BÖLL HEINRICH (1917-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Où étais-tu, Adam ? – J'étais à la guerre. »

La guerre interrompt ses premiers essais littéraires, qui resteront inédits, et la lecture des écrivains dont il se sent proche : Hebbel, Kleist, Dickens, Dostoïevski, Bloy, Mauriac et Bernanos. Fantassin et soldat de première classe, Böll connaît les garnisons de Pologne, les fronts de France et de Russie, les hôpitaux de Roumanie et les dangereuses péripéties de la désertion. Fait prisonnier par les Américains, puis libéré en novembre 1945, il retrouve à Cologne Anne-Marie Cech, qu'il a épousée en 1942 et qui lui donnera trois fils. Plongé dans des études de germanistique, il travaille aussi dans l'atelier de menuiserie de son frère et au bureau des statistiques de Cologne. Il ne vivra librement de sa plume qu'à partir de 1951. Comme celle de Wolfgang Borchert, son œuvre est d'abord littérature de la guerre et des ruines (Trümmerliteratur). Les premières short stories de 1947 où l'on sent l'influence de Hemingway, réunies ensuite sous le titre La Mort de Lohengrin (Wanderer, kommst du nach Spa..., 1950), le premier long récit en prose, Le train était à l'heure (Der Zug war pünktlich, 1949), et les trois romans suivants, Où étais-tu, Adam ? (Wo warst du, Adam ?, 1951), Rentrez chez vous, Bogner (Und sagte kein einziges Wort, 1953), Les Enfants des morts (Haus ohne Hüter, 1954), concentrent leur thématique autour de la « monstrueuse machinerie d'ennui sanglant ». Tragique alibi de la responsabilité déléguée, la guerre substitue au principe de la réalité un ordre absurde et inhumain. C'est aussi le cortège de la misère, du marché noir, de la solitude, le désarroi du retour, les difficultés de la réadaptation. La reconstruction de l'Allemagne, le redressement économique creusent encore le fossé entre victimes et profiteurs, amènent l'établissement d'une société « restaurative », et Böll considère comme « manquée » la « grande chance » qu'aurait représentée pour son pays un recommencement à partir d'une alliance marxiste-catholique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, maître assistante à l'U.E.R. d'études germaniques de l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  BÖLL HEINRICH (1917-1985)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les années 1950-1965 : les liens du présent et du passé »  : […] Le renouvellement s'effectue, dans les années cinquante, grâce à la génération rassemblée, sans organisation rigide, autour du Groupe 47. Refusant les idéologies, ces écrivains veulent affronter la réalité de la « reconstruction adenauerienne » où ils analysent les survivances morales du passé. C'est l'ère d'un « réalisme critique » où la description sociologique s'allie aux recherches formelles […] Lire la suite

GROUPE 47

  • Écrit par 
  • Pierre GIRAUD
  •  • 2 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Groupe 47 : exigences et perspectives »  : […] Dans l'esprit de ses fondateurs fortuits, le Groupe 47 répond à une double exigence. Tout d'abord à une exigence politique. Il n'est pas exagéré de dire qu'il incarne la version allemande de l'engagement, tel qu'on l'entend en France dans les années 1945-1950, c'est-à-dire de l'engagement à gauche au sens large, puisque l'Allemagne nouvelle doit se définir à la fois contre la restauration capitali […] Lire la suite

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 495 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'imaginaire et le mémoriel : mémoire sidérée, mémoire greffée »  : […] Œuvre inaugurale, Le Dernier des Justes d'André Schwarz-Bart (1959) est un raccourci symbolique du martyrologe juif depuis les meurtres de York en 1185 jusqu'à Auschwitz. Ernie est le dernier maillon de la chaîne des Justes qui avaient assuré la perpétuation du peuple par la « sanctification du Nom » sur tous les bûchers du monde. Au seuil de la chambre à gaz, dans une ultime envolée mystique, qu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michèle MONTEIL, « BÖLL HEINRICH - (1917-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-boll/