LUDWIG CHRISTA (1928- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Qu'il s'agisse de Cherubino (Les Noces de Figaro de Mozart) ou de Carmen, de la Première Prieure des Dialogues des carmélites de Poulenc ou d'Eboli (Don Carlo de Verdi), de la Maréchale straussienne ou d'Iphigénie en Tauride de Gluck, cette chanteuse au timbre profond, acclimaté aux styles musicaux les plus divers, apparaît comme l'une des grandes personnalités de la scène lyrique de la seconde moitié du xxe siècle. La liste des triomphes de la soprano et mezzo-soprano allemande Christa Ludwig (née à Berlin, le 16 mars 1928) est éloquente, de Salzbourg au Metropolitan Opera de New York, de Vienne à Paris. Dans la capitale française, on garde le souvenir de sa Clytemnestre d'Elektra, de sa Fricka du Ring, ainsi que de sa Suzuki de Madama Butterfly, dont elle laissera un bouleversant témoignage discographique avec Karajan et l'Orchestre philharmonique de Vienne (1974), en compagnie desquels elle grava un remarquable Octavian dans Le Chevalier à la rose, en 1956. Éclectisme au meilleur sens du mot, la chanteuse vivant chacun de ses emplois, de mezzo ou de soprano, avec une rare vérité expressive, un sens aigu du théâtre et une pertinence musicale sans faille. Christa Ludwig fut par ailleurs une récitaliste et une pédagogue de renom.

—  Jean CABOURG

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean CABOURG, « LUDWIG CHRISTA (1928- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/christa-ludwig/