GLUBB sir JOHN BAGOT, dit GLUBB PACHA (1897-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après des études à l'Académie militaire de Woolwich, John Bagot Glubb, plus tard appelé Glubb Pacha par les Arabes, sert comme officier britannique, dès 1915, en France et en Belgique. Plusieurs fois blessé (il a une partie de la mâchoire arrachée), il reçoit de nombreuses décorations. Il est envoyé en 1920, sur sa demande, en Irak ; dans ce territoire alors sous mandat britannique, il organise une force de police indigène pour maintenir l'ordre le long des frontières du désert. Il vit parmi les Bédouins dont il apprend la langue et les coutumes. Il démissionne en 1926 de l'armée britannique et, en qualité d'inspecteur de l'Administration, aide alors le gouvernement irakien à étendre son administration jusque dans les déserts, met fin aux razzias, arbitre les querelles entre tribus et pacifie les frontières.

En 1929, il redevient officier britannique, avec le titre de major, pour servir en Transjordanie, où il est affecté à la Légion arabe. Fondée en 1921, commandée par un général britannique, la Légion arabe était alors une force de police chargée d'aider les Britanniques à maintenir l'ordre dans leurs territoires sous mandat au Moyen-Orient. Glubb organise en son sein une patrouille du Désert chargée de contrôler les tribus bédouines. Il gagne la confiance des Bédouins, d'abord en se mêlant à eux, vivant avec eux, s'habillant et parlant comme eux. Il les convainc d'entrer dans la Légion et de pacifier eux-mêmes leur région. Il leur confie des responsabilités et les équipe de façon moderne ; la discipline et l'équipement en font une armée d'élite.

Légion arabe, 1955

Photographie : Légion arabe, 1955

Les hommes de la Légion arabe, un régiment d'élite créé dans les années 1920, sont principalement recrutés parmi les Bédouins (en 1955). Leur commandant est, de 1939 à 1956, Glubb Pacha (1897-1986). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

En 1939, Glubb devient le chef de la Légion arabe ; celle-ci est encore une très petite formation (un millier d'hommes, quarante-trois officiers), mais les combats de la Seconde Guerre mondiale lui donnent de l'expansion. Avec la Légion, Glubb aide l'armée britannique à reprendre le contrôle de l'Irak et à libérer Bagdad ; il se bat contre les armées françaises de Vichy en Syrie. Il demande à servir avec ses troupes en Italie, mais on le charge de protéger les pipelines du Moyen-Orient.

En 1947, Glubb, alors lieutenant-colonel, quitte l'armée britannique et demeure sous les ordres du seul émir Abd ‘Allah de Transjordanie. Cependant, c'est la Grande-Bretagne qui continue à financer la Légion arabe et soutient Abd ‘Allah. Glubb estime pouvoir servir ce dernier comme s'il était lui-même jordanien et tente, comme Lawrence d'Arabie, de réconcilier les intérêts arabes et britanniques. Il estime qu'il est indispensable pour la Grande-Bretagne de garder son influence au Moyen-Orient.

Cependant, l'affaire palestinienne est un test difficile pour Glubb et la Légion arabe ; celle-ci, en effet, est appelée à rétablir l'ordre à Jérusalem en 1947, lorsque des troubles éclatent entre Juifs et Arabes. Lorsque les Britanniques quittent la Palestine en 1948 après la création de l'État d'Israël et que la guerre éclate, la Transjordanie se voit entraînée dans la guerre. La Légion arabe, dirigée par Glubb Pacha, joue un rôle important en occupant la partie de la Palestine attribuée aux Arabes (et qui est annexée par le nouveau royaume de Jordanie), et, en prenant le contrôle de Jérusalem, Glubb est en butte aux attaques aussi bien des Juifs qui voient en lui le principal obstacle à leur victoire totale que des Arabes qui croient qu'il fait le jeu de la Grande-Bretagne. En fait, c'est la Légion arabe qui mène les plus durs combats durant cette guerre, mais il est vrai que Glubb n'était pas partisan d'une guerre à outrance.

Création de l'État d'Israël, 1948

Vidéo : Création de l'État d'Israël, 1948

À partir de la fin du XIXe siècle, de nombreux juifs européens viennent s'installer en Palestine. Cette immigration massive est le fruit de l'idéologie sioniste qui prône l'établissement d'un foyer national juif. Ce mouvement se traduit par la mise en valeur agricole du territoire, grâce... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

Après l'assassinat du roi Abd ‘Allah en 1951, la Légion arabe continue son rôle de soutien de la dynastie hachémite, Glubb Pacha servant tout d'abord le roi Ṭalāl, puis, à partir de 1952, son fils, le roi Hussein. Il continue à renforcer la Légion arabe qui, de 6 000 hommes en 1948, en compte 23 000 en 1956, plus les 30 000 gardes nationaux auxquels elle sert d'encadrement. Aux termes du traité anglo-jordanien, la Grande-Bretagne verse, en 1956, 10 millions de livres pour l'entretien de la Légion, chiffre que Glubb voulait faire porter à 12 millions par an. Cependant, sa conception même de la Légion commence à être attaquée ; certains États arabes, notamment la Sy [...]

Abdallah Ier de Jordanie

Photographie : Abdallah Ier de Jordanie

Abdallah Ier, émir autonome de Transjordanie à partir de 1921, en devient le roi auto-proclamé le 25 mai 1946. Soupçonné de vouloir parvenir à une paix séparée avec Israël, il sera assassiné le 20 juillet 1951. 

Crédits : Keystone/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

Afficher

Glubb Pacha, 1951

Photographie : Glubb Pacha, 1951

Le commandant de la Légion arabe, l'ancien officier britannique John Bagot Glubb connu sous le nom de Glubb Pacha (1897-1986), à cheval, en compagnie de son fils, en 1951. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Légion arabe, 1955

Légion arabe, 1955
Crédits : Hulton Getty

photographie

Création de l'État d'Israël, 1948

Création de l'État d'Israël, 1948
Crédits : The Image Bank

vidéo

Abdallah Ier de Jordanie

Abdallah Ier de Jordanie
Crédits : Keystone/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

photographie

Glubb Pacha, 1951

Glubb Pacha, 1951
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GLUBB sir JOHN BAGOT, dit GLUBB PACHA (1897-1986)  » est également traité dans :

LÉGION ARABE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 414 mots
  •  • 2 médias

Lorsqu'en 1921 se forme le nouvel État de Transjordanie, sous mandat britannique, son chef, l'émir ‘Abd Allāh, charge un officier britannique, le capitaine Peake, de constituer et de commander une petite force qui, pendant de longues années, joue un rôle de police civile. On l'appelle rapidement la Légion arabe : si elle recrute ses hommes parmi les Bédouins, elle est encadrée par des officiers dé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise MEUSY, « GLUBB sir JOHN BAGOT, dit GLUBB PACHA (1897-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/glubb-sir-john-bagot-dit-glubb-pacha/