POPOV ALEKSANDR STEPANOVITCH (1859-1906)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien et ingénieur russe, né le 4 (16 dans le calendrier grégorien) mars 1859 à Tourinskie Roudniki (auj. Krasnotourinsk), près de Perm (Russie), mort le 31 décembre 1905 (13 janvier 1906 dans le calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg.

Fils d'un prêtre orthodoxe, Aleksandr Stepanovich Popov commence son éducation au séminaire et pense entrer dans les ordres. Mais, attiré par les mathématiques, il entre à l'université de Saint-Pétersbourg en 1877 et en sort diplômé en 1883. Nommé membre de la faculté, il y enseigne dès lors les mathématiques et la physique.

Popov est cependant vite attiré par un nouveau domaine, celui du génie électrique. Ce sujet étant alors peu enseigné dans les universités russes, il devient instructeur à l'école des torpilleurs de Kronstadt, non loin de Saint-Pétersbourg, et apprend aux élèves à assurer la maintenance des appareils électriques équipant les bâtiments de guerre russes. Popov met à profit la bibliothèque de l'école, qui regorge de revues et d'ouvrages étrangers, ainsi que son laboratoire pour suivre les progrès scientifiques réalisés hors de l'empire et mener à bien ses propres expériences. Conscient de l'importance des ondes électromagnétiques découvertes par le physicien allemand Heinrich Hertz, Popov commence à chercher un moyen de les recevoir sur de longues distances.

Perfectionnant le cohéreur de Branly, qu'il équipe d'une antenne, il construit un appareil capable d'enregistrer les ondes dues aux décharges atmosphériques. En juillet 1895, il installe à l'observatoire météorologique de l'institut de sylviculture de Saint-Pétersbourg ce « détecteur d'orages », récepteur radio primitif. Dans un article publié quelques mois plus tard, Popov suggère que cet appareil, doté d'une alimentation suffisante, pourrait servir à recevoir les signaux émis par un oscillateur. Cette même année 1895, il présente son appareil à la société physico-chimique de Saint-Pétersbourg et transmet par ondes hertziennes le nom d'Heinrich Hertz, codé en morse, entre deux bâtiments de l'université.

Puis, Popov se lance dans des expériences sur les rayons X que Wilhelm Conrad Röntgen vient de découvrir, laissant pour un temps de côté la mise au point de son cohéreur. En septembre 1896, il apprend cependant dans un article de presse que l'Italien Guglielmo Marconi, grâce à un montage similaire au sien, a réussi à télégraphier un message sur une longue distance dès 1895. Les deux ingénieurs semblent avoir ignoré leurs travaux respectifs avant cette date. Les travaux de Marconi incitent Popov à revenir vers ce domaine. Collaborant avec la marine russe, il réalise en 1898 des communications entre des navires et la côte, éloignée de plus de 10 kilomètres. La distance est portée à près de 50 kilomètres à la fin de 1899, Popov s'étant rendu cette même année en France et en Allemagne pour étudier le fonctionnement de postes de télégraphie sans fil.

Si les expériences de Popov sur les ondes hertziennes demeurent importantes, il n'est en général pas reconnu comme l'inventeur des communications radio, dont la paternité revient à Marconi. La description du récepteur qu'il publie en janvier 1896 est pourtant très proche de celle que contient le brevet déposé par Marconi en juin 1896. On attribue cependant à Popov la première utilisation d'une antenne dans la transmission et la réception des ondes radio.

En 1901, Popov est nommé professeur à l'institut électrotechnique de Saint-Pétersbourg, dont il sera ensuite élu directeur, avant de mourir en 1906.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancien secrétaire général du Comité scientifique pour l'allocation des fréquences à la radioastronomie et la recherche spatiale, ancien directeur de la recherche radio au département de recherche scientifique et industrielle de Londres

Classification

Autres références

«  POPOV ALEKSANDR STEPANOVITCH (1859-1906)  » est également traité dans :

TÉLÉCOMMUNICATIONS - Histoire

  • Écrit par 
  • René WALLSTEIN
  •  • 18 657 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le temps des savants »  : […] Dans les années 1820, les savants du monde entier, à travers nombre d'expériences, réussirent progressivement à préciser les liens entre l'électricité et le magnétisme. En 1831, dans la foulée d'Œrsted et d'Ampère dont les découvertes et les inventions ont permis l'avènement du télégraphe électrique filaire, l'Anglais Michael Faraday (1791-1867) mit en évidence le phénomène de l'induction électro […] Lire la suite

Pour citer l’article

Reginald Leslie SMITH-ROSE, « POPOV ALEKSANDR STEPANOVITCH - (1859-1906) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aleksandr-stepanovitch-popov/