MARCONI ET LA TÉLÉGRAPHIE SANS FIL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1896, l'Italien Guglielmo Marconi dépose, en Grande-Bretagne, son premier brevet pour protéger ses réalisations originales de transmission à distance de signaux Morse par ondes électromagnétiques. Marconi a le soutien technique de sir William Preece, l'ingénieur en chef du British Post Office, qui l'aide à acquérir la notoriété. Pour développer son dispositif de télégraphie sans fil, Marconi s'appuie sur les travaux théoriques de James C. Maxwell, sur les résultats d'Heinrich Hertz – qui parvient le premier à transmettre des ondes radios – , sur les découvertes de sir Oliver Lodge à propos des éclairs et de l'électricité, ainsi que sur la mise au point de l'antenne par Alexandre Popov. La portée de ses transmissions passe de 2 à 54 kilomètres de 1896 à 1898 ; puis les transmissions traversent la Manche en 1899 et l'Atlantique en 1901. Associée au nom de Marconi, la télégraphie sans fil s'impose alors.

Guglielmo Marconi

Guglielmo Marconi

photographie

Le physicien et inventeur italien Guglielmo Marconi (1874-1937) et le récepteur de télégraphie sans fil qu'il est venu installer à Terre-Neuve. Il y capte, en 1901, les premiers signaux émis de l'autre côté de l'Atlantique (3 400 km), à Poldhu (Cornouailles). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Marconi, qui a reçu le prix Nobel de physique en 1909, demeure une figure importante de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle : il perfectionne des inventions qui, souvent, ne sont pas de son fait et en développe les usages en réussissant à intéresser les armées, la presse, le Vatican, etc.

—  Olivier LAVOISY

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Olivier LAVOISY, « MARCONI ET LA TÉLÉGRAPHIE SANS FIL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marconi-et-la-telegraphie-sans-fil/