GRÈCEDe la Grèce byzantine à la Grèce contemporaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique hellénique (GR)
Chef de l'ÉtatEkaterini Sakellaropoulou (depuis le 13 mars 2020)
Chef du gouvernementKyriakos Mitsotakis (depuis le 8 juillet 2019)
CapitaleAthènes
Langue officiellegrec

La Grèce contemporaine

La participation de la Grèce aux côtés des puissances antifascistes à la Seconde Guerre mondiale, son occupation par les forces fascistes (Allemagne, Italie, Bulgarie), le puissant mouvement de résistance contre ces forces, les guerres intestines qui suivirent la libération et qui, dans un certain sens, prolongeaient le mouvement de résistance, la vie politique troublée qui en résulta et qui aboutit à la dictature militaire en 1967, tels sont les principaux événements des dernières décennies de l'histoire de la Grèce, qui conditionnent, dans une certaine mesure, la vie économique, sociale et politique du peuple grec après la chute de la dictature militaire et l'instauration du régime démocratique en juillet 1974.

La Grèce dans la guerre

L'entrée de la Grèce dans la guerre peut apparaître comme un paradoxe : un gouvernement profasciste (la Grèce vit sous la dictature depuis août 1936) rejette l'ultimatum du 28 octobre 1940 par lequel l'Italie demande le libre passage de ses troupes, et la Grèce se range aux côtés de la Grande-Bretagne au moment où Hitler occupe la plus grande partie de l'Europe. Mais si, pour le gouvernement grec, un tel acte s'explique par la conjoncture politique en Méditerranée orientale où la Grande-Bretagne était encore puissante, en particulier par le rôle prépondérant qu'elle jouait en Grèce, pour le peuple grec la résistance contre l'agression de l'Italie fasciste prit un caractère à la fois national et antifasciste, permettant à l'armée grecque non seulement de faire face à l'agression, mais de passer bientôt à la contre-attaque. À la fin de 1940, les armées italiennes se trouvaient repoussées à soixante kilomètres au-delà de la frontière gréco-albanaise.

Résistance grecque à l'invasion italienne, 1940

Photographie : Résistance grecque à l'invasion italienne, 1940

L'invasion de la Grèce par l'armée italienne (28 octobre 1940) rencontra une résistance inattendue de la part des troupes grecques. Le fiasco de Mussolini accéléra l'intervention allemande. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Pendant six mois, seize divisions grecques insuffisamment armées immobilisèrent en Albanie vingt-sept divisions italiennes disposant d'un équipement bien supérieur au leur, jusqu'au moment de l'attaque des armées allemandes, le 6 avril 1941.

Devant l'avance des armées hitlériennes, le roi et son gouvernement quittent le pays ; le commandement de l'armée, composé d'officiers à sympathies fascistes, capitule le 24 avril 1941. Mais la résistance continue en Crète jusqu'en mai 1941. Un certain nombre d'officiers et de soldats grecs, ainsi que la flotte de guerre, ont réussi à quitter le pays et forment autour du gouvernement en exil les forces grecques de l'extérieur qui continuent la lutte et participent aux opérations alliées en Afrique (El-Alamein), puis en Italie.

L'importance de la contribution de la résistance grecque a été soulignée par Winston Churchill lui-même : les succès grecs en Albanie ont constitué la première victoire des Alliés, encouragé d'autres peuples hésitants, détruit le prestige de Mussolini et influencé l'attitude américaine. La résistance en Crète a causé la destruction des forces d'élites allemandes et la résistance serbe et grecque a contraint Hitler à ajourner l'attaque contre la Russie, délai qui s'est révélé vital pour celle-ci.

L'occupation est particulièrement cruelle pour la Grèce. Le pays est partagé entre les Allemands, les Italiens et les Bulgares. Toutes ses ressources sont à la disposition des occupants, tandis que sévit la famine.

Pourtant, un puissant et massif mouvement de résistance s'organise très tôt. Le 27 septembre 1941, est fondé le Front national de libération (E.A.M.) qui crée en même temps un centre militaire de résistance, noyau du comité central de l'« Armée populaire grecque de libération » (E.L.A.S.) dont l'activité commence en février 1942. Outre les communistes qui en ont pris l'initiative, le Parti socialiste, le parti de la Démocratie populaire, quelques groupes syndicalistes et quelques personnalités politiques participent à l'organisation de ce mouvement.

L'E.A.M. englobe la très grande majorité du peuple grec et l'importance de son action dépasse la portée d'un simple mouvement de résistance.

En effet, outre son action militaire et paramilitaire contre les occupants et les gouvernements grecs installés par eux dans le pays (grèves répétées et sabotages qui entravent sérieusement les communications des troupes de l'Axe), l'E.A.M. a installé dans les régions libérées une autoadministration et procédé à des réformes sociales.

Parallèlement, d'autres organisations de résistance ont été créées, telles la Ligue nationale et sociale de libération (E [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 32 pages

Médias de l’article

Grèce : drapeau

Grèce : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Otton Ier de Grèce

Otton Ier de Grèce
Crédits : Getty

photographie

Grèce moderne : formation territoriale

Grèce moderne : formation territoriale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Exode grec d'Asie Mineure, 1922

Exode grec d'Asie Mineure, 1922
Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en droit, maître de conférences honoraire à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
  • : professeur agrégé à l'université d'Ottawa, Canada
  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  GRÈCE  » est également traité dans :

GRÈCE - Espace et société

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL
  •  • 6 411 mots
  •  • 8 médias

Pays méditerranéen et balkanique par sa situation, la Grèce est en Europe un petit État, par son territoire et sa population : 10,8 millions d'habitants en 2011, très inégalement répartis sur 132 000 kilomètres carrés (densité moyenne 86 hab./km2). Mais, par sa signification historique et sa situation géographique, la Grèce dépasse ces dimensions restreintes. Les traditions […] Lire la suite

GRÈCE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • André MIRAMBEL, 
  • Panayotis MOULLAS
  •  • 7 331 mots

Le grec moderne est la forme à laquelle a abouti actuellement la langue grecque au cours de sa très longue évolution qui n'a subi aucune rupture de continuité. C'est la langue qui est en usage dans les limites de l'État hellénique, mais aussi dans les différents centres où, depuis des époques diverses, les Grecs sont installés : terres « irrédimées », colonies diverses, émigration, etc. Actuelleme […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CATSIAPIS, Dimitri KITSIKIS, Nicolas SVORONOS, « GRÈCE - De la Grèce byzantine à la Grèce contemporaine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-de-la-grece-byzantine-a-la-grece-contemporaine/