HŌNEN (1133-1212)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moine bouddhiste japonais, fondateur de la secte du Jōdo, Shisei-maru, qui prit en religion le nom de Hōnen, né à Inaokaminamurimura dans la province de Mimasaka, perdit son père à l'âge de huit ans et entra en religion chez son oncle Kangaku, qui dirigeait un temple. À quatorze ans, il fut envoyé au mont Hiei, où il étudia le Tendai. À dix-huit ans, il se rendit au Kurodani, toujours sur le mont Hiei, où Jigenbō Eiku lui enseigna le nembutsu. C'est là qu'il prit le nom de Hōnenbō Genkū. Jigenbō Eiku lui fit lire l'Ōjōyōshū de Genshin. À partir de cette époque, Hōnen se montra déterminé à approfondir ses connaissances sur la Terre pure et abandonna les idées du Tendai. Il avait été précédé dans cette voie par Ryōnin (1071-1132), fondateur de la secte du Yūzūnembutsu, laquelle, toutefois, ne s'était jamais beaucoup développée. D'ailleurs, Ryōnin était encore fortement marqué par des préoccupations étrangères au culte d'Amida.

Après six ans passés au Kurodani, où il s'enferma avec les sûtras, Hōnen séjourna longtemps à Kyōto et à Nara, où il étudia entre autres les doctrines des sectes Hossō, Sanron, Shingon, Ritsu, Kegon, avant de revenir au Kurodani. À quarante-deux ans, il lut le Sanzengi de Zendō (San-chan-yi de Chan-tao), ce qui acheva de le décider. Il s'installa au Yoshimizu (Fontaine de la joie) à Kyōto, y fonda la secte du Jōdo (Terre pure) et fut bientôt entouré de nombreux adeptes. Sa secte fut la première de celles qui furent appelées sectes Kamakura ou sectes purement japonaises. En 1186, à l'occasion d'un sermon qu'il avait fait au Shōrin-in à Ōhara, près de Kyōto, et qui lui avait amené de nombreux fidèles, une grande controverse s'éleva qui fut connue sous le nom de Dispute d'Ōhara. Il écrivit le Senjaku-hongan-nembutsu-shū, en 1198, à la demande de Fujiwara Kanezane. En 1207, après trois ans de manœuvres, les moines du Hiei-zan et du Kōfuku-ji, qui étaient fortement opposés aux novations de Hōnen, parvinrent à le faire exiler par l'empereur Go-Toba, à Tosa sur l'île de Shik [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HONEN (1133-1212)  » est également traité dans :

AMIDA

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 862 mots

Dans le chapitre « L'expansion de l'amidisme »  : […] Amida était connu depuis longtemps en Inde, en Chine, au Tibet et même au Japon, depuis l'époque de Nara, où le célèbre voyageur Ennin avait rapporté de Chine la pratique de la méditation sur le nom d'Amida ; mais les impasses dans lesquelles finissaient par s'enliser la spéculation philosophique, les troubles tant physiques que moraux et le pessimisme né des guerres incessantes durant cette pér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amida/#i_8775

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Nouveautés et renaissances »  : […] Le bouddhisme restait cependant une religion monacale, aux dogmes abstrus, rédigés dans une langue à part, et aux pratiques longues et prenantes. Les trois principaux mouvements apparus à l' époque de Kamakura seront chacun à sa manière une simplification, une réponse plus aisée aux préoccupations religieuses non seulement du peuple et de la noblesse, mais aussi d'une grande partie des moines. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-japonais/#i_8775

SHINRAN (1173-1262)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 277 mots

Moine bouddhiste japonais, fondateur de l'école Jōdo shinshū (secte véritable du Jōdo), qui prit le nom de Shinran, Matsuwaka maru, né à Kyōto, était le fils de Hino Arinori et fut orphelin très jeune. En 1181, il entra dans les ordres au mont Hiei, où il fut formé dans le Tendai. Il séjourna dix ans au Hieizan, puis étudia au Kōfuku-ji, à Nara. Il rencontra Hōnen à Kyōto et resta avec lui dix ans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shinran/#i_8775

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « HŌNEN (1133-1212) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/honen/