GUERRE DE CENT ANS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le redressement français (1360-1404)

Le transfert des territoires se fit plus lentement que prévu, et les renonciations ne furent ratifiées ni par Edouard III ni par Jean II. La possibilité juridique de nouveaux conflits demeurait. Le paiement de la rançon du roi, libéré au premier versement en octobre 1360, traîna également et, un otage français, le duc d'Anjou, s'étant évadé, Jean le Bon revint en janvier 1364 à Londres, où il mourut le 8 avril.

La tactique de Charles V le Sage

De 1360 à 1369, les Français furent occupés à contenir le roi de Navarre, à régler la succession de Bretagne, à éviter le mariage de l'héritière du comté de Flandre avec un prince anglais, et surtout à débarrasser le royaume des troupes d'anciens soldats pillards, les compagnies. Une partie d'entre elles fut envoyée, sous la conduite de Du Guesclin, qui s'était illustré dans ces luttes, en Espagne où se déroulait une guerre dynastique. Le prince de Galles, devenu chef de la vaste principauté d'Aquitaine, y participa aussi et s'y ruina.

Il accabla d'impôts ses vassaux et sujets français, et l'un d'eux, le comte d'Armagnac, fit appel à Charles V qui, après avoir pris l'avis de juristes français et italiens, prononça, le 30 novembre 1368, la confiscation de l'Aquitaine. Le 3 juin, Edouard III avait repris le titre de roi de France. Les hostilités recommencèrent au début de 1369.

Charles V, qui avait mieux organisé les ressources financières de la royauté et recruté de petites armées de volontaires aguerris placés sous le commandement de chefs dociles, fit adopter une nouvelle tactique : une guerre de sièges et d'escarmouches, évitant les batailles rangées et grignotant l'ennemi, laissé libre de mener des chevauchées. Le mot d'ordre était : « Mieux vaut pays pillé que terre perdue. » Cette tactique, qui eut de bons résultats politiques, livra une grande partie de la France à des ravages et massacres qui imposèrent de grandes souffrances aux sujets de Charles V. Ce fut la période matériellement et humainement la plus ruineuse pour la France.

Entre 1369 et 1375, les Français, aidés par les Castillans, vainqueurs sur mer, reprirent aux Anglais et à leur allié le roi de Navarre, Charles le Mauvais, la plus grande partie de leurs possessions, à l'exception de Calais, Cherbourg, Brest, Bordeaux et Bayonne et de quelques forteresses dans le sud du Massif central. Des trêves et des négociations, de 1375 à 1377, ne donnèrent aucun résultat.

Deux minorités

La minorité des deux nouveaux rois, Richard II (à partir de 1377) en Angleterre, Charles VI (à partir de 1380) en France, fut marquée de graves difficultés dans les deux pays. Ici et là, la cause en fut un redoublement d'impôts levés, au nom d'une monarchie encore fragile, par des princes surtout soucieux de satisfaire leurs ambitions personnelles.

Une grande révolte paysanne éclata en Angleterre en 1380, et des émeutes urbaines (la Hérelle à Rouen, les maillotins à Paris), en même temps que des vagues de banditisme (tuchins du Languedoc) et un soulèvement populaire en Flandre (Gand), ébranlèrent la France. Les oncles de Charles VI rétablirent mieux la situation que Richard II, soumis à la pression des barons anglais désireux de mettre la monarchie en tutelle.

Les difficultés, jointes à l'échec de plusieurs chevauchées anglaises, amenèrent Anglais et Français à conclure des trêves, annuelles de 1388 à 1395, puis générales en 1396. En principe destinées à durer jusqu'en 1426, donc à instaurer une paix déguisée, elles durèrent, malgré de sérieux « attentats aux trêves », jusqu'en 1404. Richard II, qui évacua Cherbourg en 1394 et Brest en 1397, était désireux de se réconcilier avec le roi de France qui, malgré son incapacité (la première crise de folie de Charles VI est de 1392), lui paraissait disposer d'un pouvoir dont il rêvait pour l'Angleterre. En 1396, il épousa Isabelle, fille du roi de France.

