PIE IX, GIOVANNI MARIA MASTAI FERRETTI (1792-1878) pape (1846-1878)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La question romaine et l'antilibéralisme

Au début de son pontificat, Pie IX apparut – beaucoup plus qu'il ne l'était en réalité – disposé à composer, voire à prendre la tête du mouvement en faveur de l'unité italienne et des libertés constitutionnelles. Mais, après quelques mois d'une immense popularité, le mythe du « pape libéral » se dissipa au cours de la crise de 1848. D'abord on se rendit compte que, sincèrement désireux d'améliorer la situation de ses sujets par des réformes administratives, Pie IX répugnait par contre aux réformes politiques, craignant, s'il cédait à des laïcs quelque chose de sa royauté sacerdotale, de limiter l'indépendance spirituelle du Saint-Siège. Puis l'allocution du 29 avril 1848 rendit manifeste que, malgré ses sympathies pour la cause italienne, il n'accepterait jamais de jouer un rôle actif dans la guerre d'indépendance contre l'Autriche, incompatible à ses yeux avec la mission religieuse du père commun des fidèles. Les difficultés économiques et le manque d'habileté du pontife achevèrent de précipiter la crise : le 24 novembre 1848, Pie IX devait s'enfuir devant l'émeute et se réfugier à Gaète, en territoire napolitain ; quelques semaines plus tard, la république était proclamée à Rome. Le pape, soutenu par la diplomatie européenne, fut rétabli sur son trône grâce à l'intervention du corps expéditionnaire français du général Oudinot.

La restauration très réactionnaire qui suivit, sous la direction du cardinal Giacomo Antonelli, secrétaire d'État de 1848 à 1876, fut rendue plus impopulaire encore par la présence des troupes étrangères. Assurément, le petit peuple s'accommodait du gouvernement paternaliste du pape, qui put mettre à son actif un bon nombre de réalisations matérielles dont l'importance fut trop négligée par les historiens libéraux ; mais les classes cultivées étaient exaspérées par un régime qui ne laissait aucune responsabilité politique aux citoyens. Il ne fut pas difficile à Cavour d'exploiter cette situation et de procéder, à la suite de la guerre de 1859, à l'annexion de la Ro [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PIE IX, GIOVANNI MARIA MASTAI FERRETTI (1792-1878) pape (1846-1878)  » est également traité dans :

ACHÈVEMENT DE L'UNITÉ ITALIENNE

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 161 mots
  •  • 1 média

Paradoxalement, ce fut la chute du second Empire de Napoléon III, qui avait tant œuvré à l'unité italienne, qui autorisa l'achèvement de cette unité. Le rappel du corps expéditionnaire français (5 août 1870), qui protégeait le pouvoir temporel du pape Pie IX, permit en effet à l'armée italienne d'occuper sans combat la ville de Rome, dont les habitants votèrent par plébiscite leur réunion au royau […] Lire la suite

ANTONELLI GIACOMO cardinal (1806-1876)

  • Écrit par 
  • Roger AUBERT
  •  • 749 mots

Cardinal, secrétaire d'État de Pie IX (1806-1876). Fils d'un marchand de biens dont il tenait son esprit positif et le sens des affaires, Giacomo Antonelli entre en 1830 dans l'administration pontificale, où il fait une carrière rapide. Créé cardinal le 11 juin 1847, il demeurera simple diacre, comme beaucoup de prélats chargés de fonctions civiles ou politiques ; et son genre de vie évoquera touj […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 423 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Pie IX et le refus de la société moderne »  : […] Ouverture et raideur : après avoir cédé à la première tendance, Pie IX opte résolument pour la seconde. En dépit de l'enthousiasme provoqué par la manière dont il entreprend la réforme du gouvernement de l' État pontifical, son pouvoir se trouve balayé en 1848 par la conjonction de l'élan révolutionnaire européen et du patriotisme italien. Rétabli dans son autorité par l'intervention des troupes […] Lire la suite

