GRÈCEDe la Grèce byzantine à la Grèce contemporaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom officielRépublique hellénique (GR)
Chef de l'ÉtatProkopis Pavlopoulos (depuis le 13 mars 2015)
Chef du gouvernementKyriakos Mitsotakis (depuis le 8 juillet 2019)
CapitaleAthènes
Langue officiellegrec

De l'idée œcuménique d'empire à l'idée nationale (1453-1821)

Triomphe du nouvel Empire (1453-1669)

Au fur et à mesure que le pouvoir de l'empereur s'amenuisait, de 1261 à 1453, l'emprise de l'Église sur l'État augmentait. Grâce à elle et au soutien qu'elle reçut du peuple, toutes les tentatives latinophiles échouèrent et l'arrivée des Turcs fut facilitée. Mehmet II, en pénétrant dans Constantinople, réalisait le vœu de l'Église : regrouper la « nation » orthodoxe – qui depuis l'ouverture de l'Empire au xie siècle, avait été partagée en plusieurs États formés par les Latins, les Serbes, les Bulgares, les Turcs – sous un seul gouvernement, grâce à la conquête progressive par les Ottomans de tous les territoires de l'ancien Empire. Ce regroupement ne fut d'ailleurs terminé qu'en 1669, avec la prise de la Crète par les Turcs. Seules les îles Ioniennes restèrent aux mains des Vénitiens. Sur ce millet (« nation ») reconstitué, l'Église exerça toute son influence pour décourager les révoltes des orthodoxes contre le gouvernement du sultan, expliquant que du calme dépendait la survie du peuple grec. D'ailleurs, dans l'ensemble, ce dernier – exception faite de la fraction de son aristocratie liée à la noblesse franque – accueillait avec soulagement le départ du Latin et la venue du Turc, qu'il lui arrivait même d'appeler à son aide, aussi bien au xve qu'au xvie et au xviie siècle, par exemple à Chypre ou en Crète. Même, quand en 1715 le Péloponnèse fut repris aux Vénitiens – qui avaient réussi à le conquérir en 1687 et aussi à faire sauter cette année-là, à Athènes, le Parthénon –, non seulement la paysannerie grecque, mais les bourgeois, les propriétaires fonciers et le clergé accueillirent les Turcs en libérateurs. La facilité de l'expansion ottomane ne peut être comprise sans tenir compte de ce terrain favorable.

Islām et orthodoxie

Le regroupement de la « nation » orthodoxe ne se fit pas, néanmoins, sans une perte importante d'effectifs au profit du peuple à l'idéologie triomphante. Un nombre considérable s'étant converti à l'islām, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 32 pages



Médias de l’article

Grèce : drapeau

Grèce : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Otton Ier de Grèce

Otton Ier de Grèce
Crédits : Getty

photographie

Grèce moderne : formation territoriale

Grèce moderne : formation territoriale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Exode grec d'Asie Mineure, 1922

Exode grec d'Asie Mineure, 1922
Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 12 médias de l'article





Écrit par :

  • : docteur en droit, maître de conférences honoraire à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
  • : professeur agrégé à l'université d'Ottawa, Canada
  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  GRÈCE  » est également traité dans :

GRÈCE - Espace et société

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL
  •  • 6 408 mots
  •  • 8 médias

Pays méditerranéen et balkanique par sa situation, la Grèce est en Europe un petit État, par son territoire et sa population : 10,8 millions d'habitants en 2011, très inégalement répartis sur 132 000 kilomètres carrés (densité moyenne 86 hab./km2). Mais, par sa signification historique et sa situation géographique, la Grèce dépasse ces dimensions restreintes. Les traditions […] Lire la suite

GRÈCE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • André MIRAMBEL, 
  • Panayotis MOULLAS
  •  • 7 331 mots

Le grec moderne est la forme à laquelle a abouti actuellement la langue grecque au cours de sa très longue évolution qui n'a subi aucune rupture de continuité. C'est la langue qui est en usage dans les limites de l'État hellénique, mais aussi dans les différents centres où, depuis des époques diverses, les Grecs sont installés : terres « irrédimées », colonies diverses, émigration, etc. Actuelleme […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CATSIAPIS, Dimitri KITSIKIS, Nicolas SVORONOS, « GRÈCE - De la Grèce byzantine à la Grèce contemporaine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-de-la-grece-byzantine-a-la-grece-contemporaine/