CACUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Personnage qui nous est essentiellement connu par le récit que fait Virgile (Énéide, VIII, 185-275) de sa lutte contre Hercule. Monstre mi-homme mi-bête, Cacus est doué du pouvoir d'exhaler du feu et de la fumée. Une profonde caverne au pied de l'Aventin lui sert de repaire, et il fait régner une véritable terreur sur les populations voisines par ses massacres et ses brigandages. Hercule, après avoir tué Géryon et s'être emparé de son troupeau de bœufs, se trouve faire halte sur les bords du Tibre ; Cacus, profitant de son sommeil, lui vole quatre de ses animaux en les tirant par la queue jusqu'à sa caverne pour brouiller les pistes. Mais les mugissements des bêtes ainsi dérobées conduisent Hercule jusqu'au gîte de Cacus, qu'il tue après avoir forcé sa caverne.

Ce récit étiologique du culte d'Hercule à l'Ara maxima ne permet guère de cerner la signification du personnage dans le folklore latin. Peut-être faut-il le rapprocher d'un autre héros légendaire du Latium, Caeculus, fondateur mythique de Préneste et ancêtre non moins mythique d'une des plus illustres familles plébéiennes de Rome, la gens Caecilia. Fils de Vulcain, il est né près du foyer dont la fumée lui a abîmé les yeux ; d'où son nom, qui signifie littéralement : le « petit aveugle ». Grâce à son ascendance paternelle, il a la réputation d'avoir allumé miraculeusement un incendie qu'il a non moins miraculeusement éteint. Cette maîtrise du feu destructeur caractérise également le Cacus de Virgile, lui aussi fils de Vulcain (Énéide, VIII, 198). Cette similitude invite à un autre rapprochement avec une version de la naissance de Romulus, éliminée par la vulgate officielle de Rome mais conservée par Plutarque : sa mère aurait conçu le fondateur de Rome à la vue d'un phallus géant apparu dans le foyer.

On peut dès lors se demander si la tradition romaine, en modelant le personnage de Cacus sur son voisin Caeculus, n'a pas visé à isoler certains traits inquiétants qui appartiennent [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CACUS  » est également traité dans :

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

Dans le chapitre « Les divinités »  : […] Tous ces rites avaient pour objet d'agir sur la volonté divine, le numen des dieux ; cette action était obtenue par la valeur contraignante du geste, par le sacrifice et par la prière. Pour chaque acte rituel, tous les détails sont minutieusement réglés : costume du prêtre (tête couverte ou découverte, drapé de la toge, etc.), paroles à prononcer, nature exacte de la victim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-religion-romaine/#i_44470

Pour citer l’article

Jean-Paul BRISSON, « CACUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cacus/