HUANG GONGWANG [HOUANG KONG-WANG] (1269-1354)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un génie divers

Il ne s'adonna à la peinture que vers l'âge de cinquante ans. Il peut paraître surprenant que, malgré une vocation aussi tardive, il ait réussi à s'imposer comme l'un des plus importants créateurs qu'ait connus la peinture chinoise. En fait, il ne fit sans doute que transformer en occupation majeure une activité qui devait déjà lui être familière depuis longtemps, ne fût-ce qu'au titre de divertissement occasionnel. Tout lettré possédait des affinités étroites avec cet art, déjà par la seule pratique de la calligraphie. Mais il est typique de l'esthétique nouvelle que son principal représentant ait abordé la peinture d'une façon aussi impromptue et détachée. La renommée que sa peinture lui valut a fait quelque peu oublier ses autres talents, mais il aurait aussi bien pu s'illustrer comme poète ou comme penseur. Il portait, en particulier, un remarquable intérêt aux questions philosophiques et religieuses : vers la soixantaine, il adhéra à ce courant néo-taoïste qui, à l'époque, séduisait tant d'intellectuels (dont plusieurs peintres, tels Fang Congyi et Ni Zan), et il installa à Suzhou un centre consacré à l'étude et à la discussion de ces problèmes ; animant personnellement les échanges philosophiques qui s'y déroulaient, il impressionnait l'auditoire par sa science et son éloquence. Vers l'âge de quatre-vingts ans, il se replongea une fois de plus dans la solitude montagnarde et s'attarda quelque trois ans dans les monts Fuchun, en compagnie d'un moine de ses amis. Son chef-d'œuvre, le rouleau horizontal Séjour dans les monts Fuchun, est le fruit de cette retraite contemplative au sein de la nature. Rentré à Changshou, il y mourut à l'âge de quatre-vingt-cinq ans.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification


Autres références

«  HUANG GONGWANG [ HOUANG KONG-WANG ] (1269-1354)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « La peinture comme évasion spirituelle »  : […] L'époque Yuan, bien que relativement brève, est d'une importance considérable pour la peinture, qui connaît alors un tournant décisif. En rupture complète avec la peinture des Song du Sud, une esthétique nouvelle s'élabore, et son influence sera déterminante sur les époques Ming et Qing. L'occupation mongole voue à l'inactivité d'une retraite volontaire toute une partie de l'élite lettrée, pour qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_21459

WANG LES QUATRE (XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Françoise DENÈS
  •  • 4 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un hommage à Huang Gongwang »  : […] Wang Shimin était issu d'une grande famille de lettrés, originaire de Taicang. Ayant hérité du titre de son père, il occupa une charge officielle dans le gouvernement des Ming, puis fut envoyé comme fonctionnaire dans le sud de la Chine. À la chute de la dynastie, il se retira des affaires publiques pour ne pas coopérer avec les Mandchous et mena une vie paisible au milieu de ses amis, s'adonnant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-les-quatre/#i_21459

WANG MENG (1308 env.-1385)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 500 mots

Quatre grands peintres du xiv e  siècle ont été choisis par les auteurs de la postérité comme les meilleurs représentants de la profonde mutation artistique survenue sous les Yuan, et réunis sous le vocable de « Quatre grands maîtres Yuan ». Ce choix est le fruit d'une longue élaboration qui, au cours du xv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-meng-1308-env-1385/#i_21459

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « HUANG GONGWANG [HOUANG KONG-WANG] (1269-1354) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/huang-gongwang-houang-kong-wang/