HUMIDITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Représentation de l’humidité de l’air

Il existe plusieurs façons de représenter l’humidité d’un volume d’air : son humidité absolue, son humidité spécifique, son rapport de mélange, sa pression partielle, son humidité relative.

L’humidité absolue est la masse volumique de la vapeur, ou encore la masse de vapeur d’eau contenue dans un volume de 1 mètre cube. La valeur maximale que peut atteindre ce paramètre est fonction de la température. Ainsi, dans l’atmosphère terrestre, les valeurs les plus fortes peuvent avoisiner 40 g/m3 en présence d’air très chaud au contact de grandes surfaces humides, alors qu’à une température inférieure à — 20 0C, elles ne dépassent pas 0,8 g/m3.

L’humidité spécifique et le rapport de mélange sont définis comme les rapports, dans un volume donné, entre la masse de vapeur d’eau et, respectivement, la masse d’air humide (incluant la vapeur d’eau) pour la première, et la masse d’air sec (excluant la vapeur d’eau) pour le second. Ces variables sont généralement exprimées en g/kg. Elles sont largement utilisées en météorologie car elles restent constantes lorsque le volume d’une masse d’air change sous l’effet des variations de température ou de pression.

La pression partielle représente la pression exercée par les molécules de vapeur d’eau dans un volume donné. Elle correspond à la contribution de la vapeur d’eau à la pression totale du mélange des gaz qui composent l’air dans ce volume. Elle est généralement exprimée en hectopascals (hPa). C’est une variable souvent utilisée pour décrire les changements d’état de l’eau (vapeur, liquide, solide). L’humidité relative représente la proportion entre le contenu en vapeur d’eau de l’air et le contenu qu’il aurait s’il était saturé à la même température. C’est la variable la plus connue pour mesurer le taux d’humidité. Elle est exprimée en pourcentage et permet de déterminer si un volume d’air humide est éloigné de sa saturation, sans avoir à connaître ni sa température ni sa pression. À titre d’exemple, on considère généralement que, à l'intérieur d'une maison, le taux d'humidité confortable se s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Vapeur d’eau atmosphérique

Vapeur d’eau atmosphérique
Crédits : Satellite and Information Service - NESDIS/ NOAA

photographie

Humidité atmosphérique

Humidité atmosphérique
Crédits : K. Sutyagin/ Shutterstock

photographie

Psychromètre, mesure du taux d’humidité de l’air 

Psychromètre, mesure du taux d’humidité de l’air 
Crédits : G. Lachaud/ Météo-France

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  HUMIDITÉ  » est également traité dans :

AGROMÉTÉOROLOGIE

  • Écrit par 
  • Emmanuel CHOISNEL, 
  • Emmanuel CLOPPET
  •  • 6 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Évaluation des besoins en eau des cultures »  : […] L' évaporation de l'eau est consommatrice de chaleur latente de vaporisation, soit environ 2 600 joules (ou 600 calories) par gramme d'eau évaporée. La consommation d'eau totale d'une culture au cours de l'ensemble de son cycle de végétation n'est pas une constante, et ce essentiellement pour deux raisons : d'une part, le niveau de la demande maximale en eau dépend du climat, essentiellement de la […] Lire la suite

AIR

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Composition de l'air »  : […] Pour les Anciens, l'air représente, avec la terre, le feu et l'eau, l'un des éléments constitutifs du monde ; et tous les gaz reçoivent l'appellation d'air. Il faut attendre la seconde moitié du xvii e  siècle pour voir John Mayow démontrer que l'air est un mélange dont une partie seulement peut entretenir la vie. Le constituant actif est assimilé au gaz obtenu par calcination du salpêtre, ou « ni […] Lire la suite

