OITICICA HÉLIO (1937-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une courte vie aura suffi à l'artiste brésilien Hélio Oiticica pour laisser une trace persistante dans la vie artistique, mais aussi politico-culturelle, de son pays. Né le 26 juillet 1937 à Rio de Janeiro, il est le fils de José Oiticica Filho, entomologiste, photographe et peintre, et le petit-fils de José Oiticica, poète et anarchiste qui, en 1918, avait été déporté pour avoir appelé à la grève insurrectionnelle. Dans le sillage de son grand-père, Hélio va mener une série d'actions en direction des déshérités. Lorsqu'il commence à montrer des œuvres conçues sur le thème des favelas, dans le cadre de l'exposition Opinão 65, au musée d'Art moderne de Rio de Janeiro, il invite les principaux intéressés au musée. Ceux-ci, jugés peu présentables par les autorités, sont expulsés du bâtiment manu militari. L'artiste, fou de rage, ne peut empêcher leur évacuation.

Dès 1963, après de classiques études à l'école des Beaux-Arts de Rio de Janeiro, où il étudie la peinture auprès d'Ivan Serpa, Oiticica s'était plongé dans la favela de Mangueira, qui devient vite une sorte de quartier général de ses opérations, et une matrice pour son inspiration. En 1964, il rejoint l'école de samba de Mangueira. Sollicités, les habitants participent, cette fois-ci sans encombre, à des actions de rue sous forme de fêtes, dans lesquelles se mêlent musique, art et politique. À l'instigation d'Oiticica, ils s'emparent de drapeaux, d'étendards, de tentes, et revêtent de grandes capes. On les appelle bientôt Parangolès – l'une des œuvres de l'artiste, exécutée en 1963, porte d'ailleurs ce titre, évoquant une cape ou un manteau, parure ou déguisement, mais aussi, dans un autre sens, l'emballement soudain d'une foule, entre excitation et confusion. Trois ans plus tard, une autre pièce, Hommage à Cara de Carvalho, contribue à accroître la notoriété de l'artiste.

Auparavant, Oiticica avait participé aux activités du Grupo Frente (1954-1956), puis à partir de 1959, au côté notamment de son aînée Lygia Clark, à celles du Grupo Neoconcreto. Comme son nom l'indique, le mouvement néo-concret poursuit, tout en s'y opposant, le mouvement concret en vigueur depuis une dizaine d'années, s'inspirant du sculpteur constructiviste suisse Max Bill.

Des années 1950 aux années 1960, Hélio Oiticica va mener de front deux types d'activités. D'un côté, des expositions en galeries, centres d'art ou musées internationaux, de l'autre, des happenings urbains. C'est ainsi qu'il propose Apocalypopótese, en 1968, dans les rues de Rio, manifestation collective où figurent ses Parangolès ainsi que les Ovos (Œufs) de Lygia Pape. L'année suivante, il présente une sélection de ses œuvres géométriques, ainsi que des propositions ouvertes à la participation des spectateurs, dans le Projeto Éden, à la Whitechapel Art Gallery de Londres – occasion de ce qu'il qualifie d'« expérience d'ambiance (sensorielle) limite ».

Au début des années 1960, Oiticica a en effet inventé une forme originale qu'il va multiplier sous le terme générique de Penetráveis (Pénétrables). Dans ces installations, le public est convié à entrer ; les spectateurs sont ainsi amenés à établir un contact personnel avec l'œuvre de l'artiste, et à développer de la sorte une expérience sensorielle originale. Plongé à l'intérieur du Pénétrable, chacun trace sa voie à sa guise, éprouve physiquement la présence de l'environnement et se voit confronté à une épreuve comportementale inédite.

En avril 1967, le Brésil vivant alors sous le joug de la dictature militaire, Oiticica donne une orientation nouvelle à ses Pénétrables avec l'installation Tropicália, qu'il montre, le mois suivant, au musée d'Art moderne de Rio, pendant l'exposition Nova Objetividade Brasileira. Tropicália renoue avec l'esprit de l'art total en associant musiciens, artistes plasticiens, acteurs et comédiens, pour célébrer les noces imaginaires des Brésiliens avec leurs origines métisses. Dans les pénétrables Tropicália cohabitent les principaux clichés de l'exotisme. Le public s'enfonce dans un parcours labyrinthique en foulant le sable de plages idylliques et en croisant l'évocation d'une nature luxuriante, peuplée d'oiseaux tropicaux verts, jaunes et bleus, couleurs familières aux habitants. Il ne reste plu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  OITICICA HÉLIO (1937-1980)  » est également traité dans :

AVANT-GARDE

  • Écrit par 
  • Marie-Laure BERNADAC, 
  • Nicole BRENEZ, 
  • Antoine GARRIGUES, 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 10 108 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'Amérique du Sud, modèle multiculturel »  : […] Dans l'histoire de la globalisation, l'Amérique du Sud sert souvent de référence. Sa proximité avec l'Amérique du Nord, sa tradition de métissages multiples (indiens, africains, européens) ont fait de ce continent un modèle multiculturel symptomatique des relations entre tradition, art populaire et modernité. Le Manifeste anthropophage (1928) de Oswald de Andrade, qui revendique le caractère « ca […] Lire la suite

PAPE LYGIA (1929-2004)

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 918 mots

Dans le chapitre « De l'abstraction géométrique au néo-concrétisme »  : […] L'art abstrait a été introduit en Amérique du Sud par Joaquín Torrès-García, qui revint à Montevideo après avoir côtoyé les avant-gardes européennes, de Mondrian au mouvement Abstraction-Création. Buenos Aires, Rio de Janeiro et São Paulo sont touchées à leur tour ; de grands artistes apparaissent, tels les Argentins Rhod Rothfuss ou Gyule Kosice, et des groupes se forment, comme en 1945 Arte Con […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé GAUVILLE, « OITICICA HÉLIO - (1937-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/helio-oiticica/