En France, aussi bien Charles VI, appuyé par son frère Louis et les anciens conseillers de son père, les Marmousets, que les oncles du roi et les barons revenus au pouvoir après la folie du souverain regardaient vers d'autres horizons que les possessions anglaises : l'Italie, l'Empire, l'Europe orientale attaquée par les Turcs (désastre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

1300 à 1400. Tamerlan

1300 à 1400. Tamerlan
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Guerre de Cent Ans, XIVe siècle

Guerre de Cent Ans, XIVe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bataille de Crécy

Bataille de Crécy
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin
Crédits : Simon Bilbault

photographie

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GUERRE DE CENT ANS  » est également traité dans :

GUERRE DE CENT ANS, en bref

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 215 mots
  •  • 1 média

La tradition nomme guerre de Cent Ans la lutte qui opposa les Valois et les Plantagenêts pour le trône de France. Depuis 1328, Philippe VI de Valois est roi en vertu de la loi salique qui écarte les femmes de la succession, mais, en 1337, Édouard III, roi d'Angleter […] Lire la suite

GUERRE DE CENT ANS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 646 mots

1337 Édouard III d'Angleterre, petit-fils de Philippe le Bel, annonce qu'il conteste désormais le trône de France à Philippe VI, neveu de Philippe le Bel, sacré roi en 1328 quand est mort, sans laisser d'héritier mâle, Charles IV.1346 La lourde cavalerie de Philippe VI est écrasée à Crécy-en-Ponthieu par les archers d'Édouard III (26 août). Le 4 se […] Lire la suite

AZINCOURT BATAILLE D' (25 oct. 1415)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 570 mots
  •  • 1 média

La bataille d'Azincourt est une défaite cuisante des Français face aux Anglais, durant la guerre de Cent Ans. Revendiquant le trône de France, Henri V d'Angleterre débarque en Normandie en août 1415, à la tête d'une armée d'environ 11 000 hommes. Il s'empare de Harfleur en septembre, mais ses forces sont réduites alors de moitié, à la suite des combats et en raison des maladies. Henri prend la dé […] Lire la suite

BEDFORD JEAN DE LANCASTRE duc de (1389-1435)

  • Écrit par 
  • Paul BENOÎT
  •  • 742 mots

Troisième fils d'Henri IV d'Angleterre, Jean de Lancastre est fait duc de Bedford par son frère Henri V en 1414. Mêlé très jeune aux luttes politiques, il soutient son frère qui lui confie la lieutenance du royaume lors de ses expéditions en France. À ce titre, il prend Berwick aux Écossais et réprime l'hérésie lollarde. En 1422, il rejoint le roi malade en France, prend le commandement de l'armée […] Lire la suite

BOMBARDES DE CRÉCY (histoire militaire)

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 239 mots

À la bataille de Crécy, face à l'armée de Philippe VI de Valois, de près de 20 000 hommes, Edouard III d'Angleterre dispose d'environ 11 000 hommes et de trois bombardes , canons rustiques plus adaptés aux sièges mais employés pour la première fois, en pleine bataille, sur le sol français. Les bombardes, inconnues des Français, projettent au jugé quelques boulets de pierre. Les flammes et le brui […] Lire la suite

BRETAGNE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER, 
  • Jean OLLIVRO
  •  • 6 672 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « À l'époque féodale (Xe-XVe siècle) »  : […] Face à l'Europe romane et gothique, la Bretagne ducale fait longtemps figure de parent pauvre. Chancelleries royale et pontificale s'accordent pour ne concéder au duc que le simple titre de comte – ce jusqu'au xiii e  siècle. Les maisons de Nantes, de Rennes et de Cornouaille étendent cependant le domaine ducal sur l'ensemble de la péninsule. Depuis le ix e  siècle, la Bretagne s'est couverte de c […] Lire la suite

CAPÉTIENS (987-1498)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 058 mots

Dans le chapitre « Les obstacles »  : […] Mais l'action monarchique se heurta d'abord à la crise économique et à la mortalité effroyable de la Grande Peste. Une famine générale consécutive à des intempéries reparut en 1315-1317. Les revenus seigneuriaux s'amenuisèrent. Le commerce de luxe traditionnel (étoffes de prix) recula devant la production et l'exportation de produits de prix et qualité moindres. La Peste noire, à partir de 1348, […] Lire la suite

