HISTOIRE ATLANTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Singularité de l'espace et de l'histoire atlantiques ?

La nouvelle histoire atlantique a fait l'objet de nombreuses critiques. Certains ont récusé sa nouveauté, arguant des travaux de l'école des Annales et des perspectives ouvertes par les historiens économistes ou spécialistes de la traite et du système-monde (Immanuel Wallerstein). Pourtant, la description relationnelle de l'espace atlantique ainsi que l'importance accordée à l'action des populations non européennes représentent un profond renouvellement historiographique dont le succès est assuré auprès des étudiants de toutes les nationalités.

D'autres objections ont nourri de vifs débats. La principale consiste à dénier à l'Atlantique le statut d'espace singulier. Les tenants de l'histoire mondiale ou globale (world ou global history) soulignent, par exemple, l'importance économique et la nature entremêlée des sociétés côtières de l'Asie au cours de la période moderne. La différence de développement avec l'Europe ne se serait creusée qu'au début du xixe siècle, l'Asie demeurant le centre de l'économie-monde jusque-là (Kenneth Pomeranz, Une grande divergence. La Chine, l'Europe et la construction d'une économie mondiale, 2010). Ils affirment en outre que l'Atlantique a toujours été relié au Pacifique, notamment par la Nouvelle-Espagne (Mexique et Antilles) : l'espace atlantique n'est donc pas une unité discrète de l'espace mondial. Il conviendrait de raisonner en termes globaux plus qu'atlantiques. À l'inverse, d'autres historiens, spécialistes des monarchies britannique ou espagnole, considèrent que l'échelle d'analyse doit demeurer l'espace impérial, à la fois fermé sur lui-même par le monopole de l'exclusif colonial, et de dimension mondiale, étant donné la nature à la fois américaine, africaine et asiatique de ces deux couronnes. Les historiens atlanticistes intègrent désormais ces critiques pertinentes en ouvrant leur espace d'analyse à des dimensions plus globales et en soulignant la prégnance du cadre impérial pour toute l'époque moderne.

Par ailleurs, les bornes chronologiques de l'histoire atlantique sont l'objet de discussions qui remettent en cause la définition même de l'atlanticisme. Doit-on considérer que l'histoire atlantique, qui commence avec la rencontre des Européens et des Africains au xve siècle, se termine avec l'abolition de l'esclavage, c'est-à-dire en 1865 pour les États-Unis, 1886 à Cuba et 1888 pour le Brésil ? Ou bien est-ce la fin de l'empire colonial espagnol dans les Antilles avec la guerre contre les États-Unis en 1898 ? Certains auteurs prétendent même que l'histoire coloniale dure aux États-Unis jusqu'à la lutte des Noirs pour les droits civiques, dans les années 1960.

Une façon de souligner combien les objets d'étude dont s'est emparée l'histoire atlantique résonnent avec nos propres interrogations sur le processus de globalisation, dans une Europe où le mythe de l'enracinement n'a jamais été aussi fort, comme si l'expérience atlantique n'avait pas transformé, depuis des siècles, les sociétés du « vieux continent ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Traite des Noirs

Traite des Noirs
Crédits : Rischgitz/ Getty Images

photographie

Révolte des esclaves noirs de Saint-Domingue, XVIIIe siècle

Révolte des esclaves noirs de Saint-Domingue, XVIIIe siècle
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Nantes

Classification

Les derniers événements

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

Quelques heures plus tard, Vladimir Poutine prononce un discours dans lequel il présente l’Ukraine comme « une partie inaliénable de notre histoire », « entièrement et complètement créée par la Russie […] bolchévique », et annonce la reconnaissance par Moscou de l’indépendance des « républiques » de Donetsk et Louhansk, ainsi que l’envoi dans celles-ci de troupes russes chargées du « maintien de la paix ». […] Lire la suite

1er juin 2009 France – Brésil. Crash aérien entre Rio de Janeiro et Paris

Le 1er, un Airbus A330 d'Air France, qui assurait le vol AF447 Rio de Janeiro-Paris, disparaît dans l'Atlantique au large des côtes brésiliennes, faisant deux cent vingt-huit morts. C'est la plus grave catastrophe de l'histoire de la compagnie. Les opérations de secours menées durant les semaines suivantes permettent de retrouver cinquante et un corps, mais pas les boîtes noires de l'avion. […] Lire la suite

4-29 octobre 1983 O.T.A.N. – Europe de l'Est. Enlisement des négociations Est-Ouest et manifestations pacifistes à propos des armements nucléaires

Les deux plus importantes réunissent 500 000 personnes à La Haye (le plus grand rassemblement de l'histoire des Pays-Bas) et 100 000 à Copenhague. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Clément THIBAUD, « HISTOIRE ATLANTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-atlantique/