GRANITES ET RHYOLITES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Altération

Le granite est certainement la roche dont l'altération a, depuis toujours, été le plus étudiée. Cela tient sans doute au fait non seulement qu'elle couvre environ 20 p. 100 de la surface des terres émergées, mais aussi que, par rapport à celui des autres matériaux, le manteau superficiel de décomposition est, sous tous les climats du globe, relativement épais. Or une telle particularité peut être liée à deux caractéristiques pétrographiques. D'abord, le granite est essentiellement une roche grenue, c'est-à-dire formée par la juxtaposition de minéraux plus ou moins engrenés les uns dans les autres, mais dont la taille est relativement grande, puisqu'elle est habituellement comprise entre quelques fractions de millimètre et quelques centimètres. Par ailleurs, si l'on se place du point de vue de la fragilité des minéraux vis-à-vis des phénomènes superficiels, c'est une roche constituée par deux catégories très distinctes de constituants : la première comprend les particules de quartz, feldspath potassique et muscovite, qui sont très résistantes à l'altération chimique ; la seconde, des minéraux vulnérables, tels les plagioclases et la biotite.

Considérant maintenant les phénomènes de la décomposition climatique, qui sont sous la dépendance de l'action de l'eau, il est possible de mettre en évidence deux grands « modes » d'altération des granites à la surface du globe. L'un, dû à une hydrolyse ménagée, se rencontre principalement dans les régions extratropicales (zones tempérées notamment, mais aussi zones froides ou arides) : c'est l'arénisation ; l'autre résulte d'une hydrolyse intense et caractérise les régions intertropicales : il s'agit de l'altération latéritique. Entre ces deux cas extrêmes, on peut cependant reconnaître, dans les régions méditerranéennes chaudes ou dans les régions subtropicales, un type d'altération spécifique mettant en jeu une hydrolyse ménagée.

Arénisation

Dans de nombreux pays de la zone tempérée, les socles granitiques sont, en l'absence de phénomènes d'érosion, altérés sur une épaisseur qui est en moyenne de l'ordre de 3 ou 4 mètres, mais qui peut aller jusqu'à une dizaine de mètres ; de ce fait, ils laissent apparaître en surface une formation meuble de couleur beige et à texture conservée, au sein de laquelle demeurent quelques masses non altérées et plus ou moins arrondies (boules) : c'est ce qu'on appelle une arène ou encore un gore dans certaines régions de France (fig. 9).

Chaos granitique

Photographie : Chaos granitique

Un chaos granitique est formé par accumulation de grosses boules granitiques dégagées par l'érosion (circulation des eaux et gel dans le réseau de fissures, action du vent et des végétaux). 

Crédits : Jacques-Marie Bardintzeff

Afficher

Manteau d'arène granitique

Dessin : Manteau d'arène granitique

Profil d'un manteau d'arène : coupe de l'Abattoir dans le Morvan (d'après J. Dejou). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Il s'agit essentiellement d'un matériau grossier, puisque les sables et graviers représentent de 70 à 80 p. 100 du total et que la fraction argileuse oscille autour de 1 à 2 p. 100 (tabl. 2) ; d'où le nom d'arènes maigres qui leur a été donné par F. Lelong. Tous les minéraux du granite y sont présents à l'état sain, mais plus ou moins craquelés ou fractionnés (pulvérisation). En outre, les plagioclases et les biotites ont quelque peu évolué : les premiers sont devenus friables, poudreux et sont même plus ou moins transformés en argiles de néogenèse (photo 1) ; quant aux paillettes de biotite, elles présentent un aspect mordoré caractéristique.

Manteaux d'altération : composition

Tableau : Manteaux d'altération : composition

Constitution des manteaux d'altération granitique. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ainsi, on se trouve dans ce cas en présence d'une altération chimique relativement faible (tabl. 3), alors que la désagrégation tend à se propager aisément à l'intérieur de la masse granitique, du fait de la structure grenue et, en même temps, de la présence d'un réseau de diaclases (photo 2). D'autres travaux ont réussi à expliquer cet état de choses : l'attaque ménagée se concentre sur les seuls minéraux vulnérables (plagioclases, biotites) ; les plagioclases sont hydrolysés et donnent naissance à des minéraux secondaires submicroscopiques du type montmorillonite, kaolinite ou même gibbsite (J. Dejou, P. Maurel, Y. Tardy), tandis que le calcium et le sodium libérés par cette décomposition s'échangent avec le potassium des biotites, qui sont, de ce fait, vermiculitisées, c'est-à-dire transformées en édifices phylliteux gonflants et hydratés (M. Robert) : d'où la mise en œuvre, en certains points de la masse granitique, de contraintes résultant de ces forces d'expansion, contraintes qui sont alors susceptibles de disjoindre les minéraux et d'entraîner de proche en proche la désagrégation de la roche sur une certaine épaisseur (photo 3). Il faut cependant noter qu'au sein de ces arènes, apparemment homogènes, il est possible de mettre en évidence une série de « microsystèmes » en fonction des [...]

