Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GOULAG

La fin du Goulag

Moins de deux semaines après la mort de Staline, le Goulag est profondément réorganisé (18 mars 1953) : il passe sous la juridiction du ministère de la Justice. Quant à ses infrastructures économiques, elles sont transférées aux ministères civils compétents. Le 27 mars, le gouvernement décrète une amnistie qui libère près de 45 p. 100 des détenus (1 200 000 personnes sur 2 750 000), en majorité des petits délinquants condamnés à des peines inférieures à cinq ans.

En juillet-août 1954, deux nouveaux décrets d'amnistie permettent la libération de certaines catégories de « déplacés spéciaux ». Néanmoins, les « politiques » restent consignés au Goulag jusqu'en 1956-1957. Ce n'est qu'après le XXe congrès du P.C.U.S. (février 1956) que le Goulag se dépeuple rapidement : le nombre des détenus descend sous la barre du million en 1957, pour se stabiliser autour de 500 000 à partir de la fin des années 1950. Par ailleurs, l'immense majorité des « déplacés spéciaux » (pour l'essentiel des ressortissants d'un des nombreux « peuples punis »pour« collaboration avec l'ennemi nazi » – Allemands de la Volga, Tchétchènes, Ingouches, Karatchaïs, Balkars, Tatars de Crimée, Kalmouks, etc.) bénéficie, entre 1954 et 1957, d'une mesure d'amnistie. En 1958, il reste moins de 150 000 « déplacés spéciaux » assignés à résidence.

Le système des camps est profondément remodelé. Le camp post-stalinien réintègre la « normalité », tant dans sa localisation spatiale et ses contingents que dans ses fonctions. Peu à peu disparaît son rôle pionnier dans la colonisation et l'exploitation des richesses naturelles du Grand Nord et de l'Extrême-Orient. Désormais, les camps se réinstallent en majorité dans la partie européenne de l'U.R.S.S. Le détenu n'est plus qu'un droit commun (on compte moins de 2 000 « politiques » condamnés par an dans les années 1960-1970), et l'enfermement reprend la fonction régulatrice qu'il a dans chaque société, gardant toutefois en U.R.S.S. des spécificités propres à un système qui n'est pas celui de l'État de droit. Aux criminels s'ajoutent en effet, au gré de campagnes réprimant sporadiquement tel ou tel comportement soudainement jugé déviant (alcoolisme, hooliganisme, parasitisme, « esprit d'entreprise »), des citoyens « ordinaires ».

Il ne reste plus alors aux grands témoins encore en vie qu’à décrire ce que fut, quatre décennies durant, le Goulag.

— Nicolas WERTH

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Alexandre Soljénitsyne à Zurich - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Alexandre Soljénitsyne à Zurich

Autres références

  • BUBER-NEUMANN MARGARETE (1901-1989)

    • Écrit par Alain BROSSAT
    • 1 038 mots

    Margarete Gross est née le 21 octobre 1901 à Potsdam (Brandebourg), dans une famille aisée. Son père, brasseur, était un conservateur bon teint, sa mère était plus libérale. Adolescente, Margarete s'oriente tôt vers les Jeunesses communistes. Son premier mariage, avec Rafael Buber, fils du philosophe...

  • CHALAMOV VARLAM (1907-1982)

    • Écrit par Georges NIVAT
    • 1 635 mots
    • 1 média

    Mort le 17 janvier 1982 dans un hospice pour vieillards, Varlam Chalamov (Šalamov) restera un des témoins essentiels de l'enfer concentrationnaire au xxe siècle. Pour témoigner d'une expérience indicible par définition, la destruction de l'humain, Chalamov a su trouver la forme littéraire...

  • COMMUNISME DANS LE MONDE JUSQU'À LA CHUTE DE L'URSS - (repères chronologiques)

    • Écrit par Olivier COMPAGNON
    • 709 mots

    1848 Karl Marx et Friedrich Engels font paraître le Manifeste du parti communiste, dans lequel ils en appellent à une union internationale des travailleurs contre la bourgeoisie capitaliste.

    Septembre 1864 Création à Londres de la Ire Internationale, qui est dissoute dès 1876 au terme de nombreuses...

  • GUINZBOURG EVGUENIA (1916-1977)

    • Écrit par Georges NIVAT
    • 488 mots

    L'écrivain soviétique Eugénie (Evguenia) Guinzbourg est née dans une famille paysanne de Riazan. Professeur d'histoire à l'institut pédagogique de Kazan, elle devint l'épouse du premier secrétaire du Parti communiste de la ville. Arrêtée en 1937, elle fut libérée en 1956 puis réhabilitée. Elle est...

  • Afficher les 11 références

Voir aussi