PREY HERMANN (1929-1998)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'opéra, le baryton Hermann Prey a marqué les principaux rôles mozartiens de sa personnalité. Au concert, il s'est imposé comme l'un des plus remarquables chanteurs de lieder allemands.

Così fan tutte

Così fan tutte

Photographie

Così fan tutte de Mozart, donné au festival de Salzbourg en août 1963, sous la direction de Karl Böhm, dans la mise en scène de Günther Rennert. De gauche à droite, Waldemar Kmentt (Ferrando), Elisabeth Schwarzkopf (Fiordiligi), Christa Ludwig (Dorabella) et Hermann Prey (Guglielmo). 

Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

Afficher

Né à Berlin, le 11 juillet 1929, il entre à l'âge de dix ans dans le chœur Mozart de sa ville natale. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, il échappe à l'enrôlement dans les bataillons nazis. Il commence des études musicales professionnelles en 1948, à la Hochschule für Musik de Berlin, où il est l'élève de Günther Baum, de Jaro Prohaska et de Harry Gottschalk. Il donne son premier récital de lieder trois ans plus tard.

En 1952, il est lauréat d'un concours de chant organisé à Nuremberg par l'armée américaine d'occupation : le prix consiste en une tournée aux États-Unis. À son retour, il est engagé à l'Opéra de Wiesbaden pour chanter Moruccio dans Tiefland d'Eugen D'Albert, puis le deuxième prisonnier dans Fidelio de Beethoven. Un an plus tard, Günther Rennert lui propose un contrat à l'Opéra de Hambourg (1953-1960) : il y découvre tous les grands rôles mozartiens qui vont marquer profondément sa carrière, mais il y chante aussi le répertoire contemporain (Rolf Liebermann, Luigi Dallapiccola...). En 1955, il incarne Figaro dans Le Barbier de Séville à l'Opéra de Vienne et crée le rôle de Meton dans Pallas Athene weint d'Ernst Krenek à Hambourg. En 1959, il débute sur la scène du festival de Salzbourg dans le Barbier de La Femme silencieuse de Richard Strauss et, un an plus tard, au Metropolitan Opera de New York dans Wolfram (Tannhäuser). La même année 1960, il participe à la création du Prince de Hombourg de Hans Werner Henze. En 1962, il entre dans la troupe de l'Opéra de Munich, qu'il ne quittera plus. La même année, il reçoit le titre de Kammersänger et débute au festival d'Aix-en-Provenc [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « PREY HERMANN - (1929-1998) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-prey/