Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GLASGOW

Royaume-Uni : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Royaume-Uni : carte administrative

Première ville d'Écosse (580 000 hab. en 2006 dans la ville ; 1,7 million dans l'agglomération), Glasgow est située sur l'estuaire de la Clyde, élément principal d'une conurbation portuaire et industrielle dite Clydeside.

Fondée au vie siècle, dotée d'un évêché en 1115, d'une université en 1451, Glasgow est restée pendant des siècles un petit centre commercial, intellectuel et religieux. Son essor commence en 1707, grâce à l'union des deux royaumes d'Écosse et d'Angleterre qui lui permet de participer au trafic avec les colonies anglaises d'Amérique. Sa prospérité est fondée d'abord sur le commerce des produits coloniaux (tabac, coton). Puis, la présence aux portes mêmes de la ville d'un bassin charbonnier riche en nodules de minerai de fer stimule, au xixe siècle, une importante industrie sidérurgique et métallurgique. Vers 1900, Glasgow et Clydebank ont les plus grands chantiers navals du monde. Le port, les mines, les chantiers navals attirent des foules d'immigrants : la population de Glasgow passe de 15 000 habitants en 1707 à 75 000 en 1801 et à 760 000 en 1901 ; le maximum est atteint, vers 1944, avec près de 1 300 000 habitants. Une vaste banlieue s'est développée tout autour de la ville.

Glasgow connaît ensuite un certain déclin. Les chantiers navals ferment les uns après les autres, ruinés par les concurrences allemande et japonaise. Les exportations de charbon ont cessé, la sidérurgie s'est concentrée, le port travaille au ralenti. Dans les années 1970 et 1980, la fermeture de la plupart des chantiers navals et des mines frappe durement la ville. Toutefois, cette dernière a réussi sa reconversion. La capitale économique de l'Écosse est parvenue à diversifier ses activités en développant les secteurs de pointe, réduisant ainsi un taux de chômage dramatique.

Glasgow est le principal centre de services de toute l'Écosse ; elle compte la deuxième Bourse des valeurs britanniques après Londres, de nombreuses firmes d'assurances, une grande banque locale, deux universités, un journal quotidien, un équipement commercial et hospitalier dont le ressort s'étend sur toute l'Écosse occidentale.

La chute de l'effectif de la population constatée depuis la Seconde Guerre mondiale s'explique par le réaménagement du centre de la ville et la démolition de quartiers entiers, qui dataient de l'époque victorienne. Une partie de la population a été relogée sur place, mais les densités sont deux fois moindres ; une autre partie a été transférée dans une cinquantaine de villes écossaises et dans quatre villes nouvelles créées à cet effet, East Kilbride, Cumbernauld, Livingstone et Irvine ; une autre enfin a émigré en Angleterre ou à l'étranger.

Les efforts de rénovation de l'habitat, de mise en place d'une voirie moderne, de lutte contre la pollution atmosphérique ont eu des effets positifs.

— Claude MOINDROT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-VII

Classification

Pour citer cet article

Claude MOINDROT. GLASGOW [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Royaume-Uni : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Royaume-Uni : carte administrative

Autres références

  • ART NOUVEAU

    • Écrit par
    • 8 824 mots
    • 23 médias
    À la fin du xixe siècle,Glasgow est la seconde cité de l'Empire britannique. Le développement de l'industrie et du commerce sont tels qu'on estime que, au tournant du siècle, la ville comptait environ trois mille étudiants en design. Nombre d'entre eux fréquentaient la Glagsow School of Art dirigée...
  • CLYDESIDE

    • Écrit par
    • 460 mots

    Grosse conurbation britannique située sur l'estuaire de la Clyde près de la côte atlantique, Clydeside abritait, sur 1 p. 100 de la superficie de l'Écosse, près de 2 millions d'habitants en 1990, soit presque le tiers de la population écossaise totale. Le centre directeur en est Glasgow (580 000 hab....

  • LOWLANDS

    • Écrit par
    • 437 mots

    Profonde dépression structurale de l'Écosse centrale, orientée du nord-est au sud-est et limitée au nord et au sud par deux grandes failles à regard interne. L'érosion a creusé les roches les plus tendres du fossé (grès, houille), mettant en relief de petits massifs volcaniques — comme les...

  • ROYAUME-UNI - Géographie

    • Écrit par , , et
    • 15 474 mots
    • 19 médias
    ...violences climatiques septentrionales et occidentales par les régions montagneuses du Nord, ces plaines sont relativement chaudes et humides ; le temps de Glasgow est plus doux et plus humide ; celui d' Édimbourg plus rigoureux et plus sec. À l'ouest, l'élevage l'emporte sur les cultures,...