ASQUITH HERBERT HENRY, 1er comte d'Oxford et Asquith (1852-1928)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État anglais, Premier ministre du Royaume-Uni de 1908 à 1916. Né dans une famille de manufacturiers du Lancashire, l'un des plus brillants étudiants jamais connus à Balliol College (Oxford), Asquith commença en 1876 une carrière d'avocat londonien. Très tôt attiré par le combat politique, séduit par le libéralisme de Gladstone, il entre au Parlement en 1886, s'y distingue rapidement au point d'être nommé ministre de l'Intérieur dans le cabinet Gladstone de 1892-1894 et de conserver ce poste sous lord Rosebery en 1894-1895. Espoir du radicalisme anglais, il se prononce aussi bien pour une complète séparation de l'Église et de l'État que pour l'achèvement du processus démocratique et des réformes sociales hardies. Durant la guerre des Boers, il n'en est pas moins l'un des chefs de l'opposition favorables à la politique impérialiste, tout en se refusant, par la suite, d'approuver une quelconque politique de protectionnisme douanier au sein de l'Empire et à son profit. Revenu au pouvoir avec son parti en 1905 et confirmé, après les élections de 1906, dans son nouveau poste de chancelier de l'Échiquier, il sert fidèlement sous les ordres de Campbell-Bannerman : son orthodoxie financière ne lui interdit pas de favoriser en 1908 un premier système de pensions de vieillesse. Le 6 avril 1908, il succède à Campbell-Bannerman, démissionnaire pour raisons de santé. Associé au gouvernement à Lloyd George, chargé des finances, il développe une véritable politique radicale.

Herbert Henry Asquith

Photographie : Herbert Henry Asquith

Le Britannique Herbert Henry Asquith (1852-1928), homme d'État libéral et champion d'une Grande-Bretagne démocratique. 

Crédits : Edward Gooch/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Sous son égide sont proposées les augmentations des impôts sur le revenu et sur les successions qui déclenchent en 1909 l'opposition forcenée des lords. Déclarant la guerre à l'aristocratie, Asquith choisit la voie de la réforme constitutionnelle, propose une « loi sur le Parlement » limitant dans le temps le pouvoir de veto des lords et le supprimant pour les questions financières ; il n'hésite pas à recourir en 1910 à deux dissolutions successives des Communes pour convaincre Édouard VII, puis George V des sentiments de l'opinion publique à cet égard, et, avec l'appui royal, obtient en 1911 le vote de la loi qui consacre aussi le principe de l'indemnité parlementaire. Dans le même temps, son gouvernement fait adopter un nombre important de réformes sociales, dans le cadre d'un véritable « socialisme d'État ». Tout en proclamant sa confiance dans l'évolution heureuse d'un Empire britannique en partie fondé sur la coopération de nations-sœurs, il reprend la politique irlandaise de Gladstone : en 1912, il fait voter un Home Rule qui aurait dû être appliqué à partir de 1914. Champion d'une Angleterre démocratique, il fait preuve cependant d'une réserve certaine envers les vœux des suffragettes et contribue par son attitude à l'échec des projets d'extension du suffrage aux femmes. En politique internationale, épaulé par sir Edward Grey, il est fidèle à l'Entente française, laisse se développer les contacts militaires entre les deux voisins, et, sans désespérer d'un rapprochement avec l'Allemagne, soutient le réarmement naval et une attitude de fermeté.

En 1914, il ne saisit pas immédiatement les implications de l'attentat de Sarajevo, mais adopte immédiatement une position de solidarité avec la France, sans attendre, comme d'autres membres de son cabinet, l'invasion de la Belgique pour se proclamer favorable à l'entrée en guerre. Premier ministre d'un gouvernement libéral homogène jusqu'en 1915, puis d'un gouvernement de coalition de mai 1915 à décembre 1916, il conduit l'effort anglais avec une prudence jugée bien vite excessive et se heurte à l'impatience croissante de Lloyd George. Celui-ci, s'alliant aux conservateurs, finit par obtenir la démission de son ancien chef de file.

Devenu le chef de l'opposition au nouveau gouvernement de coalition, Asquith est soutenu par une centaine de députés libéraux. Comme nombre de ses fidèles, il sera la victime des élections précipitées de 1918 et ne fera sa rentrée aux Communes que grâce à une élection partielle en 1920. Difficilement réconcilié avec Lloyd George, qu'il a combattu en 1920-1921 pour sa politique irlandaise trop intransigeante, Asquith consent en 1923 à la réunification libérale. Ses scrupules constitutionnels lui font refuser le pouvoir à la fin de 1923, alors que les libéraux, en troisième position, auraient pu obtenir l'appui parlement [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  ASQUITH HERBERT HENRY, 1 er comte d'Oxford et Asquith (1852-1928)  » est également traité dans :

ÉDOUARD VII (1841-1910) roi du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande (1901-1910)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 292 mots
  •  • 2 médias

Fils aîné de la reine Victoria et du prince consort Albert de Saxe-Cobourg, Édouard VII accéda au trône d'Angleterre à l'âge de soixante ans, après avoir goûté comme prince de Galles aux plaisirs de la vie parisienne réprouvés par la morale victorienne. Il exerça son métier de souverain avec un sens aigu de ses devoirs et des limites de son autorité. Très attaché à la France, où il fait encore des […] Lire la suite

LLOYD GEORGE DAVID (1863-1945)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 835 mots
  •  • 4 médias

Né à Manchester, fils d'un instituteur, Lloyd George passe son enfance au pays de Galles. Il fait des études juridiques et se taille une réputation de brillant avocat. De religion baptiste, il attaque constamment l'Église établie et l'aristocratie foncière : pour défendre les paysans, il organise une ligue agraire. Élu au Parlement comme libéral en 1890, il n'oublie cependant jamais la cause gallo […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 754 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre « Les fondements idéologiques »  : […] Les racines des thèses impérialistes sont variées. L'élite du pays est nourrie de culture classique et se réfère volontiers aux grands empires de l'Antiquité, prenant pour modèle tour à tour ou simultanément Rome et Athènes. Venise, à l'époque médiévale et moderne, prend parfois le relais. Mais le vieux bagage de références s'accroît de thèses « scientifiques » inspirées de Charles Darwin et du d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « ASQUITH HERBERT HENRY, 1er comte d'Oxford et Asquith (1852-1928) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/herbert-henry-asquith/