URS VON BALTHASAR HANS (1905-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hans Urs von Balthasar, écrivain suisse de langue allemande, fut l'un des plus éminents théologiens du catholicisme contemporain et l'un des meilleurs connaisseurs du patrimoine culturel de l'Occident. Né à Lucerne, il étudia d'abord la « germanistique » (philosophie, littérature et art) à Munich, Vienne et Berlin. En 1929, il présenta à Zurich une thèse de philosophie sur « l'histoire du problème eschatologique dans la littérature allemande moderne ». La méme année, il entre dans la Compagnie de Jésus ; il fait son noviciat à Feldkirch en Autriche, puis ses études de philosophie à Pullach, près de Munich, et de théologie à Lyon-Fourvière de 1934 à 1938, avec Jean Daniélou, Pierre Ganne, Henri Bouillard et Henri de Lubac, dont il restera l'ami. De sa prodigieuse culture acquise à travers cette formation témoigne d'abord son activité sans égale de traducteur, qui s'étend des plus grands auteurs grecs latins ou espagnols aux écrivains ou théologiens français (notamment Bernanos, Bloy, Claudel, Péguy, ainsi que H. de Lubac, Louis Bouyer, Henri Cazelles). Mais il a aussi de multiples activités éditoriales : d'abord dans la « série européenne » de la collection Klosterberg, où il va de Sophocle et Platon à Goethe et Nietzsche ; puis, dans sa propre entreprise, le Johannes Verlag (établi à Einsiedeln jusqu'en 1987, puis à Trèves), où se manifeste sa volonté de participer au débat intellectuel en Europe.

Ordonné prêtre en 1936 à Munich, Hans Urs von Balthasar devint, en 1940, aumônier des étudiants à Bâle. Dans cette ville-frontière située au confluent de plusieurs cultures, il engage avec le grand théologien protestant Karl Barth – son « véritable interlocuteur » – un débat qui devait aboutir en 1950 à la publication d'un ouvrage magistral sur l'œuvre de ce dernier ; en même temps, il découvre une « mystique dans le siècle », Adrienne von Speyr (1902-1967). Avec elle, il fonde un institut séculier, la communauté Saint-Jean, auquel il consacra toute sa vie, quittant pour cela la Compagnie de Jésus. Mais, surtout, il attache une immense importance à cette rencontre et, depuis Le Cœur du monde (1945 ; trad. franç. 1956), Bilan (1965) jusqu'à Notre mission (1984), la présente comme constituant pour son œuvre propre une clé si décisive qu'il faudrait tout faire pour « empêcher qu'après [sa] mort on essaie de séparer [son] œuvre de celle d'Adrienne von Speyr ». Urs von Balthasar fonda aussi la revue et le groupe international Communio et il exerça une grande influence sur le mouvement italien Comunione e Liberazione ainsi que dans d'autres milieux par de multiples conférences, retraites, etc. Mais, par-delà cette activité, c'est la conception même de sa théologie qui traduit son orientation marquée vers la spiritualité, la mystique et la sainteté chrétiennes.

Auteur de 74 ouvrages, de 365 articles (dont l'essentiel a été repris dans les cinq volumes des Skizzen zur Theologie), de nombreuses traductions et préfaces, Hans Urs von Balthasar n'a pas écrit une dogmatique complète mais aucun secteur de la théologie ne lui est demeuré étranger. Cet ensemble est dominé par une trilogie, qui, dans l'original, ne compte pas moins de quinze volumes : Herrlichkeit (4 t., 1961-1969), Theodramatik (4 t., 1973-1983) et Theologik (3 t., 1947-1987). La visée globale de l'auteur est de fournir une présentation générale de la révélation de Dieu à l'homme sur la base de l'analogie paradoxale mais rigoureuse entre l'être de l'homme et l'être de Dieu lui-même. Celui-ci s'est à la fois porté à la rencontre et proposé à la connaissance des hommes sous la figure singulière de Jésus le crucifié, sur le visage duquel rayonne, pour qui sait la voir, la gloire même du Dieu vivant. Cela étant, il est inutile de chercher à en faire la preuve par de laborieuses enquêtes historiques et démonstrations spéculatives. La théologie doit être d'abord une phénoménologie de la réalité de Dieu (La Gloire et la Croix, 4 vol., Aubier, 1975-1982), telle qu'elle s'est révélée dans l'histoire – et elle peut effectivement s'accomplir comme telle si elle prend pour référence l'analogie du « beau », dans la perception que l'homme en a. L'expérience esth [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : théologien, docteur en théologie, doyen de la faculté de théologie de l'Institut catholique de Paris

Classification

Pour citer l’article

Joseph DORÉ, « URS VON BALTHASAR HANS - (1905-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-urs-von-balthasar/