MARCONI ET LA TÉLÉGRAPHIE SANS FIL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1896, l'Italien Guglielmo Marconi dépose, en Grande-Bretagne, son premier brevet pour protéger ses réalisations originales de transmission à distance de signaux Morse par ondes électromagnétiques. Marconi a le soutien technique de sir William Preece, l'ingénieur en chef du British Post Office, qui l'aide à acquérir la notoriété. Pour développer son dispositif de télégraphie sans fil, Marconi s'appuie sur les travaux théoriques de James C. Maxwell, sur les résultats d'Heinrich Hertz – qui parvient le premier à transmettre des ondes radios – , sur les découvertes de sir Oliver Lodge à propos des éclairs et de l'électricité, ainsi que sur la mise au point de l'antenne par Alexandre Popov. La portée de ses transmissions passe de 2 à 54 kilomètres de 1896 à 1898 ; puis les transmissions traversent la Manche en 1899 et l'Atlantique en 1901. Associée au nom de Marconi, la télégraphie sans fil s'impose alors.

Guglielmo Marconi

photographie : Guglielmo Marconi

photographie

Le physicien et inventeur italien Guglielmo Marconi (1874-1937) et le récepteur de télégraphie sans fil qu'il est venu installer à Terre-Neuve. Il y capte, en 1901, les premiers signaux émis de l'autre côté de l'Atlantique (3 400 km), à Poldhu (Cornouailles). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Marconi, qui a reçu le prix Nobel de physique en 1909, demeure une figure importante de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle : il perfectionne des inventions qui, souvent, ne sont pas de son fait et en développe les usages en réussissant à intéresser les armées, la presse, le Vatican, etc.

—  Olivier LAVOISY

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Olivier LAVOISY, « MARCONI ET LA TÉLÉGRAPHIE SANS FIL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marconi-et-la-telegraphie-sans-fil/