Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PAYSAGE HISTOIRE DU

Qu'est-ce qu'un paysage ?

Dans sa première définition, telle que la donne le dictionnaire de langue de Paul Robert, un paysage est la « partie d'un pays que la nature présente à l'œil qui le regarde ». Beau ou laid, un paysage est le cadre de notre existence quotidienne. À ce titre, il peut être l'objet d'une vision artistique (et le terme a pris en peinture un sens spécifique venant à désigner un tableau « où la nature tient le premier rôle et où les figures d'hommes ou d'animaux ne sont que des accessoires ») décrite par le poète ou représentée par le peintre. Le terme a gagné par analogie la littérature. Une histoire du paysage à prétention scientifique élaborée à partir d'une approche esthétique est parfaitement légitime. L'évolution des acceptions du mot paysage n'est d'ailleurs pas un cas unique : tous les géomorphologues ne savent peut-être pas qu'une notion aussi importante que celle de relief a été empruntée au vocabulaire... artistique !

Muraille de Chine

Muraille de Chine

Le mot paysage a une infinité de sens propres et figurés, qui correspondent à des démarches tout aussi légitimes. Ce qui attire particulièrement le regard de l'historien vers le paysage est sa fonction de « lieu de mémoire ». Le grand tourisme s'intéresse surtout aux curiosités naturelles (montagnes, déserts...) et aux monuments qui étonnent (la muraille de Chine, les pyramides...). Mais la visite des paysages, sauf exotiques, n'est proposée qu'à une élite cultivée. Le paysage est en effet un lieu infiniment culturel. Diversité et richesse du paysage français, voilà une idée constamment répétée ; elle se réclame du prestige de l'école géographique française et de celui de Braudel dont le nom est lié pour le grand public au rayonnement de l'école historique française. Mais un étranger venu visiter notre pays pourrait éprouver l'impression de monotonie que nous aurions chez lui !

Revenant à la définition du dictionnaire, on y retiendra la mise en relation, dans le mot paysage, de trois éléments. Le premier est le pays dont il est une partie ; ce mot pays, qui a pris une importance particulière dans l'école géographique française à la suite des travaux de Vidal de La Blache, désigne un espace géographique plus ou moins nettement limité et considéré surtout dans son aspect physique. Le deuxième est la nature, qui peut elle-même être analysée en deux ensembles régis indépendamment de l'homme par des lois qui sont les conditions proposées aux sociétés humaines par le milieu. Les naturalistes appellent cela l'écosystème. Celui-ci réunit un ensemble d'éléments physiques et d'organismes vivants. Les éléments physiques sont le relief, le climat, les sols, les eaux, l'air ; ils constituent l'environnement abiotique. Les organismes vivants – qui constituent la communauté biotique – sont les animaux qui y vivent et les plantes qui y croissent. Le troisième élément est le regard de l'homme qui fait qu'il existe comme tel. Mais – et c'est là que se situe la coupure avec le regard de l'artiste – l'historien ne voit pas seulement dans l'homme le spectateur passif d'un spectacle beau ou laid ; l'homme est aussi ce puissant agent modificateur du paysage dont nous avons présenté deux exemples. Pour tenir compte de ce dernier aspect, les géographes préfèrent à la notion d'écosystème celle de géosystème : « l'écosystème est dans le paysage ; il n'est pas tout le paysage » (G. Bertrand). La diversité de ces composantes s'inscrit dans la diversité des paysages.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Provence (Antiquités nationales)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Muraille de Chine

Muraille de Chine

Autres références

  • AGRICOLE RÉVOLUTION

    • Écrit par Abel POITRINEAU, Gabriel WACKERMANN
    • 8 076 mots
    Trois grands types de paysages agraires – qui se juxtaposent sur le territoire français et qui correspondent à trois types d'aménagement des finages en fonction des systèmes de culture dominants – se retrouvent plus ou moins dans toute l'Europe : il s'agit des paysages de ...
  • ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie environnementale

    • Écrit par Stéphanie THIÉBAULT
    • 4 223 mots

    Depuis une trentaine d'années, l'archéologie s'attache à étudier l'environnement, le paysage dans lesquels ont évolué les sociétés du passé. En plus de sa contribution à la connaissance des milieux dans lesquels l'homme et les sociétés se sont développés s'ajoute la résonance toute particulière de...

  • BANLIEUE

    • Écrit par Jean BASTIÉ, Stéphane BEAUD, Jean ROBERT
    • 6 571 mots
    Le terme « banlieue » est apparu dans la langue française dès le xiiie siècle. Il vient du mot «  ban », qui désignait la proclamation d'un suzerain s'appliquant à un territoire autour d'une ville. La banlieue était une couronne d'une lieue, où s'exerçait la juridiction de l'autorité citadine...
  • BONIFICATION DES SOLS

    • Écrit par Roger BÉTEILLE
    • 591 mots

    Bonifier une terre, c'est la rendre productive. Cependant, le terme italien bonifica et la politique qui s'y attache ne concernent pas seulement la production agricole. L'œuvre de bonification intéresse des domaines naturels improductifs ou déshérités : marécages, montagnes ruinées par l'érosion,...

  • Afficher les 12 références

Voir aussi