés (J. Barash, R. Bararas, R. Brague, J. Colette, J.-L. Chrétien, J.-F. Courtine, F. Dastur, E. Escoubas, D. Franck, J.-Y. Lacoste, J […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie/#i_13264

PHÉNOMÉNOLOGIE, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 1 341 mots

La phénoménologie, courant majeur de la philosophie au xx e  siècle, a donné lieu à un regard sur les mathématiques, non seulement parce que, philosophie absolument générale, elle ne jugeait rien comme étranger à sa compétence, mais aussi parce que le fondateur du courant, Edmund Husserl (1859-1938), fut d'abord mathématicien et a gardé une relati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie-mathematique/#i_13264

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Réduction phénoménologique »  : […] Il est devenu habituel d'opposer à cette philosophie analytique, surtout anglo-saxonne, quelles que soient ses sources germaniques, une philosophie phénoménologique bizarrement appelée parfois « continentale ». Bien entendu, de telles références géographiques ou nationales n'ont en elles-mêmes aucune valeur philosophique, et le mot de phénoménologi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_13264

RÉALISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 966 mots

Dans le chapitre « Les thèses métaphysiques du réalisme »  : […] Renouvier rejette une histoire de la philosophie écrite comme le récit d'une évolution dont les étapes sont les systèmes particuliers, absorbés dans une série que l'auteur clôt en en proposant la somme (Hegel). La suite des systèmes est plutôt une succession de réponses à un petit nombre de questions qui ne se peuvent trancher que par l'affirmative […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-philosophie/#i_13264

RÉALITÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 4 964 mots

Dans le chapitre « Réalité et croyance »  : […] On n'a pas, en cet exposé, à se prononcer sur l'essence dernière de l'Être, mais à analyser la notion de réalité, à découvrir ce que signifie le mot réalité pour une conscience humaine. Or, il paraît incontestable que les précédentes analyses n'épuisent pas cette notion. Ici apparaît déjà la force du réalisme. C'est en vain que certains philosophes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realite/#i_13264

RÉDUCTION EIDÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 342 mots

Dans la phénoménologie de Husserl, la réduction eidétique consiste en une méthode grâce à laquelle le philosophe passe de la conscience des objets individuels et concrets au royaume transempirique des pures essences et atteint ainsi une intuition de l' eidos de la chose, c'est-à-dire de ce qu'elle est dans sa structure essentielle et invariable, u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reduction-eidetique/#i_13264

RÉDUCTION PHÉNOMÉNOLOGIQUE ou TRANSCENDANTALE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 513 mots

Processus spécifique de la phénoménologie de Husserl, la réduction phénoménologique — ou réduction transcendantale — consiste en un effort pour arriver à la source de la signification du monde vécu à travers un mouvement qui fait qu'on cesse de voir celui-ci d'une manière naturelle et quotidienne pour le voir d'une manière réflexive en tant que phé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reduction-phenomenologique-transcendantale/#i_13264

SARTRE JEAN-PAUL

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME, 
  • Juliette SIMONT
  •  • 8 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pour-soi et en-soi »  : […] L'Être et le Néant (1943) porte en sous-titre : Essai d' ontologie phénoménologique . L'influence husserlienne est donc encore présente, mais le terme d'« ontologie », qui renvoie à la question heideggérienne de l'Être, indique une nouvelle orientation de la pensée de Sartre – qui va de pair avec une certaine distance prise à l'égard de Husserl. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-sartre/#i_13264

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 642 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Science et phénoménologie »  : […] Husserl est beaucoup moins optimiste. La science moderne traverse aujourd'hui, selon lui, une « crise », qui n'est pas tant théorique que morale. Après avoir été synonyme de progrès, elle suscite de plus en plus souvent la défiance, voire l'hostilité. « Dans la détresse de notre vie [...], cette science n'a rien à nous dire. Les questions qu'elle e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_13264

SIGNE ET SENS

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 769 mots

Dans le chapitre « La pensée contemporaine »  : […] Cette oscillation est très perceptible dans la philosophie contemporaine. La Critique de la raison pure ignore le langage ; sans aucunement revenir à l'intuition intellectuelle, à la vision des idées, Kant constitue le sens de nos propositions empiriques sur la base des opérations de jugement, qui sont elles-mêmes directement réglées par des stru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/signe-et-sens/#i_13264

STEIN EDITH (1891-1942)

  • Écrit par 
  • Philibert SECRETAN
  •  • 834 mots

Philosophe d'origine juive, Edith Stein fit ses premières études universitaires à Breslau, sa ville natale. En 1911, elle rejoint Husserl et son école à Göttingen ; en 1915, elle s'engage comme aide-infirmière dans un hôpital militaire ; en 1916, elle présente sa thèse de doctorat sur l'Einfühlung ou « empathie », et accepte la charge d'assistante […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edith-stein/#i_13264

TEMPS

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU, 
  • Olivier COSTA DE BEAUREGARD
  •  • 14 773 mots

Dans le chapitre « Husserl »  : […] Au cours de sa carrière, Husserl est revenu plusieurs fois sur la question du temps et de la temporalisation. Pour ne pas prêter à cet auteur une évolution illusoire, il est prudent de s'en tenir à la version tardive des Leçons pour une phénoménologie de la conscience intime du temps , dont Husserl lui-même confia le texte à Heidegger ; celui-ci en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps/#i_13264

TOTALITÉ

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 3 269 mots

Dans le chapitre « Le tout dans l'intuition »  : […] Il est très remarquable que, dans la perception, le perçu se groupe immédiatement en choses multiples et séparées, se suffisant, en quelque façon, à elles-mêmes, en totalités, indépendantes les unes des autres, dont les psychologues de la Gestalt , notamment, ont souligné l'irréductibilité. Chacun de ces « touts » intuitifs appartient certes à un t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/totalite/#i_13264

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « De la distinction entre le vrai dans l'être et le vrai dans la pensée à la critique de la vérité comme adéquation »  : […] Du Cratyle au Sophiste , Platon procède en quelque sorte à la mise en place du concept de vérité dans son rapport au discours. Il ne suffit pas en effet de débattre, comme dans le Cratyle , de la « justesse des noms » pour répondre à la question de la vérité. Une fois libérée d'une illusoire confiance dans les mots, reste encore à s'assurer de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/#i_13264

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 783 mots

Dans le chapitre « Le noyau phénoménologique »  : […] Au terme de ce parcours à travers quelques-uns des contextes philosophiques, on peut se demander s'il existe une signification stable qui permette de dire qu'il s'agit chaque fois du même phénomène. Par deux voies différentes, la phénoménologie, à la suite de Husserl, et la philosophie du langage ordinaire, dans la ligne de la Linguistic Analysis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/#i_13264

WHITEHEAD ALFRED NORTH (1861-1947)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY, 
  • Jean WAHL
  •  • 2 204 mots

Dans le chapitre « La négation de la bifurcation cartésienne »  : […] Né à Ramsgate (Kent), Alfred North Whitehead se forma à Cambridge, où il devint fellow de Trinity College, puis fut professeur de physique mathématique à l'université de Londres, collaborant alors avec Russell pour la rédaction des Principia mathematica (1910-1913) et publiant lui-même, en 1920, The Concept of Nature . À Cambridge, il avait fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-north-whitehead/#i_13264

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « HUSSERL EDMUND - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/husserl-reperes-chronologiques/