GARIBALDI GIUSEPPE (1807-1882)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 2 649 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'artisan de l'unité italienne (1848-1867) »  : […] À l'annonce des premiers frémissements révolutionnaires, Garibaldi a décidé de rentrer en Italie où, dit-on, Mazzini s'est rallié à Pie IX, première étape d'une unification de la péninsule que l'on croit imminente. De retour à Nice en juin 1848, alors que déjà la réaction triomphe à Vienne, Berlin et Paris, il est accueilli en héros et s'apprête à faire allégeance au roi de Piémont, Charles-Alber […] Lire la suite

INTÉGRISME

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 5 671 mots

Dans le chapitre « Du « Syllabus » à Léon XIII »  : […] Élu pape en 1846, Pie IX avait d'abord donné quelques signes d'apaisement. Les révolutions de 1848 le ramenèrent sur une ligne d'opposition qui ne faiblit pas jusqu'à sa mort en 1878. En 1864, il publiait un Syllabus de quatre-vingts propositions, « recueil renfermant les principales erreurs de notre temps ». La dernière de ces « erreurs » condamnées était ainsi formulée : « Le Pontife romain peu […] Lire la suite

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 454 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « La Restauration : faillite des révolutions romantiques »  : […] Pour Metternich, l'Italie n'existe plus comme entité politique. Ce n'est qu'une « expression géographique ». En fait, c'est une nouvelle hégémonie autrichienne qui est rétablie. En dehors de la Sardaigne, qui conserve Gênes, des États du pape et du royaume de Naples, étroitement alignés sur Vienne, l'Autriche gouverne directement dans le Royaume lombardo-vénitien, ou par l'intermédiaire de membre […] Lire la suite

NÉO-GUELFISME

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 243 mots

En 1843, l'abbé Vincenzo Gioberti publie en exil son Primato morale e civile degli Italiani  : opposant la grandeur historique de son pays aux fausses valeurs propagées par la France, il propose son unification sous la forme d'un groupement des princes autour du pape, arbitre suprême. En 1845, ses Prolegomeni del Primato précisent sa théorie du néo-guelfisme (du nom des partisans du pape dans les […] Lire la suite

PREMIER CONCILE DU VATICAN

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 209 mots
  •  • 1 média

Le pape Pie IX convoque le concile du Vatican qui réunit sept cents évêques le 8 décembre 1869 dans la perspective de « trouver les remèdes contre les si nombreux maux qui oppressent l'Église » – mais tous pensent que le sujet essentiel sera la définition de l'infaillibilité pontificale. La constitution Dei Filius (24 avril 1870) définit, face aux erreurs du rationalisme, du panthéisme, du fidéis […] Lire la suite

PRINTEMPS DES PEUPLES

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 1 104 mots
  •  • 2 médias

Quinze ans après la flambée d'agitation libérale et nationale qui avait ébranlé l'ordre restauré par les vainqueurs de Napoléon lors du congrès de Vienne (1814-1815), l'Europe connaît, en 1848, une nouvelle poussée de fièvre qui, gagnant de proche en proche toute une partie du continent, s'étend cette fois jusqu'au cœur du système politico-diplomatique dont l'Autriche du chancelier Metternich cons […] Lire la suite

QUANTA CURA ENCYCLIQUE (1864)

  • Écrit par 
  • Roger AUBERT
  •  • 73 mots

Encyclique du pape Pie IX, publiée le 8 décembre 1864, condamnant le naturalisme sous ses diverses formes, en particulier le rationalisme moderne et la conception libérale des rapports entre la religion et la société civile. Elle est complétée par une liste de quatre-vingts propositions erronées, intitulée Syllabus (c'est-à-dire Recueil « comprenant les principales erreurs de notre temps »). […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger AUBERT, « PIE IX, GIOVANNI MARIA MASTAI FERRETTI (1792-1878) - pape (1846-1878) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-maria-pie-ix/