GUINÉE ÉQUATORIALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom officielRépublique de Guinée équatoriale (GQ)
Chef de l'ÉtatTeodoro Obiang Nguema Mbasogo (depuis le 3 août 1979, élu le 12 octobre 1982)
Chef du gouvernementFrancisco Pascual Obama Asue (depuis le 23 juin 2016)
CapitaleMalabo
Langues officiellesespagnol, français
Unité monétairefranc CFA
Population1 406 000 (estim. 2019)
Superficie (km2)28 051

Une population maltraitée

Pour quatre raisons, la population a longtemps peu augmenté : l'expulsion des Européens (plus de 7 000 en 1960) et le départ de plusieurs dizaines de milliers de Nigérians et de Camerounais ; le massacre d'un nombre inconnu d'Équato-Guinéens, mais qui ne peut être inférieur à plusieurs milliers ; une surmortalité due à l'effondrement des services sanitaires et à la famine ; et, surtout, le départ en exil de plus de 100 000 Équato-Guinéens (au Gabon et au Cameroun, mais aussi en Espagne). On ne doit donc pas s'étonner que la population ait été estimée en 1983 à 300 000 âmes, alors que le dernier recensement sérieux (1965) donnait déjà une population de 246 941 habitants (population de droit, sans les travailleurs migrants), soit 43 753 à Bioko (alors Fernando Póo), dont 2 015 à Annobón, et 200 106 au Río Muni, plus les travailleurs. Le retour en 1979 de la paix civile, si imparfaite soit-elle, a permis un renouveau démographique : la population globale est estimée, au début du xxie siècle, à 515 000 habitants, dont 260 000 à Bioko, 5 000 à Annobón et 250 000 dans le Rio Muni. Pour autant, les conditions de vie sont difficiles et précaires : en 2005, l'espérance de vie ne s'élevait qu'à 43 ans, la mortalité infantile restait forte à 98 p. 1000 ; en 2003, 43 p. 100 seulement de la population bénéficiait de l'eau potable et, sur la période 1996-2003, le taux de scolarisation n'était que de 61 p. 100.

La population est essentiellement fang (pamue en espagnol). Ce sont des Bantous réapparus au Río Muni au xixe siècle. Linguistiquement, on distingue les Fang Ntumu, au nord du río Mbini, et les Fang Okak, au sud. Ils sont divisés en clans qui se combattirent fort longtemps et dont l'un, le clan des Esangui, monopolisa le pouvoir sous Macías et reste prédominant sous son successeur. Les Fang constituent probablement de 80 à 90 p. 100 de la population du Río Muni. Ce sont des chasseurs et des cultivateurs qui, bien que théoriquement catholiques, restent attachés à leurs croyances et aux cultes nés en réaction co [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages



Médias de l’article

Guinée équatoriale : carte physique

Guinée équatoriale : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Guinée équatoriale : drapeau

Guinée équatoriale : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau





Écrit par :

Classification


Autres références

«  GUINÉE ÉQUATORIALE  » est également traité dans :

MACÍAS NGUEMA FRANCISCO (1924-1979)

  • Écrit par 
  • René PELISSIER
  •  • 830 mots

« L'unique miracle que la Guinée équatoriale ait produit », selon les propres termes du dictateur qui avait donné cette modeste définition de sa personne, a terminé sa macabre carrière sous les balles d'un peloton d'exécution, le 29 septembre 1979, après avoir été renversé par son neveu, bras droit et successeur. Cette fin sanglante que lui prédisaient les observateurs et la quasi-totalité de son […] Lire la suite

MALABO

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 273 mots
  •  • 1 média

Capitale de la Guinée équatoriale, Malabo se situe sur la côte nord de l'île de Bioko (anc. Fernando Póo) au bord d'un volcan submergé. Fondé dans les années 1820 par des missionnaires protestants, Port Clarence servit de base aux Britanniques dans leur lutte contre la traite des Noirs. Rebaptisé Santa Isabel, le site fut ensuite la capitale de la Guinée espagnole, avant de devenir celle de la Gui […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10 février 2020 • France - Guinée équatoriale • Alourdissement de la peine visant Teodorin Obiang.

