HAECKEL ERNST HEINRICH (1834-1919)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une interprétation évolutionniste de la forme des organismes

Sur un plan purement scientifique, il s’intéresse à la morphologie des organismes, qu’il tente d’expliquer à la lumière de la théorie de l’évolution, interprétant dans ce sens les données de l’anatomie et de l’embryologie comparées. Dès 1862, il publie ainsi une monographie superbement illustrée sur les radiolaires (Die Radiolarien), animaux unicellulaires (protozoaires) dans lesquels il voit des formes vivantes à la fois primitives et morphologiquement très variées et élaborées, susceptibles selon lui d’éclairer les premières étapes de l’évolution de la vie.

Mais c’est surtout dans sa monumentale « Morphologie générale des organismes » (Generelle Morphologie der Organismen), publiée en 1866, qu’il développe ses vues sur l’évolution. Dans cet ouvrage, il reformule en des termes transformistes une idée ancienne, héritée de la Naturphilosophie, celle d’un parallélisme entre les étapes du développement embryonnaire et les différents degrés de la « grande chaîne de la nature ». Cette correspondance est le fondement de ce qu’il appelle la « loi biogénétique fondamentale », plus connue par la suite comme la « loi de la récapitulation », et qui peut se résumer par la célèbre formule : l’ontogenèse (c’est-à-dire le développement embryonnaire) récapitule la phylogenèse (la lignée dont est issue l’espèce considérée). Selon cette loi, par exemple, un embryon humain traverserait un stade unicellulaire, puis « ver », « insecte », « poisson », « amphibien », etc., avant de parvenir à son état final d’être humain.

Il convient de souligner que, tout en affirmant à maintes reprises son attachement à la pensée de Darwin et à la notion de sélection naturelle, Haeckel défend une conception de l’évolution sensiblement différente, plus proche en réalité du lamarckisme. En particulier, son idée de récapitulation s’accorde assez mal avec celle de variation aléatoire (qui est essentielle dans le darwinisme) et suggère plutôt une évolution orientée, avec complexification croissante des formes : chaque étape évolutive correspond à l’addition d’un nouveau stade de développement et donc, en quelque sorte, à un progrès. À cet égard, Haeckel va contribuer, paradoxalement, à freiner l’acceptation de l’idée la plus originale de Darwin, c’est-à-dire l’accent mis sur le rôle du hasard dans le processus évolutif par variation et sélection.

La théorie de la récapitulation est critiquée très tôt par certains biologistes (de fait, Haeckel prend un certain nombre de libertés avec les observations) et sera par la suite abandonnée, même si l’idée d’un rapport plus général entre développement et évolution subsiste dans la biologie actuelle. Elle n’en connaît pas moins, des années 1860 aux premières décennies du xxe siècle, un succès considérable qui s’explique notamment par le fait qu’elle ouvre la voie à de nombreux programmes de recherche. En effet, si on l’admet, il est possible de reconstituer l’histoire évolutive des êtres vivants à partir d’une simple comparaison du développement embryonnaire des espèces actuelles. Haeckel lui-même va entreprendre plusieurs études importantes de ce type, sur divers organismes, afin de confirmer et d’appliquer sa théorie.

Divers stades embryonnaires de vertébrés

Photographie : Divers stades embryonnaires de vertébrés

En comparant trois stades embryonnaires de différentes espèces de vertébrés, Haeckel illustre sa « loi biogénétique fondamentale », c'est-à-dire la récapitulation de l'histoire évolutive au cours du développement embryonnaire. Sur ces deux planches (publiées en 1874... 

Crédits : Wellcome Collection, CC BY

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Méduses

Méduses
Crédits : BnF, Estampes et photographie, cote : HD-77 (F)-PET FOL [planche 8]

photographie

Divers stades embryonnaires de vertébrés

Divers stades embryonnaires de vertébrés
Crédits : Wellcome Collection, CC BY

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  HAECKEL ERNST HEINRICH (1834-1919)  » est également traité dans :

GENERELLE MORPHOLOGIE DER ORGANISMEN (E. Haeckel)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 137 mots
  •  • 1 média

Sept ans après l’Origine des espèces (1859) du naturaliste anglais Charles Darwin, la publication par l’Allemand Ernst Haeckel (1834-1919) de la Generelle Morphologieder Organismen. Allgemeine Grundzüge der […] Lire la suite

BLOSSFELDT KARL (1865-1932)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  • , Universalis
  •  • 1 262 mots

Dans le chapitre « Du modelage végétal au document photographique »  : […] Le photographe allemand Karl Blossfeldt est né à Schielo, Harz, le 13 juin 1865 dans une famille modeste. Il passe de rudes années d'apprentissage dans la fonderie d'art d'une usine métallurgique à Mägdesprung, ville où l'on peut encore voir deux cerfs grandeur nature qu'il a réalisés à cette époque. En 1884, il suit les cours de l'École royale des arts décoratifs de Berlin. De 1890 à 1897, année […] Lire la suite