CHARLES II LE MAUVAIS (1332-1387) roi de Navarre (1349-1387)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 373 mots

Comte d'Évreux et roi de Navarre. Fils de Philippe d'Évreux, neveu de Philippe le Bel et de Jeanne, fille de Louis X, roi de France, Charles succéda, en 1343, à son père dans le comté d'Évreux et, en 1349, à sa mère qui avait reçu la couronne de Navarre apportée dans la maison de France par la reine Jeanne, femme de Philippe le Bel. Sa mère avait été incontestablement lésée par un échange qu'on lu […] Lire la suite

CHARLES V LE SAGE (1337-1380) roi de France (1364-1380)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 1 593 mots
  •  • 1 média

Roi de France. Fils aîné de Jean II le Bon et de Bonne de Luxembourg, le futur Charles V fut le premier fils de France à porter le titre de dauphin de Viennois, en même temps que celui de duc de Normandie. Présent aux côtés de son père pendant la bataille de Poitiers, il dut ensuite, comme lieutenant du roi, puis comme régent, gouverner le royaume pendant la captivité du roi Jean. C'est alors que […] Lire la suite

CHARLES VII (1403-1461) roi de France (1422-1461)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 1 220 mots
  •  • 1 média

Fils de Charles VI et d'Isabeau de Bavière, le futur Charles VII était comte de Ponthieu et devint dauphin de Viennois à la mort de son frère Jean en 1417. Il apparut donc tardivement aux côtés de Bernard d'Armagnac, comme le chef du parti hostile à la politique réformatrice et souvent démagogique du duc de Bourgogne, parti lui-même discrédité par la violence de la réaction anticabochienne des ann […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 20, un nouveau décompte du HCR chiffre à dix millions le nombre d’Ukrainiens qui ont quitté leur foyer du fait de la guerre, soit plus du quart de la population, dont près de trois millions quatre cent mille exilés. Le 21, un tribunal de Moscou interdit les activités en Russie des réseaux sociaux Facebook et Instagram qui sont identifiés comme des « organisations extrémistes ». […] Lire la suite

18 décembre 2018 Japon. Renforcement des capacités militaires offensives.

Le gouvernement valide les directives relatives au renforcement de ses moyens militaires pour les cinq ans à venir. Sont notamment prévues l’acquisition de cent cinq avions de combat F-35 et la transformation en porte-avions du porte-hélicoptères Izumo, le plus gros bâtiment de la flotte nippone. Cette programmation confirme la rupture, engagée par le Premier ministre nationaliste Shinzo Abe, avec la politique de sécurité strictement défensive en vigueur depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. […] Lire la suite

22-29 novembre 2017 Bosnie-Herzégovine. Condamnation du Serbe Ratko Mladić par le TPIY.

Institué en mai 1993 par le Conseil de sécurité de l’ONU, le TPIY a dressé cent soixante et un actes d’accusation et procédé à quatre-vingt-trois condamnations. Le 29, lors de l’énoncé de son jugement en appel devant le TPIY, le Croate Slobodan Praljak, ancien commandant des forces croates en Bosnie condamné à vingt ans de prison pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre, se donne la mort en absorbant le contenu d’une fiole de poison. […] Lire la suite

13-27 novembre 2015 France. Attentats terroristes à Paris et Saint-Denis.

Ces attentats, les plus meurtriers dans le pays depuis la Seconde Guerre mondiale, font cent trente morts et plus de trois cent cinquante blessés. François Hollande se rend aussitôt devant le Bataclan. Le 14 également, les partis politiques annoncent la suspension de leur campagne en vue des élections régionales. De nombreux gouvernements étrangers expriment leur solidarité. […] Lire la suite

7-21 janvier 2015 France. Attentats terroristes à Paris

Dans la soirée, plus de cent mille personnes se rassemblent spontanément à Paris et dans d'autres villes françaises et étrangères autour du slogan « Je suis Charlie ». Deux suspects, les frères Chérif et Saïd Kouachi, islamistes radicaux de nationalité française, placés sans résultat sous surveillance policière au cours des dernières années, sont rapidement identifiés. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LE GOFF, « GUERRE DE CENT ANS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-de-cent-ans/