GUILLAUME Ier (1797-1888) roi de Prusse (1861-1888) et empereur d'Allemagne (1871-1888)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Second fils de Frédéric-Guillaume III et de la reine Louise, Guillaume participe aux dernières campagnes contre Napoléon. Lors des événements de 1848, il apparaît comme l'incarnation des idées réactionnaires et absolutistes. Après les journées révolutionnaires de mars 1848, il se réfugie quelque temps en Angleterre, mais c'est lui qui commande, en 1849, les troupes de répression prussiennes en Palatinat et dans le pays de Bade. Il ne succède qu'en 1861 à Frédéric-Guillaume IV ; il est cependant, dès 1858, à la suite de la maladie mentale de son frère, le véritable souverain avec le titre de régent. Sa principale préoccupation sera le renforcement de l'armée, qui doit, selon lui, échapper au contrôle parlementaire et ne dépendre que du roi. Mais la majorité libérale de la Diète refuse les crédits militaires et cause ainsi une crise constitutionnelle : il s'en faut de peu qu'il n'abdique en faveur de son fils, réputé libéral. Tous les corps constitués, noblesse, armée, haute administration, épiscopat luthérien, s'insurgent devant l'éventualité de cette reculade de la couronne devant la bourgeoisie, qui marquerait la fin du vieil État prussien militaire et aristocratique. Sous leur pression, Guillaume Ier reste sur le trône et confie la direction du gouvernement à Bismarck qui lui promet de se conduire en vassal fidèle plutôt qu'en ministre constitutionnel (septembre 1862). Bismarck doit lui forcer la main pour déclencher la guerre contre l'Autriche (1866), mais aussi, après Sadowa, pour lui faire accepter et la renonciation aux annexions de territoires autrichiens et l'expansion brutale de la Prusse au nord du Main, sans tenir compte des droits souverains des princes. En 1867, Guillaume Ier devient président de la Confédération de l'Allemagne du Nord, dont Bismarck est chancelier. Au cours de la crise de juin-juillet 1870, il est l'instrument docile de celui-ci (candidature Hohenzollern, dépêche d'Ems). Les victoires sur la France amènent les autres princes allemands à accepter qu'il soit proclamé, dans la galerie des Glaces de Versailles, « empereur allemand » (18 janvier 1871). Bismarck continue de cumuler les fonctions de chancelier impérial et de président du Conseil prussien. Guillaume Ier est quelquefois en désaccord avec lui : à propos du Kulturkampf anticatholique, dont il craint les répercussions sur l'Église protestante, ou à propos de l'alliance autrichienne, car il ne veut pas se brouiller avec le tsar. Mais le Chancelier de fer parvient toujours à faire prévaloir son point de vue.

Proclamation de l'empire allemand

Proclamation de l'empire allemand

photographie

Le roi de Prusse Guillaume Ier est proclamé «empereur allemand» le 18 janvier 1871 dans la galerie des Glaces du château de Versailles. Anton von Werner, La Proclamation de l'Empire allemand, 1885. Bismarck-Museum, Friedrichsruh. 

Crédits : AKG

Afficher

—  Léon STRAUSS

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, attaché de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  GUILLAUME I er (1797-1888) roi de Prusse (1861-1888) et empereur d'Allemagne (1871-1888)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Le Deuxième Reich (1871-1918) »  : […] L'Allemagne sort agrandie de la guerre de 1870 qu'elle vient de remporter sur la France, grâce à la victoire de Sedan (2 sept. 1870) et à la reddition de Paris (28 janv. 1871) . Son accroissement est double : la Confédération de l'Allemagne du Nord voit s'agréger à elle les quatre États du Sud qui s'étaient tenus écartés en 1867. Le nouvel Empire ainsi constitué acquiert, par le traité de Francfo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_10782

BISMARCK OTTO VON (1815-1898)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 859 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le député et le diplomate »  : […] Otto von Bismarck naît à Schönhausen, dans l'ouest du Brandebourg (Altmark). Après des études secondaires à Berlin, un bref passage aux universités de Göttingen et de Berlin semble orienter Bismarck vers une carrière administrative. Mais il y renonce bientôt pour faire valoir ses domaines de Kniephof (Poméranie) et de Schönhausen. C'est là que se placent les débuts, modestes, de Bismarck dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-von-bismarck/#i_10782

FRANCFORT TRAITÉ DE (1871)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 209 mots
  •  • 1 média

Le 10 mai 1871, le traité de Francfort met fin à la guerre franco-prussienne. La Confédération de l'Allemagne du Nord, qui s'était formée en 1867, sous l'influence prussienne, à la suite de la victoire de Sadowa sur l'Autriche, en sort considérablement renforcée. Premier ministre du roi de Prusse depuis 1862, Otto von Bismarck est le principal artisan de cette victoire politique. Contre l'influenc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-francfort/#i_10782

EMS DÉPÊCHE D' (1870)

  • Écrit par 
  • Louis DUPEUX
  •  • 310 mots

La dépêche d'Ems est l'occasion de la guerre franco-allemande de 1870-1871. Le gouvernement provisoire espagnol du général Prim avait offert la couronne d'Espagne à Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen, petit-cousin du roi de Prusse. Léopold, longtemps hésitant, accepte, sur les instances de Bismarck, et obtient l'accord du roi Guillaume I er , chef de la famille. Le 3 juil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depeche-d-ems/#i_10782

PRUSSE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 8 224 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les événements de 1848 »  : […] Le règne de Frédéric-Guillaume IV (1840-1861) semble accumuler les échecs et les projets avortés. Pourtant il a, en un certain sens, servi la cause de l'unité allemande en déblayant le terrain et en éliminant telle ou telle solution qu'on avait cru pouvoir adopter. Dès le début, le nouveau roi se pose en partisan de la liberté et de l'unité allemande. Mais quelle liberté et quelle Allemagne ? Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prusse/#i_10782

ROON ALBRECHT comte von (1803-1879)

  • Écrit par 
  • Louis DUPEUX
  •  • 365 mots

Feld-maréchal et écrivain militaire prussien. Officier d'infanterie et professeur à l'Académie de guerre de Berlin, Albrecht Theodor Emil Roon publie, en 1837, une Géographie militaire de l'Europe ( Militärische Länderbeschreibung von Europa ). Auteur d'un rapport sur les améliorations à apporter à l'organisation de l'armée et en particulier de l'infant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-roon/#i_10782

Pour citer l’article

Léon STRAUSS, « GUILLAUME Ier (1797-1888) - roi de Prusse (1861-1888) et empereur d'Allemagne (1871-1888) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-ier/