Formations d'altérations : composition

Tableau : Formations d'altérations : composition

Composition chimique globale des formations d'altération (J. Dejou, F. Lelong). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Granite

Granite
Crédits : Jacques-Marie Bardintzeff

photographie

Composition chimique des principaux granites

Composition chimique des principaux granites
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Diagramme de Streckeisen

Diagramme de Streckeisen
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Liquides résiduels

Liquides résiduels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 16 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud
  • : professeur de géologie à l'université de Bretagne-Occidentale, Brest
  • : directeur de recherche à l'Institut national de la recherche agronomique, membre de l'Académia Europaea
  • : directeur de recherche à l'Institut national de la recherche agronomique, chargé de mission auprès du ministre de l'Écologie, membre de l'Académie d'agriculture de France

Classification

Autres références

«  GRANITES ET RHYOLITES  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Anne FAURE-MURET
  •  • 18 709 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'Archéen en Afrique australe »  : […] L'Archéen se présente en Afrique australe soit sous forme d'associations granites-ceintures vertes, soit comme des bassins cratoniques qui se développent sur les zones déjà stabilisées, soit sous forme d'associations gneiss-granulites . […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le magmatisme »  : […] Un dernier trait géologique marquant des cordillères nord-américaines est l'omniprésence d'un puissant magmatisme qui souligne l'étroite liaison existant, au cours du Mésozoïque et du Cénozoïque, entre l'évolution géodynamique du système montagneux et les subductions du Pacifique. Les plutons granitiques calco-alcalins se sont mis en place au Trias, au Jurassique, au Crétacé et au Cénozoïque. Le […] Lire la suite

ARCHÉEN

  • Écrit par 
  • Hervé MARTIN
  •  • 3 026 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les granites tardifs »  : […] Ces granites, aussi nommés sanukitoïdes ou high magnesium granitoids (5 à 10 p. 100 du volume des terrains archéens), sont intrusifs dans le socle granito-gneissique et les ceintures de roches vertes. Ils s'agit de vrais granites à affinité calco-alcaline et le plus souvent très riches en phénocristaux de feldspath potassique et en magnésium. Ils sont interprétés comme provenant de la fusion de […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean COGNÉ, 
  • Michel DURAND-DELGA, 
  • François ELLENBERGER, 
  • Jean-Paul von ELLER, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Charles POMEROL, 
  • Maurice ROQUES, 
  • Étienne WINNOCK
  •  • 16 657 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « La Corse ancienne »  : […] L'élément continental que constitue la Corse ancienne se relie au sud à la Sardaigne. Un vieux socle, attribuable au Précambrien, est représenté par des séries surtout terrigènes, transformées en gneiss catazonaux ou mésozonaux par leur entraînement vers la base de la croûte, les dernières transformations étant tenues pour hercyniennes. Ayant échappé à ces phénomènes du fait de son niveau structur […] Lire la suite

HUTTON JAMES (1726-1797)

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 2 268 mots

Dans le chapitre « Le cycle géostrophique et le plutonisme »  : […] La lente érosion (le temps n'est rien pour la nature) remplit peu à peu le fond des mers de sédiments meubles. Mais, à terme, la chaleur va gagner cette masse de couches ; les dépôts vont se durcir ; une partie va fondre (abusivement, Hutton étend cette idée au sel gemme, aux silex, etc.). Sous l'effet de l'immense puissance d'expansion qu'exerce la chaleur souterraine, ces produits de fusion von […] Lire la suite

MÉTAUX - Gisements métallifères

  • Écrit par 
  • Marie-José PAVILLON
  •  • 7 828 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les gisements plutoniques »  : […] Certaines minéralisations se disposent en zones à la fois dans les plutons et autour d'eux. La gamme des métaux associés à chaque pluton est plus ou moins variée, plus ou moins riche. En comparant de nombreux cas de zonalité partielle, en recoupant les observations, un schéma théorique de la zonalité périplutonique a été proposé par Aleksandr Evgenievich Fersman (fig. 3) . Lors de la mise en place […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Pétrologie

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE, 
  • Alain WEISBROD
  •  • 5 576 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Différenciation et origine des roches »  : […] Dans bien des cas, les systèmes chimico-minéralogiques que sont les roches évoluent à composition globale approximativement constante. Pourtant, nombreux sont les exemples qui montrent l'importance des transferts et partages de matière dans les phénomènes géologiques. Ces modifications de la chimie des roches s'effectuent pour l'essentiel par l'intermédiaire d'une phase fluide, et ce pour une cau […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Anatexie

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD
  •  • 1 830 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Facteurs et mécanisme de l'anatexie »  : […] En système fermé, la fusion anatectique des terrains est contrôlée par quatre facteurs : la température, la pression de l'eau, la composition chimique des roches et la quantité d'eau disponible. On admet généralement que l'équilibre chimique local est réalisé, et que le magma anatectique est saturé en eau, cette dernière condition étant certainement réalisée au début de l'anatexie. La première ph […] Lire la suite

SCANDINAVIE

  • Écrit par 
  • Martin Edvard BLINDHEIM, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Nicole PÉRIN, 
  • Jean-Michel QUENARDEL
  •  • 22 100 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le bouclier baltique »  : […] Le bouclier baltique forme la partie visible de la plate-forme est-européenne. Il s'agit d'un socle polyorogénique dont l'organisation spatiale présente des enveloppes successives dont l'âge diminue du nord-est au sud-ouest. On passe ainsi de roches mises en place au cours des cycles orogéniques archéens (antérieurs à 2 600 millions d'années, Ma) dans la presqu'île de Kola, dans la province Biélo […] Lire la suite

SILICE

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE, 
  • Jean WYART
  •  • 5 734 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Quartz »  : […] Le quartz fait partie des minéraux essentiels sur lesquels repose la classification des roches éruptives (minéraux cardinaux d'Alfred Lacroix). Son apparition est conditionnée principalement par la saturation en SiO 2 du magma ; aussi est-il caractéristique des roches à excès de silice (dites fréquemment roches acides), dont les plus importantes sont celles de la famille des granites ; absent en […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard BONIN, Jean-Paul CARRON, Georges PÉDRO, Michel ROBERT, « GRANITES ET RHYOLITES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/granites-et-rhyolites/