URBAIN V, GUILLAUME DE GRIMOARD (1310-1370) pape (1362-1370)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1310 (ou 1309) au château de Grizac, près de Mende (Lozère), mort le 19 décembre 1370 à Avignon, Guillaume (III) de Grimoard est le fils aîné de Guillaume II de Grimoard (1266 env.-1366) et d'Amphélise de Sabran, sœur de saint Elzéar de Sabran (1285-1323), son parrain. Il entre chez les Bénédictins puis enseigne le droit canonique à Avignon. Il devient abbé de Saint-Germain d'Auxerre en 1352 et de Saint-Victor de Marseille en 1361. Il est élu le 28 septembre 1362 à la succession d'Innocent VI (1282-1362, pape 1352-1362), et intronisé le 6 novembre 1362, sous le nom d'Urbain V, à Avignon, siège de la papauté depuis 1309.

Durant son pontificat, Urbain V favorise le rétablissement de la paix en Italie et entreprend la réforme de la curie, qu'il médite de rétablir à Rome à partir de 1365, malgré l'opposition des Français. Il reçoit la même année à Avignon la visite de l'empereur germanique Charles IV, qui lui offre de l'escorter jusqu'à Rome. Urbain le couronne roi de Bourgogne le 4 juin 1365. Pénétré de l'urgence d'œuvrer pour la réconciliation des Églises d'Orient et d'Occident, il devine que le retour du Saint-Siège à Rome facilitera les négociations avec le patriarche de Constantinople. Il quitte donc Avignon le 30 avril 1367 et parvient le 15 octobre dans la Ville éternelle. Mais son séjour sera de courte durée.

Découvrant l'état de ruine de la plupart des églises, il lance plusieurs chantiers de restauration. En octobre 1369, il reçoit à Rome l'empereur d'Orient Jean V Paléologue, qui confesse sa foi en l'Église romaine et offre de soumettre l'Église byzantine à son autorité. Mais l'empereur n'obtient le ralliement ni de son clergé ni de ses sujets et la tentative de mettre fin au schisme échoue. Urbain V ne parviendra pas à atteindre un compromis et rejettera l'idée de convoquer un concile œcuménique. Dans le même temps, la guerre a repris entre la France et l'Angleterre et de nouveaux troubles secouent Rome et les États pontificaux, décidant Urbain V à regagner Avignon en septembre 1370.

Homme aux mœurs austères cultivant une profonde piété, mais aussi protecteur des savoirs, Urbain V fondera plusieurs universités à Orange, Cracovie et Vienne. Il est béatifié le 10 mars 1870.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  URBAIN V, GUILLAUME DE GRIMOARD (1310-1370) pape (1362-1370)  » est également traité dans :

AVIGNON PAPES D'

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 943 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les papes d'Avignon de 1316 au Grand Schisme »  : […] On doit sans doute à Jean XXII (1316-1334), successeur de Clément V, le véritable établissement de la papauté en Avignon, ville qu'il aimait pour en avoir été longtemps l'évêque. Il y résida de façon stable durant les dix-huit années de son pontificat, menant de là une politique italienne complexe, mais finalement stérile. Au service de cette poli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/papes-d-avignon/#i_4260

Pour citer l’article

« URBAIN V, GUILLAUME DE GRIMOARD (1310-1370) - pape (1362-1370) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-urbain-v/