FRANCFORT TRAITÉ DE (1871)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

photographie : Proclamation de l'empire allemand

Proclamation de l'empire allemand

Le roi de Prusse Guillaume Ier est proclamé «empereur allemand» le 18 janvier 1871 dans la galerie des Glaces du château de Versailles. Anton von Werner, La Proclamation de l'Empire allemand, 1885. Bismarck-Museum, Friedrichsruh. 

Afficher

Le 10 mai 1871, le traité de Francfort met fin à la guerre franco-prussienne. La Confédération de l'Allemagne du Nord, qui s'était formée en 1867, sous l'influence prussienne, à la suite de la victoire de Sadowa sur l'Autriche, en sort considérablement renforcée. Premier ministre du roi de Prusse depuis 1862, Otto von Bismarck est le principal artisan de cette victoire politique. Contre l'influence autrichienne, il a su faire jouer les liens nés de l'union douanière (Zollverein) conclue entre la Prusse et la plus grande partie des États allemands dès les années 1830. Contre les libéraux qui avaient voulu, en 1848, une unité démocratique, il a réussi à imposer une alliance politique dans le contexte de la guerre contre la France. Les États du sud de l'Allemagne, qui avaient refusé d'entrer dans la Confédération de 1867, acceptent désormais et la création d'une Allemagne unifiée et la tutelle du roi de Prusse, Guillaume Ier. Ce dernier est alors proclamé empereur du IIe Reich allemand, le 18 janvier 1871, dans la galerie des Glaces du château de Versailles. Le nouvel empire, fédéral, compte 540 000 km2 avec l'Alsace-Lorraine.

—  Sylvain VENAYRE

Écrit par :

  • : professeur d'histoire contemporaine à l'université de Grenoble-II

Classification

Autres références

«  FRANCFORT TRAITÉ DE (1871)  » est également traité dans :

ALSACE-LORRAINE QUESTION D'

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ
  • , Universalis
  •  • 2 676 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'annexion »  : […] Le 8 octobre 1870, Bismarck fait placarder dans la capitale alsacienne conquise : « Strasbourg, à partir d'aujourd'hui, sera et restera une ville allemande ! » « Jamais ! » protestent les Alsaciens en lettres énormes, apposées sur ces mêmes affiches. La question d'Alsace-Lorraine était née. En Lorraine, les Allemands annexèrent la partie délimitée par l'actuel département de la Moselle et qui comp […] Lire la suite

BISMARCK OTTO VON (1815-1898)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 861 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La protection du Reich »  : […] Le traité de Francfort (10 mai 1871), qui reprend pour l'essentiel les préliminaires de Versailles , consacre la victoire de l'Allemagne, à qui la France doit céder l'Alsace-Lorraine et payer 5 milliards de francs. Victoire durable ? Très tôt, Bismarck redoute l'esprit de revanche des Français. Protéger le nouveau Reich par le maintien du statu quo européen, tel est sans doute, de 1871 à 1890, l […] Lire la suite

LORRAINE

  • Écrit par 
  • André HUMBERT, 
  • René TAVENEAUX
  •  • 7 579 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La Lorraine dans le monde contemporain »  : […] Officiellement province du royaume depuis la mort de Stanislas en 1766, la Lorraine paracheva sous la Révolution son intégration dans l'unité française. Ses habitants surent éviter les excès les plus graves et faire la preuve de leur traditionnelle modération. Cependant, les paysans, qui depuis longtemps souffraient de l'exiguïté de la propriété terrienne, se félicitaient de la disparition des red […] Lire la suite

Les derniers événements

29 octobre 1993 Union européenne. Entrée en vigueur de l'Union européenne lors du Conseil européen extraordinaire de Bruxelles

traité de Maastricht. Ils décident notamment de la localisation dessièges d'une dizaine d'institutions et agences européennes. La plus importante d'entre elles, l'Institut monétaire européen, préfiguration de la future Banque centrale commune, s'installera à Francfort, siège de la Bundesbank et capitale financière de l'Allemagne.  […] Lire la suite

19-31 août 1991 U.R.S.S. Échec d'un coup d'État conservateur

traité de l'Union assouplissant les structures de l'État fédéral, l'agence Tass annonce le remplacement de Mikhaïl Gorbatchev, « incapable d'assurer ses fonctions pour raisons de santé », par le vice-président Guennadi Ianaev. Le chef de l'État soviétique est retenu dans sa résidence de vacances en Crimée. Un « comité d'État » de huit membres, dont […] Lire la suite

8-14 novembre 1990 Allemagne – Pologne. Signature du traité sur la frontière germano-polonaise

Francfort-sur-l'Oder, le chancelier Helmut Kohl rencontre le Premier ministre polonais, Tadeusz Mazowiecki, pour discuter des dispositions du traité sur le tracé de la frontière entre les deux pays. Le 14, à Varsovie, le ministre polonais des Affaires étrangères, Krzysztof Skubiszewski, et son homologue allemand, Hans-Dietrich Genscher, paraphent le […] Lire la suite

5-23 avril 1990 Allemagne. Accord sur les conditions de l'union monétaire entre la R.F.A. et la R.D.A.

traité d'État sur l'union économique et monétaire des deux Allemagnes, devant servir de base pour les négociations avec la R.D.A. Prévoyant un transfert progressif de souveraineté de Berlin-Est vers Bonn, il se garde pourtant d'aborder l'épineuse question du taux de conversion du mark est-allemand. Ce sujet divise les responsables en R.F.A. : tandis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvain VENAYRE, « FRANCFORT TRAITÉ DE (1871) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-francfort/