Dans l’affaire des « biens mal acquis », la cour d’appel de Paris condamne le vice-président de Guinée équatoriale Teodorin Obiang, fils du président Teodoro Obiang Nguema, à la même peine d’emprisonnement qu’en première instance, en octobre 2017, soit trois ans de prison avec sursis, mais ôte [...] Lire la suite

7 février 2019 • Suisse - Guinée équatoriale • Classement de la procédure suisse contre Teodorín Obiang.

Le Ministère public genevois classe la procédure pénale ouverte dans l’affaire des « biens mal acquis » contre Teodorin Obiang, le fils du président équatoguinéen Teodoro Obiang Nguema, après que celui-ci a accepté de réparer les dommages causés. Teodorin Obiang a été condamné en France en octobre 2017. Des instructions le visant sont en cours dans d’autres États. [...] Lire la suite

12 novembre 2017 • Guinée équatoriale • Élections législatives.

À l’issue des élections législatives, le Parti démocratique du président Teodoro Obiang, ancien parti unique, remporte 92 p. 100 des suffrages et conserve 99 sièges sur 100 à la Chambre des députés, ainsi que la totalité des 55 sièges soumis à l’élection au Sénat – 15 sénateurs sont en outre nommés. Le taux de participation est d’environ 84 p. 100. [...] Lire la suite

27 octobre 2017 • France - Guinée équatoriale • Condamnation de Teodorin Obiang dans l’affaire des « biens mal acquis ».

Le tribunal de grande instance de Paris condamne, en son absence, le vice-président de Guinée équatoriale Teodorin Obiang, fils du président Teodoro Obiang Nguema, à trois ans de prison avec sursis et 30 millions d’euros d’amende avec sursis pour blanchiment, abus de biens sociaux, détournement [...] Lire la suite

8 mars 2017 • France • Mise en examen de Wilfrid Nguesso dans l’affaire des « biens mal acquis ».

maritimes (Socotram), entreprise semi-publique dont il est le PDG. Wilfrid Nguesso est le premier membre de la famille présidentielle congolaise à être mis en examen dans ce dossier qui, outre le président du Congo, implique également les chefs d’État du Gabon et de Guinée équatoriale, ainsi que leurs proches.  [...] Lire la suite

17-26 janvier 2017 • Gambie • Départ en exil de l’ex-président Yahya Jammeh.

de médiation. L’opération est aussitôt suspendue pour permettre une ultime tentative de solution politique. Le 21, Yahya Jammeh annonce son retrait du pouvoir et quitte le pays pour la Guinée équatoriale. La CEDEAO, l’Union africaine et l’ONU garantissent sa sécurité et la conservation de ses biens. Le général Ousman Badjie, chef d’état-major, proclame son ralliement à Adama Barrow. Le 26, le président Adama Barrow rentre à Banjul.  [...] Lire la suite

24 avril 2016 • Guinée équatoriale • Réélection du président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo.

Le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo est réélu avec 93,5 p. 100 des suffrages. Le Front de l’opposition démocratique, principale formation de l’opposition, avait appelé au boycottage du scrutin. Le taux de participation officiel est de 93 p. 100. Au pouvoir depuis 1979, le président entame un premier mandat de sept ans dans le cadre de la réforme constitutionnelle approuvée en novembre 2011  [...] Lire la suite

18 mars 2014 • France - Guinée équatoriale • Mise en examen à Paris du fils du président équato-guinéen.

Les juges d'instruction près le tribunal de grande instance de Paris décident la mise en examen de Teodorin Obiang, fils du président de la Guinée équatoriale, pour « blanchiment de détournement de fonds publics », « abus de biens sociaux » et « abus de confiance » dans l'affaire dite des « biens [...] Lire la suite

26 mai 2013 • Guinée équatoriale • Victoire électorale du Parti démocratique au pouvoir.

Lors des élections législatives, le Parti démocratique de Guinée équatoriale, au pouvoir, remporte 99 des 100 sièges à la Chambre des représentants et 54 des 55 sièges soumis à l'élection au Sénat, les 15 derniers sénateurs étant nommés par le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. La seconde [...] Lire la suite

Pour citer l’article

René PELISSIER, « GUINÉE ÉQUATORIALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guinee-equatoriale/