FERRIÉ GUSTAVE (1868-1932)

Ancien élève de l'École polytechnique, Ferrié est nommé, en 1893, officier télégraphiste ; c'est à ce titre qu'il s'intéresse à la radiotélégraphie et entreprend ses travaux sur les antennes et les postes émetteurs et récepteurs. En 1903, il met au point son détecteur électrolytique. Puis il dote l'armée française d'un réseau de télégraphie sans fil qui est, à l'époque, parmi les meilleurs du monde. Avec son collaborateur H. Abraham, il améliore la triode de De Forest et en entreprend la production à grande échelle, à la veille de la guerre de 1914. Cependant, devenu général, Ferrié s'intéresse également aux problèmes posés par la mesure du temps ; depuis 1905, le « Naval Observatory » de Washington procédait à l'émission régulière de signaux horaires radioélectriques, mais les mesures effectuées faisaient apparaître des disparités quant à l'évaluation du temps. En 1911, Ferrié propose la création d'un organisme international chargé de centraliser et de pondérer les différentes estimations de l'heure faites par les observatoires. Son action aboutira, en 1919, à la création du Bureau international de l'heure (B.I.H.) dont le siège est fixé à l'Observatoire de Paris. En 1922, le général Ferrié était reçu à l'Académie des sciences.

—  Pierre GOUJON

Écrit par :

  • : président de l'Institut des hautes études puériles honnêtes et inspirées on-line

Classification


Autres références

«  FERRIÉ GUSTAVE (1868-1932)  » est également traité dans :

GÉNIE MILITAIRE

  • Écrit par 
  • Patrice VENTURA
  •  • 5 746 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Histoire du génie militaire »  : […] Arme de l'aménagement du terrain, spécialiste de la conception et de la réalisation des infrastructures des armées, le génie militaire vient tout droit de la première urgence qui s'est imposée pour la survie de l'homme : aménager le site, construire pour s'abriter, se protéger ou attaquer. L'abri, la motte, le donjon de pierre, le château fort précéderont les enceintes des villes, puis le bastion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genie-militaire/#i_27530

TÉLÉCOMMUNICATIONS - Histoire

  • Écrit par 
  • René WALLSTEIN
  •  • 18 646 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La T.S.F., un enjeu stratégique »  : […] Face à la course au monopole de Marconi, la concurrence avait fini par s'organiser, au début du xx e  siècle, sous la pression des militaires qui perçurent rapidement l'intérêt stratégique de ce nouveau moyen de communication. La T.S.F. permet en effet de s'affranchir du droit de regard qu'exercent les pays traversés par les lignes du télégraphe s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/telecommunications-histoire/#i_27530

Pour citer l’article

Pierre GOUJON, « FERRIÉ GUSTAVE - (1868-1932) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-ferrie/