Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TADDEI GIUSEPPE (1916-2010)

Le nom du baryton italien Giuseppe Taddei restera indissociable du rôle de Leporello qu'il incarne dans l'enregistrement légendaire de Don Giovanni réalisé à Londres en 1959 sous la direction de Carlo Maria Giulini. Dans un répertoire de quelque soixante-dix rôles s'étendant de Mozart à Verdi et Puccini, il s'illustra notamment, à la scène comme au disque, en Figaro, Guglielmo, Falstaff et Scarpia, au fil d'une carrière longue d'une soixantaine d'années.

Né le 26 juin 1916, à Gênes, Giuseppe Taddei étudie l'art lyrique à Rome, et gagne un concours de chant qui lui permet de faire ses débuts à l'Opéra de Rome, en 1936, dans le rôle du Héraut de Lohengrin de Wagner, sous la direction de Tullio Serafin, qui le prend sous son aile. Un autre de ses mentors est Tito Gobbi, dont il fait la connaissance à cette époque. Taddei entretiendra toujours un certain flou sur les années de guerre : il est appelé sous les drapeaux, mais il continue de se produire à Rome et il chante à Berlin en 1941. Après la Seconde Guerre mondiale, il appartient de 1946 à 1948 à la troupe de la Staatsoper de Vienne, où il alterne rôles légers (les deux Figaro, de Mozart et de Rossini) et rôles plus lourds (Rigoletto, Amonasro), une méthode qu'il poursuivra sa vie durant et qui explique la longévité exceptionnelle de sa carrière. Herbert von Karajan le remarque, et Giuseppe Taddei se produit sous sa baguette au festival de Salzbourg en 1948 (rôle-titre des Noces de Figaro de Mozart) et en 1949 (rôle-titre de Falstaff de Verdi). En octobre 1947, il a débuté à Londres, au Cambridge Theatre, au sein de la troupe de Jay Pomeroy (rôle-titre de Rigoletto de Verdi ; Scarpia de Tosca de Puccini). Il apparaît régulièrement à la Scala de Milan de 1948 à 1951, puis de 1955 à 1961, incarnant des personnages aussi divers que le Docteur Malatesta (Don Pasquale de Donizetti) ou Pizarro (Fidelio de Beethoven) ; il apparaît fréquemment au côté de Maria Callas (ils donnent ensemble, en 1951, des interprétations mémorables de La traviata et d'Aïda à Mexico). Taddei débute au Covent Garden de Londres en 1960 (rôle-titre de Macbeth de Verdi ; Iago, Otello de Verdi). Son répertoire s'étend aux rôles comiques de Dulcamara (L'elisir d'amore de Donizetti) et de Sulpice (La Fille du régiment de Donizetti). Karajan et Taddei poursuivent leur collaboration et enregistrent des opéras tels que Tosca (1962) et La Bohème (1963) de Puccini, Paillasse (1965) de Ruggero Leoncavallo, ou encore Falstaff (1982). À Vienne, en 1980, il est un extraordinaire Michele (Il tabarro de Puccini). Il ne fera ses débuts, triomphaux, au Metropolitan Opera de New York qu'en 1985, à l'âge de soixante-neuf ans, dans le rôle emblématique de Falstaff. En 1991, il incarne encore le rôle-titre de Simon Boccanegra, à Vienne, sous la baguette de Claudio Abbado. L'année suivante, il enregistre Manon Lescaut de Puccini sous la direction de James Levine. Giuseppe Taddei se retire de la scène en 1995. Il meurt le 2 juin 2010, à Rome.

Il a publié en 2006 des Mémoires, Ich, Falstaff (Amalthea, Vienne). Dans sa discographie, pléthorique, il faut mentionner en premier les trois légendaires « Mozart-Da Ponte » enregistrés pour EM.I sous l'égide de Walter Legge avec le Phiharmonia Orchestra : Don Giovanni (Leporello, sous la direction de Giulini, aux côtés de Eberhard Waechter, Joan Sutherland, Elisabeth Schwarzkopf..., 1959), Les Noces de Figaro (Figaro, sous la direction de Giulini, aux côtés de Eberhard Waechter, Anna Moffo, Elisabeth Schwarzkopf..., 1961), Così fan tutte (Guglielmo, sous la direction de Karl Böhm, aux côtés de Walter Berry, Elisabeth Schwarzkopf, Christa Ludwig, Alfredo Kraus..., 1962). Son Scarpia terrifiant peut être comparé à celui de Tito Gobbi dans l'enregistrement de Tosca avec l'Orchestre philharmonique[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )