LOVECRAFT HOWARD PHILLIPS (1890-1937)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Providence (Rhode Island), Howard Phillips Lovecraft y passera toute sa vie. Son père étant mort alors qu'il avait trois ans, sa mère l'élève dans une ambiance stricte et puritaine, lui faisant une enfance solitaire et retirée. C'est à l'âge de onze ans que Lovecraft écrit sa première nouvelle fantastique, déjà centrée sur le thème de l'origine et de l'identité. La mort de sa mère en 1921 le laisse dans une situation financière difficile : il gagnera désormais médiocrement sa vie en écrivant des nouvelles pour des revues comme Weird Tales et en « rewritant » des textes de certains de ses confrères. Un mariage conclu en 1924 se révèle vite être un échec. Désormais Lovecraft est le « reclus de Providence » ; il dort le jour, travaille la nuit, n'étant plus relié au monde que par une énorme correspondance entretenue avec plusieurs dizaines de jeunes auteurs, qu'il ne verra jamais. Il meurt d'un cancer dans sa ville natale.

Ayant débuté avec des nouvelles d'un fantastique assez classique, il a consacré à ce genre plusieurs articles rédigés en 1925 et 1926, et réunis plus tard, après avoir été remaniés, dans le recueil Épouvante et surnaturel en littérature, 1969 (Supernatural Horror in Literature, 1945). Lovecraft en vient à élaborer une sorte de cosmogonie, étonnamment complexe et cohérente, celle des Grands Anciens : la Terre a été peuplée autrefois par cinq races successives d'extra-terrestres, les Anciens, les hordes de Cthulhu, les Mi-go, la Grande Race, et, enfin, une autre espèce, venue avant la Grande Race et qui lui survivra. Plusieurs récits, de L'Appel de Cthulhu (The Call of Cthulhu, 1928) à Dans l'abîme du temps (The Shadow out of Time, 1936), évoquent leur horrifiante réapparition. Bien que Lovecraft abuse parfois des notations terrifiantes (ainsi son emploi systématique de termes comme « horrible » ou « hideux »), son monde a une réelle puissance d'évocation, que renforce encore l'unité du cadre ; presque toutes les nouvelles sont rattachées à la ville d'Arkham (cité imaginaire de Nouvelle-Angleterre) et à son université (dont la bibliothèque possède un exemplaire du fameux Nécronomicon, livre maudit dû à « l'Arabe dément » Abdul Alazhred et célèbre mythe lovecraftien) ; ses professeurs sont souvent les héros des épisodes du cycle. L'œuvre de Lovecraft (plus d'une cinquantaine de nouvelles) a exercé une grande influence sur la littérature fantastique contemporaine.

—  Jean-Paul MOURLON

Écrit par :

  • : maître ès lettres modernes, professeur au lycée de Tiaret, Algérie

Classification


Autres références

«  LOVECRAFT HOWARD PHILLIPS (1890-1937)  » est également traité dans :

FANTASY

  • Écrit par 
  • Anne BESSON
  •  • 2 824 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Angleterre et États-Unis »  : […] Cette première fantasy anglaise regroupe des œuvres érudites, à la qualité reconnue. Parallèlement, aux États-Unis, le genre naît et se développe sous une forme nettement plus populaire, et dans une proximité plus immédiate avec les autres genres de l'imaginaire qui paraissent sur les mêmes supports bon marché, les pulp magazines . Robert Howard – le créateur entre autres de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantasy/#i_32959

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mémoire et folie : le gothique américain »  : […] Charles Brockden Brown inaugure une thématique de l’enfermement géographique et psychique, et intègre au gothique la terreur archaïque de la wilderness ( Edgar Huntly , 1799), cette frontière incertaine entre humanité et sauvagerie qui imprègne la culture américaine, jetant les bases d'une littérature nationale. Les romances de Bro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-cinema-gothique/#i_32959

MONSTRES, esthétique

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 3 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Angoisse, désirs et monstres »  : […] Mais les liens qui unissent le monstre de l'art aux affects sont plus importants que ceux qui le relient aux savoirs. Plus qu'à notre volonté de savoir, c'est à nos désirs, à notre angoisse que le monstre a affaire. Bien des monstres naissent de l'angoisse et la suscitent. Henri Michaux ( Plume ) écrit : « Avec simplicité, les animaux fantastiques sortent des angoisses et des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monstres-esthetique/#i_32959

Pour citer l’article

Jean-Paul MOURLON, « LOVECRAFT HOWARD PHILLIPS - (1890-1937) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/howard-phillips-lovecraft/