MALABO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale de la Guinée équatoriale, Malabo se situe sur la côte nord de l'île de Bioko (anc. Fernando Póo) au bord d'un volcan submergé.

Guinée équatoriale : carte administrative

Guinée équatoriale : carte administrative

carte

Carte administrative de la Guinée équatoriale. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Fondé dans les années 1820 par des missionnaires protestants, Port Clarence servit de base aux Britanniques dans leur lutte contre la traite des Noirs. Rebaptisé Santa Isabel, le site fut ensuite la capitale de la Guinée espagnole, avant de devenir celle de la Guinée équatoriale indépendante en 1968. La ville prit le nom de Malabo en 1973. La population européenne de la ville déclina après la tentative de coup d'État et les émeutes de 1969 et, une nouvelle fois, lorsque les ouvriers nigérians venus travailler à Malabo rentrèrent dans leur pays au milieu des années 1970. La découverte et l'exploitation des gisements de pétrole de Guinée équatoriale dans les années 1980-1990 permit de relancer les activités et le développement de Malabo, dont la population atteint aujourd'hui 92 900 habitants (estim. 2003).

Avec une température moyenne de 25 0C et 1 900 millimètres de précipitations annuelles, Malabo présente l'un des climats les plus pénibles du golfe de Guinée. Elle est le centre économique et financier du pays. Son port maritime, l'un des plus profonds de la région, possède plusieurs quais d'amarrage et exporte surtout du cacao, du bois et du café. La ville est également dotée d'un aéroport international qui dessert Bata, sur la côte de la partie continentale de la Guinée équatoriale, ainsi que divers pays d'Afrique et d'Europe et les États-Unis.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  MALABO  » est également traité dans :

GUINÉE ÉQUATORIALE

  • Écrit par 
  • René PELISSIER
  • , Universalis
  •  • 4 495 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Une situation géopolitique singulière »  : […] La Guinée équatoriale (l'ancienne Guinée espagnole) est un pur accident de l'histoire coloniale et son caractère artificiel est patent si l'on considère que cette République de 28 051 kilomètres carrés est constituée, jusqu'en 1980, de deux provinces séparées par plusieurs centaines de kilomètres d'océan. On distingue tout d'abord une province insulaire de 2 034 kilomètres carrés, Bioko (ex- Ferna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guinee-equatoriale/#i_33177

Pour citer l’article

« MALABO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/malabo/