ASCENDANCE, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 798 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L’instabilité convective »  : […] Dans l’atmosphère, les mouvements horizontaux sont en moyenne beaucoup plus rapides et transportent bien plus de matière que les mouvements verticaux. Pour marquer cette différence, en météorologie, on utilise généralement les termes « advection » pour désigner les transports horizontaux et « convection » pour les déplacements d’air verticaux, ascendants ou descendants. L’instabilité convective c […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 720 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L’atmosphère : un mélange d’air sec et de vapeur d’eau »  : […] En météorologie, pour réduire le nombre de paramètres à considérer et pour tenir compte des particularités associées au comportement des molécules d’eau, l'air est considéré comme un mélange de deux gaz : d’un côté la vapeur d'eau et de l’autre l'air sec qui contient tous les autres gaz. On appelle « air humide » l’ensemble composé d’un mélange d’air sec et de vapeur d’eau. Lorsqu’on s’élève dans […] Lire la suite

BOIS

  • Écrit par 
  • Marie Elisabeth BORREDON, 
  • Édouard BOUREAU, 
  • Xavier DÉGLISE, 
  • Carlos VACA-GARCIA
  •  • 9 111 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Humidité du bois »  : […] Le bois peut contenir une quantité importante d'eau (plusieurs fois sa masse sèche), très variable dans l'arbre sur pied, en fonction de l'espèce, de la saison, de la station. Elle est plus importante dans l'aubier (de 80 à 200 p. 100) que dans le duramen (de 40 à 80 p. 100). La quantité d'eau contenue dans le bois se mesure relativement à la masse de bois (notons m h la masse de bois humide et […] Lire la suite

CHANGEMENT CLIMATIQUE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 794 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Le rôle de l'eau  »  : […] On ne saurait réduire le changement climatique par intensification de l'effet de serre à un simple réchauffement. Tout changement climatique, quelle que soit sa cause, implique nécessairement le cycle de l'eau, c'est-à-dire ce qui se passe dans l'atmosphère (évaporation, formation de nuages, précipitations), au sol (précipitations, infiltration, ruissellement, évaporation), et dans les océans (pr […] Lire la suite

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ÉVÉNEMENTS MÉTÉOROLOGIQUES MAJEURS

  • Écrit par 
  • Pascal YIOU
  •  • 3 666 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La naissance des canicules »  : […] Les canicules en Europe de l’Ouest sont souvent accompagnées de sécheresses intenses. Pour qu’un tel phénomène se développe, il est nécessaire d’avoir un temps anticyclonique, c’est-à-dire la présence d’une zone de haute pression sur la France, qui empêche l’air humide océanique d’entrer sur le continent. On a aussi remarqué que les principales canicules estivales (comme en 2003 ou en 2006) ont é […] Lire la suite

CLIMATS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 584 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le climat équatorial »  : […] Le climat équatorial est constamment chaud et humide. Les températures se situent entre 24 et 32  0 C, le taux d’humidité entre 70 et 90 p. 100, les précipitations entre 1 500 et 2 500 mm/an, parfois beaucoup plus dans certaines régions. Les fortes températures sont dues à la grande quantité d’énergie solaire reçue. Les précipitations proviennent de la forte humidité, de la chaleur et de l’évapot […] Lire la suite

CYCLONES TROPICAUX

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 3 085 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le fonctionnement d'un cyclone »  : […] Un cyclone est une formidable machine thermodynamique qui « consomme » des milliers et des milliers de kilomètres cubes d'air . Ces mouvements d'air, extrêmement violents, génèrent des phénomènes météorologiques gigantesques qui développent une énergie considérable, équivalente à celle de plusieurs bombes atomiques par seconde ! À l'intérieur de la zone couverte par l'œil , l'air subit de puissan […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT GLOBAL

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Incertitudes sur la sensibilité du climat »  : […] En fonction des différentes évolutions de ces gaz, on peut s'attendre à une intensification notable de l'effet de serre au cours des prochaines décennies : on atteindrait les 4 watts par mètre carré de piégeage supplémentaire des infrarouges entre 2040 et 2100. Cette augmentation pourrait se traduire par un réchauffement inférieur à 1  0 C dans la troposphère, mais le problème se complique quand […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « HUMIDITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/humidite/