THOREAU HENRY DAVID (1817-1862)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écriture de soi, écriture de la nature

Moins motivé par la transformation de la société que par le corps à corps avec le langage, Thoreau rédige sept versions de Walden de 1846 à 1854. Afin de raviver le pouvoir évocateur des mots, il recourt à l'étymologie, fait surgir des sens oubliés, définit ses termes, utilise un vocabulaire archaïque ou indigène ; il s'engage parfois dans une rêverie sur la sonorité des mots, sur la forme des lettres et leur expressivité. Ce travail poétique vise à créer une langue personnelle, sensuelle, qui permette l'énonciation de la subjectivité. L'écriture exploratoire s'ouvre aux zones d'ombre de l'écrivain, à ce qui n'est pas maîtrisé en lui et accepte le risque de l'obscurité. Le texte poétique fait craquer le carcan des intentions moralisatrices pour laisser entendre le deuil d'objets perdus, sur fond de désespoir contenu. La description des paysages dans lesquels il se projette l'aide à s'approcher de l'inconnu en lui.

L'immense Journal révèle un besoin quotidien d'écriture. Après 1850, il devient un projet littéraire indépendant un « journal météorologique de l'esprit » où l'écrivain consigne les fluctuations de sa pensée au rythme des saisons, mais s'abstient de toute confidence. Dans ce qui devient le lieu d'une réflexion sur soi et sur sa relation à la nature, Thoreau s'interroge sur la perception du monde et sa représentation. L'écriture fragmentaire, instable, contradictoire, témoigne ici d'une pensée en mouvement.

Thoreau a aussi pris le temps de canaliser sa pensée et de rédiger des récits de voyage pour des magazines ; ils ont été regroupés en livre après sa mort. Les Forêts du Maine (The Maine Woods) raconte ses excursions dans la nature primitive du Nord-Est, sa confrontation avec la montagne inhospitalière et ses contacts avec un guide indien dont il veut partager le savoir sur la forêt. Cap Cod offre la vision de l'horizontalité lugubre d'un paysage marin où il rencontre épaves et cadavres : de froides descriptions de plages rendent compte de cette « vaste morgue » ; il y joint des anecdotes sur les habitants et des cons [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Lyon-II-Lumière

Classification


Autres références

«  THOREAU HENRY DAVID (1817-1862)  » est également traité dans :

WALDEN, Henry David Thoreau - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 726 mots
  •  • 1 média

Henry David Thoreau (1817-1862) est assurément avec Ralph Waldo Emerson (1803-1882) le plus célèbre des intellectuels, écrivains et philosophes, qui ont contribué à l'affirmation de la culture américaine et ont fait du transcendantalisme le cour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walden/#i_9058

CAVELL STANLEY (1926-2018)

  • Écrit par 
  • Sandra LAUGIER
  •  • 1 176 mots
  •  • 1 média

Né 1 er  septembre 1926 à Atlanta (Georgie), Stanley Cavell, après avoir étudié et enseigné à Harvard et à Berkeley, est devenu professeur à Harvard University, où s'est déroulée toute sa carrière. Il représente, par sa revendication d'une voix philosophique de l'Amérique, un courant tout à fait original de la pensée américaine contemporaine. On a tendance, depuis que le p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanley-cavell/#i_9058

DÉSOBÉISSANCE CIVILE

  • Écrit par 
  • Christian MELLON
  •  • 2 257 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Histoire moderne de la notion »  : […] C'est à l'écrivain américain Henry David Thoreau (1817-1862) que l'on attribue la paternité de l'expression civil disobedience , dont l'expression française « désobéissance civile » est la traduction. En 1846, ayant refusé de payer l'impôt à un État dont il contestait la politique sur deux points (esclavage, guerre contre le Mexique), il fut mis en prison à Concord (Massachu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desobeissance-civile/#i_9058

ÉCOLOGISTE MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION, 
  • Bruno VILLALBA
  •  • 10 797 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Émergence de la pensée écologiste »  : […] L'écologie politique se définit aujourd'hui selon quatre axes revendicatifs, qui tissent entre eux des liens indissociables mais complexes : qualité environnementale, justice sociale, citoyenneté et solidarité internationale. L'élaboration de ce programme reflète elle-même, dans ses hésitations, ses erreurs, ses impasses, sa diversité, la difficulté de sa construction. Elle marque par ailleurs une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-ecologiste/#i_9058

NATURE WRITING, littérature

  • Écrit par 
  • Yves-Charles GRANDJEAT
  •  • 3 697 mots
  •  • 3 médias

La prise de conscience croissante, par le grand public et par les politiques, de l’urgence de la crise climatique et écologique qui menace notre planète nourrit un intérêt croissant pour les « écrivains de la nature », soit en anglais, puisque cette tradition nous vient principalement des États-Unis, pour le genre du nature writing . Ce dernier, dont le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-writing-litterature/#i_9058

Pour citer l’article

Michel GRANGER, « THOREAU HENRY DAVID - (1817-1862) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-david-thoreau/