HARUNOBU SUZUKI (1725 env.-1770)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Suzuki Harunobu fut l'un des premiers dessinateurs japonais à comprendre quelles ressources nouvelles offrait la xylographie polychrome, également appelée « image de brocart » ou nishiki-e, qui constitue une véritable révolution technique dans la gravure sur bois. Il semble que ce nouveau procédé permit à son talent de s'épanouir pleinement.

Bateau au clair de lune, Harunobu

Bateau au clair de lune, Harunobu

Photographie

L'artiste japonais Harunobu (1725-1770) inaugura, grâce à la technique de la xylographie polychrome, encore appelée image de brocart ou nishiki-e, une nouvelle forme de gravure sur bois. Victoria and Albert Museum, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Avec Harunobu disparaît la gaucherie caractéristique de l'estampe dite « primitive » et se réalise un moment d'équilibre dans l'art de l'estampe. D'autre part, alors que toute l'évolution de la gravure sur bois montre une très nette tendance au réalisme, jamais œuvre de dessinateur ne fut plus empreinte de poésie et de romantisme : tout est transposé dans un univers éthéré et idéalisé, de rêve et de lyrisme.

Naissance du « nishiki-e »

Fait très rare en histoire de l'art, on peut dater de façon très précise l'apparition du nishiki-e : les premières estampes polychromes apparurent sous forme de calendrier illustré (e-goyomi) pour le nouvel an 1765.

Si la tradition attribue volontiers ce progrès technique à Harunobu, l'idée et la réalisation en reviennent à un groupe de poètes amateurs de haikai. Dans ce milieu d'intellectuels dilettantes, il était de tradition d'échanger entre groupes rivaux des estampes calendriers, à l'occasion de la nouvelle année. Ces e-goyomi, véritables rébus où l'on faisait assaut d'esprit et d'invention artistique, n'étaient tirés qu'à un nombre restreint d'exemplaires, sans aucun but commercial. Cette année-là, une de ces associations, présidée par Kyosen (pseudonyme artistique d'un vassal direct du shōgun), eut l'idée de recourir à Harunobu, alors peu connu, et aux meilleurs graveurs et imprimeurs spécialisés dans le benizuri-e (estampes tirées en deux ou trois couleurs) pour réaliser des estampes-almanachs en sept ou huit couleurs sur un papier de qualité remarquable (hōsho), réservé jusque-là aux documents officiels. Le résultat fut si étonnant et le public si enthousiaste que l'on s'empressa d'en faire une édition commercial [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : conservateur des collections Japon, Chine et Corée aux Musées royaux d'art et d'histoire, Bruxelles, gestionnaire des musées d'Extrême-Orient

Classification


Autres références

«  HARUNOBU SUZUKI (1725 env.-1770)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Les grands genres de l'Ukiyo-e »  : […] Attentive aux intérêts les plus variés d'une société dont elle se voulait l'interprète, la xylographie ukiyo-e aborda pratiquement tous les sujets. Mais elle montra une prédilection pour le portrait de jolies femmes (souvent lié à l'érotisme ) et le portrait d'acteurs de kabuki , ainsi que pour le paysage. Tout au long de sa carrière, l'Ukiyo-e fit une place privilégiée à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_18025

Pour citer l’article

Chantal KOZYREFF, « HARUNOBU SUZUKI (1725 env.-1770) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/harunobu-suzuki-1725-env-1770/