HAWKS HOWARD (1896-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un équilibre de tensions

L'alternance et le contraste effort-repos, virilité-féminité, intéressent Hawks, mais d'abord comme relations, au même titre que le rapport tragédie-comédie. Il s'agit simplement pour lui d'organiser la respiration du film en rétablissant des équilibres rompus.

« D'habitude, quand on me raconte une histoire, dit-il, je commence toujours par en faire une comédie et c'est seulement en second ressort que j'en fais un drame. » Il aime introduire la dérision burlesque au cœur des situations les plus tendues. Ainsi, dans Scarface, le personnage du petit gangster chauve promu secrétaire de Toni Camonte, personnage désarmant de stupidité et de sauvagerie ingénue, follement drôle lorsqu'il menace de son revolver un interlocuteur téléphonique, est finalement pathétique quand il meurt en tentant de noter un dernier message destiné à son maître. Il n'est pas là simplement pour créer la diversion bouffonne ; il s'intègre au contraire complètement à l'implacable progression tragique. La bestialité vaniteuse de Toni Camonte trouve en lui une manière de répondant, ils se servent mutuellement de faire-valoir et de reflet. Le rapport tragédie-comédie recouvre, on le voit, une relation morale. Le malheureux imbécile meurt plus noblement que le prestigieux gangster. Encore une fois Hawks rétablit l'équilibre.

Mais pour rétablir l'équilibre, il faut qu'il soit d'abord terriblement rompu. Hawks, qui a construit lui-même des voitures et des avions, sait bien que la splendide égalité du vol, la progression continue de la vitesse sont déterminées par une suite discontinue d'explosions.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Scarface, H. Hawks

Scarface, H. Hawks
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Seuls les anges ont des ailes, H. Hawks

Seuls les anges ont des ailes, H. Hawks
Crédits : Hulton Getty

photographie

Lauren Bacall

Lauren Bacall
Crédits : Sunset Boulevard/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HAWKS HOWARD (1896-1977)  » est également traité dans :

BACALL LAUREN (1924-2014)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance d'un couple »  : […] Betty Bacal n'a que dix-huit ans lorsque Hawks l'engage et la forme durant de nombreux mois, changeant jusqu'à son nom en Lauren Bacall, avant de la faire jouer dans Le Port de l'angoisse ( To Have and Have Not , 1944). Hawks avait beaucoup transformé, avec la collaboration de William Faulkner et de Jules Furthman, le roman d'Ernest Hemingway, conservant ce qui correspond au premier quart du fi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lauren-bacall/#i_11068

BRENNAN WALTER (1894-1974)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 420 mots

L 'acteur américain Walter Brennan est familier des cinéphiles pour ses rôles de cow-boys et de vieux bonshommes irascibles. Né le 25 juillet 1894 à Lynn ou à Swampscott, dans le Massachusetts, Walter Brennan fait ses débuts au cinéma en 1923 comme figurant et cascadeur. Il obtient son premier vrai rôle en 1930, lorsqu'il apparaît dans l'adaptation au cinéma de la revue musicale The King of Jazz […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-brennan/#i_11068

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 36 médias

Dans le chapitre « Le cinéma américain classique »  : […] Mais le registre de Capra demeure limité. Howard Hawks et Leo Mac Carey, qui sont ses rivaux en matière de comédie, ont un projet bien plus vaste. Pour l'un et l'autre, la comédie représente simplement le terme privilégié d'une alternative personnelle. L'œuvre de Hawks oscille entre le burlesque ( L'Impossible Monsieur Bébé [ Bringing Up Baby ], 1938) et le tragique ( Scarface [ Scarface Shame o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_11068

CLIFT MONTGOMERY (1920-1966)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 651 mots
  •  • 1 média

Montgomery Clift est né le 17 octobre 1920 à Omaha (Nebraska). Acteur américain réputé pour la profondeur émotionnelle et la vulnérabilité qu'il apporte à ses rôles, il participe, avec Marlon Brando et James Dean, à la définition d'un nouveau paradigme de héros du cinéma américain. Clift connaît une enfance non conventionnelle. Sa famille déménage fréquemment et il passe beaucoup de temps en Europ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montgomery-clift/#i_11068

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie musicale »  : […] Par définition, la comédie musicale n'apparaît qu'avec le son, même si le célèbre film de la Warner The Jazz Singer ( Le Chanteur de Jazz , Alan Crossland, 1927) ne comporte que quelques chansons synchronisées avec l'image. Des spectacles comiques faciles entrecoupés de chants et de numéros musicaux existaient dès la seconde moitié du xix e  siècle ( The Black Crook , 1866) aux États-Unis. Ils év […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/#i_11068

COOPER GARY (1901-1961)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 637 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une humanité touchante »  : […] Gary Cooper a interprété des personnages héroïques et physiques qui lui ont valu de grands succès, sous la direction d'Henry Hathaway ( Lives of a Bengal Lancer [ Les Trois Lanciers du Bengale ], 1935), de Sam Wood ( For Whom the Bell Tolls [ Pour qui sonne le glas ], 1943) ou de Cecil B. DeMille ( The Story of Dr. Wassell [ L'Odyssée du Docteur Wassell ], 1944 ; Unconquered [ Les Conquérants d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gary-cooper/#i_11068

GRANT ARCHIBALD ALEXANDER LEACH dit CARY (1904-1986)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 918 mots
  •  • 1 média

Si, dans les années 1930, le cinéma italien avait créé un univers de « téléphones blancs », Hollywood, dans ses films, avait également su concevoir un environnement sans aspérités, où les stars évoluaient avec élégance et nonchalance, tout en s'adaptant aux situations les plus trépidantes des screwball comedies . Le jeune comédien Cary Grant (de son vrai nom Archibald Leach), de nationalité anglai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grant-archibald-alexander-leach-dit-cary/#i_11068

MONROE MARILYN (1926-1962)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 603 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des débuts laborieux »  : […] Norma Jeane Mortenson , qui prendra plus tard le nom de Baker, naît à Los Angeles en 1926. Elle connaît une enfance difficile entre une mère atteinte de troubles mentaux et internée à plusieurs reprises et un père inconnu. Ballottée d'orphelinats en familles d'adoption, peut-être violée alors qu'elle n'avait qu'une dizaine d'années, elle pense échapper à sa condition en se mariant dès seize ans. S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marilyn-monroe/#i_11068

RAFT GEORGE (1895-1980)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 654 mots

Le nom de George Raft reste attaché à un seul film, Scarface , le chef-d'œuvre de Howard Hawks (1932), où un geste tout simple le fait entrer dans la légende : lancer une pièce de monnaie en l'air et la rattraper avec nonchalance. Ce geste devint la « signature » de l'acteur. Fidèle lieutenant du héros dans le film, dans la réalité il joue également un rôle : en raison de ses relations avec la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-raft/#i_11068

Pour citer l’article

Claude-Jean PHILIPPE, « HAWKS HOWARD - (1896-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/howard-hawks/