HERCULE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom du dieu Hercule est une déformation du grec Héraklès (cf. le dieu Herclè des Étrusques), et la tradition romaine qui fait remonter son installation sur le site de Rome avant la fondation de la ville n'est en réalité qu'une variante des nombreuses légendes relatives au passage du héros en Italie que connaissaient les villes de la Grande Grèce (Locres et Crotone principalement) : la lutte d'Hercule et du brigand Cacus, qui avait tenté de lui voler les bœufs de Géryon, le rôle du roi Faunus-Évandre servaient aux Romains à expliquer la fondation du sanctuaire de la porta Trigemina et celle de l'Ara maxima, où un culte était rendu au héros « selon le rite grec » (le sacrifiant ayant la tête nue). De fait, ces deux centres cultuels, bien que fort rapprochés géographiquement (dans le voisinage du forum Boarium, centre commercial et cosmopolite au bord du Tibre), ont une histoire différente et leurs relations sont relativement tardives. Près de la porta Trigemina, au pied de l'Aventin et hors du pomerium, une chapelle était consacrée à Hercule Victor ; la personnalité de cet Hercule, installé par des commerçants grecs, est essentiellement celle d'un purificateur (ce qui explique les alliances successives de ce dieu avec des divinités chthoniennes et de la fécondité). L'Ara maxima, au pied du Palatin, était l'objet d'un culte privé de la part de deux familles, les Potitii et les Pinarii (on y honorait une statuette d'Hercule attribuée au sculpteur étrusque Volca). Deux dates témoignent de la naturalisation du dieu : en ~ 399, il apparaît dans le premier lectisterne romain aux côtés de Diane, comme dieu purificateur et apotropaïque (comme l'Hercule de l'Ara maxima était honoré à cette date-là à titre privé, il est probable qu'il s'agissait de l'Hercule de la porta Trigemina). En ~ 312, le culte de l'Ara maxima est transmis à l'État : la tradition annalistique rapporte que le censeur Appius Claudius « acheta » aux Potitii le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégée de lettres classiques, assistante à l'université de Paris-X

Classification


Autres références

«  HERCULE  » est également traité dans :

CACUS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BRISSON
  •  • 543 mots

Personnage qui nous est essentiellement connu par le récit que fait Virgile ( Énéide , VIII, 185-275) de sa lutte contre Hercule. Monstre mi-homme mi-bête, Cacus est doué du pouvoir d'exhaler du feu et de la fumée. Une profonde caverne au pied de l'Aventin lui sert de repaire, et il fait régner une véritable terreur sur les populations voisines par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cacus/#i_44847

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

Dans le chapitre « L'évolution du culte officiel »  : […] Cependant, fait essentiellement romain, la théologie impériale, formée autour d'Auguste, évoluait pour elle-même et contribuait à donner au régime impérial un fondement religieux bien défini. L'empereur avait été divinisé de son vivant, dès l'époque d'Auguste, surtout en Orient, et le mouvement avait continué sous Tibère, malgré les réticences du p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-religion-romaine/#i_44847

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « Marginalisation et objectivation »  : […] Il est de fait que l'astrologie va peu à peu disparaître des traités de médecine, de météorologie et d'agriculture, et se replier sur elle-même, mais pas assez vite pour pouvoir assumer son autonomie. On passe ainsi, par exemple, d'une médecine faisant appel à l'astrologie, à l'astrologie médicale, dépendant de la médecine. Contestée par Pic de La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrologie/#i_44847

Pour citer l’article

Catherine SALLES, « HERCULE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hercule/