DARWIN CHARLES ROBERT (1809-1882)

  • Écrit par 
  • Charles BOCQUET, 
  • Universalis
  •  • 3 131 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « L'Origine des espèces » »  : […] En septembre 1858, Darwin reprit, en l'abrégeant considérablement, l'œuvre capitale qu'il avait commencée. L'Origine des espèces parut le 24 novembre 1859 ; Darwin y expose dans le détail sa théorie de la sélection naturelle et traite de l'évidence du fait d'évolution. La première édition, tirée à 1 250 exemplaires, fut épuisée le jour même de sa parution ; 60 000 exemplaires, en avaient été vend […] Lire la suite

ÉCOLOGISTE MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION, 
  • Bruno VILLALBA
  •  • 10 798 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Émergence de la pensée écologiste »  : […] L'écologie politique se définit aujourd'hui selon quatre axes revendicatifs, qui tissent entre eux des liens indissociables mais complexes : qualité environnementale, justice sociale, citoyenneté et solidarité internationale. L'élaboration de ce programme reflète elle-même, dans ses hésitations, ses erreurs, ses impasses, sa diversité, la difficulté de sa construction. Elle marque par ailleurs une […] Lire la suite

EMBRYOLOGIE

  • Écrit par 
  • Maurice PANIGEL, 
  • Josselyne SALAÜN, 
  • Denise SCHEIB, 
  • Jean SCHOWING
  •  • 13 231 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les étapes de l'embryologie »  : […] Les origines de l'embryologie remontent à l'Antiquité : de nombreux médecins et philosophes s'intéressèrent alors à l'évolution de l'embryon. Leurs moyens techniques étaient réduits, limités à l'observation d'œufs de divers animaux, surtout celui de la poule. Spéculations et hypothèses remplaçaient l'insuffisance des techniques. Les doctrines les plus variées et les plus erronées furent alors prop […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 101 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Impact et difficultés de la théorie darwinienne  »  : […] Quoique 1859 marque le début d'une diffusion rapide des idées de Darwin dans les milieux scientifiques, de nombreuses résistances se manifestèrent bientôt chez ceux qui en redoutaient les suites, et particulièrement la possibilité de rendre compte de la diversité du vivant sans recourir à quelque principe téléologique que ce soit (et donc, sans Dieu). Les rapports entre doctrine transformiste et […] Lire la suite

MICROBE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 527 mots

Grâce à l'invention du microscope, vers la fin du xvii e siècle, on découvrit l'existence d'êtres vivants de très petite taille, invisibles à l'œil nu. Sujets de curiosité pendant plus de cent cinquante ans, leur étude ne fut réellement abordée qu'au milieu du xix e siècle, avec les travaux de Pasteur, de Koch, et de leurs élèves. Mais les termes servant à désigner ces organismes étaient encore […] Lire la suite

PALÉOANTHROPOLOGIE ou PALÉONTOLOGIE HUMAINE

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 4 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Le chaînon manquant » du singe à l’homme »  : […] L'artisan des industries de pierre de l'époque de Saint-Acheul, suivant la chronologie de Mortillet, demeurait cependant inconnu en dépit de ce que laissait espérer la découverte, tant attendue, faite en 1863 par Boucher de Perthes, de la fameuse mandibule de la carrière du Moulin-Quignon, à Abbeville. Elle mit aux prises, cette année-là, les savants anglais, qui doutaient de son authenticité, et […] Lire la suite

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 676 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Genèse historique de l'arbre traditionnel »  : […] Pour l'essentiel, ce scénario de l'évolution animale s'est construit entre les années 1870 et 1875, c'est-à-dire pendant les heures de gloire de l'embryologie évolutive. La contribution la plus marquante est due à l'Allemand Ernst Haeckel (1834-1919). Ce dernier, principal promoteur des idées de Charles Darwin en Allemagne, est tout particulièrement connu pour avoir promu avec une vigueur inégalé […] Lire la suite

PLANTES

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 6 779 mots
  •  • 11 médias

Le terme « plantes » regroupe les organismes végétaux, majoritairement terrestres, constitués d’une tige feuillée aérienne et ancrée dans le sol. Cette définition aujourd’hui unanime est assez récente, datant de la fin du xx e  siècle. Historiquement et traditionnellement, les biologistes ont assimilé les plantes au « règne végétal », incluant également les champignons et la plupart des algues, p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Stéphane SCHMITT, « HAECKEL ERNST HEINRICH - (1834-1919) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/haeckel-ernst-heinrich-1834-1919/