ENZENSBERGER HANS MAGNUS (1929- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Où va la littérature ?

En 1965, il a créé aux éditions Suhrkamp – dont il fut un certain temps l'un des directeurs littéraires – la revue Kursbuch, qui trouva par la suite un toit plus conforme à son engagement politique aux éditions Rotbuch. Porté par un grand projet qu'il définit comme un projet d'alphabétisation politique de l'Allemagne, il publie dans sa revue des textes de critique linguistique et sémiotique, et pose la question de la fonction de la littérature dans un monde en pleine transformation. Sa célèbre intervention sur « les lieux communs concernant la nouvelle littérature » (Gemeinplätze, die neueste Literatur betreffend, 1968) lui vaut la réputation d'avoir prédit la « mort de la littérature », alors qu'il n'a fait que constater que celle-ci n'était plus en harmonie avec la société, qu'elle était sans prise sur le politique et par conséquent quasi superflue, car seulement occupée d'elle-même. La modernité, poursuit Enzensberger, ne peut se comprendre uniquement comme un processus progressiste purement artistique : elle doit générer de nouvelles écritures poétiques, de nouvelles formes dramatiques, un nouveau ductus narratif. Sinon, elle ne sera plus rien. Les relations de la littérature au politique et de la poésie à l'engagement sont et resteront le sujet constant de la réflexion d'Enzensberger. Elle fédère les multiples champs de sa création et nourrit son aspiration au non-conformisme tant sur le plan de l'écriture poétique que sur le plan politique. En ce sens, il peut être considéré comme le prototype de l'intellectuel ouest-allemand qui, plus encore que ses collègues Heinrich Böll ou Günter Grass, s'est donné comme objectif suprême la dissidence, la fuite loin des pensées préformées de l'establishment, que ce soit celui du pouvoir ou celui de l'opposition. Cette attitude de non-conformisme est née d'une confrontation avec l'ère de restauration conduite par Adenauer, l'ère d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : directrice de l'association Les Amis du roi des Aulnes, traductrice

Classification


Autres références

«  ENZENSBERGER HANS MAGNUS (1929- )  » est également traité dans :

HAMMERSTEIN OU L'INTRANSIGEANCE (H. M. Enzensberger) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 1 039 mots

Paru en 2008, Hammerstein oder der Eigensinn (Hammerstein, ou l'Intransigeance, traduction de Bernard Lortholary, Gallimard, 2010) est un livre inclassable. Son auteur, Hans Magnus Enzensberger, précise dans la Postface qu'il ne s'agit là ni d'un roman, ni d'un travail d'historien sur les terres desque […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « 1970-1989 : dépolitisation et souci de soi »  : […] Les années 1970 marquent le début d'une ère nouvelle, qui coïncide avec la fin des « guerres de libération » dans le monde, l'échec de Mai-68, l'arrivée au pouvoir de la coalition socio-libérale en Allemagne de l'Ouest, la montée du terrorisme et la répression qui l'accompagna, et enfin la prise de conscience écologiste. Il s'agit alors pour la jeune génération de régler ses comptes avec les écriv […] Lire la suite

GROUPE 47

  • Écrit par 
  • Pierre GIRAUD
  •  • 2 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un organe de promotion de la littérature allemande contemporaine »  : […] Désormais, les participants, toujours plus nombreux, du Groupe 47 vont susciter des orientations nouvelles, plus diverses et plus riches. Les problèmes de l'identité, les malaises de la civilisation technicienne occupent une large place. Le ton devient sarcastique ou grinçant. Le grotesque, ou le bizarre, foisonne. Ilse Aichinger, qui lit sa célèbre nouvelle Histoire d'un miroir ( Spiegelgeschic […] Lire la suite

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 198 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Violence, État et société »  : […] D'autres approches de la violence la rapportent non plus à la situation intersubjective mais aux relations entre des êtres sociaux formant, plus ou moins difficilement, des communautés. Dans son Léviathan (1651) Thomas Hobbes interprète l'état de nature comme une situation instable. Ce n'est pas que l'homme y soit irrémédiablement l'ennemi de son prochain. Mais l'absence de règle commune a pour c […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicole BARY, « ENZENSBERGER HANS MAGNUS (1929- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-magnus-enzensberger/