Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HÉMATODERMIES

Manifestations cutanées accompagnant les maladies du système hématopoïétique dont certains éléments, normalement quiescents dans le derme, manifestent alors une activité anormale. On distingue deux groupes d'éruptions : des lésions banales et habituellement prurigineuses, sans infiltrat spécifique décelable à l'examen histologique, ou des lésions associées à un infiltrat spécifique qui détermine selon son développement soit des papules, des nodules ou des tumeurs d'abord fermes puis ramollies et ulcérées, soit une érythrodermie si l'infiltrat est diffus à l'ensemble du tégument.

Classées d'après la formule histologique de leur infiltrat, les hématodermies se voient dans les leucoses particulièrement lymphoïdes, parfois comme accident inaugural, souvent associées à d'autres foyers ganglionnaires, hépatiques, spléniques, médullaires. Survenant au cours d'une leucémie chronique, lymphoïde ou myéloïde, les hématodermies en marquent souvent l'évolution aiguë.

Dans les réticuloses, les lésions spécifiques résultent d'une prolifération orthoplasique ou, plus souvent, métaplasique (réticulose maligne) des cellules réticulaires, ces deux types de lésions pouvant s'associer ou se succéder chez un même malade.

Chez le nourrisson, la maladie de Letterre-Siwe, naguère constamment mortelle, évolue, parfois à la suite des traitements actuels, vers le granulome éosinophile ou vers le syndrome de Hand-Schüller Christian, qui sont plus souvent réalisés d'emblée. On groupe cet ensemble sous le vocable de réticulosis X.

Les mastocytoses comportent exceptionnellement des formes généralisées aux viscères, à la moelle osseuse.

Dans les granulomatoses, la prolifération plus ou moins maligne de cellules réticulaires s'accompagne d'une importante « réaction de l'hôte » avec invasion de lymphocytes mais aussi de polynucléaires, notamment éosinophiles : ainsi sont réalisés des infiltrats « bigarrés ». Il en est ainsi du mycosis fongoïde, avec ses trois formes classiques : érythrodermiques, à tumeurs d'emblée, et du type « Alibert-Bazin » le plus courant, où les tumeurs sont précédées d'éruptions trompeuses (eczématoïdes, lichéniennes, urticariennes), puis de placards eczématolichéniens figurés, plus évocateurs. L'autre grande granulomatose, la maladie de Hodgkin, se localise exceptionnellement à la peau.

Si certaines hématodermies paraissent représenter des entités valables, du moins sur le plan anatomoclinique, l'absence d'étiologie explique la possibilité d'associations et de faits de passage. Souvent, l'examen doit viser à établir un bilan, seulement valable pour le moment où il est pratiqué. Le traitement fait appel, suivant le degré d'extension et la sensibilité des lésions, aux antimitotiques, à la radiothérapie, à la corticothérapie ou à l'extirpation chirurgicale des tumeurs suivie de greffe.

— Pierre de GRACIANSKY

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DERMATOLOGIE

    • Écrit par Robert DEGOS
    • 4 585 mots
    • 1 média
    Les sarcomes cutanés du tissu hémolymphopoïétique (lympho- ou réticulosarcomes) s'intègrent dans le cadre des hémopathies malignes (hématodermies). Ils constituent les placards infiltrés, les nodules, les érythrodermies et les tumeurs des hémopathies cutanées malignes, du syndrome du...
  • ÉRYTHRODERMIES

    • Écrit par Pierre de GRACIANSKY
    • 356 mots

    Lésions érythématosquameuses caractérisées par leur étendue et par leur durée. Parmi les érythrodermies, on distingue par leur aspect : l'érythrodermie pityriasiforme de Hebra-Jadassohn, à desquamation fine ; le type Wilson-Brocq, desquamant par larges lambeaux ; les érythrodermies œdématovésiculeuses,...

  • MYCOSIS FONGOÏDE

    • Écrit par Pierre de GRACIANSKY
    • 614 mots

    Le mycosis fongoïde est une hématodermie frappant les adultes des deux sexes. Il revêt trois aspects cliniques principaux.

    La forme d'Alibert-Bazin commence par des éruptions polymorphes dites prémycosis. Ce sont d'abord des éruptions atypiques : placards érythémateux, eczématiformes,...

Voir aussi