GERMANIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Germania, Allemagne

Symbole chimique : Ge

Numéro atomique : 32

Masse atomique : 72,59

Point de fusion : 937,4 0C

Point d'ébullition : 2 830 0C

Densité (à 20 0C) : 5,32.

Semi-métal argenté qui a été découvert par Clemens Winkler dans l'argyrodite (Ag4GeS4, 2 Ag2S) et dont les propriétés chimiques avaient été prédites par D. I. Mendeleïev, en 1871, à partir de sa classification périodique, comme étant analogues à celles du silicium, d'où le nom de ekasilicium qu'il lui avait attribué. C'est un métal rare : il représente 0,000 5 p. 100 de la croûte terrestre.

Le germanium est un élément gris-blanc, cassant, dont la structure cristalline est la même que celle du diamant. Il s'oxyde à l'air, entre 600 et 700 0C, et réagit vivement avec les halogènes, avec lesquels il forme des tétrahalogénures. Il se dissout rapidement dans les bases alcalines fondues pour donner des germanates, mais il résiste aux acides ; seuls les acides sulfurique ou nitrique concentrés et l'eau régale l'attaquent sensiblement.

On prépare le germanium à partir de ses minerais (argyrodite, germanite et reniérite) en les traitant par l'acide chlorhydrique concentré ; le tétrachlorure de germanium formé est purifié par distillation fractionnée, puis hydrolysé en hydroxyde, et finalement réduit à l'état métallique par l'hydrogène en atmosphère inerte.

Ce n'est qu'après 1945 que le germanium a acquis une importance pratique, à cause de ses propriétés semi-conductrices très appréciées des industries électroniques. Son dioxyde (GeO2), d'un indice de réfraction élevé, est employé dans la fabrication des objectifs à grand angle pour les instruments d'optique.

Le germanium possède plusieurs isotopes stables et radioactifs. Transparent dans l'infrarouge, le germanium et son dioxyde sont aussi utilisés en spectroscopie à cette longueur l'onde.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  GERMANIUM  » est également traité dans :

CRISTAUX - Synthèse des cristaux

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 6 270 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les semiconducteurs »  : […] Les semiconducteurs sont des corps non métalliques qui conduisent imparfaitement l'électricité et dont la résistivité décroît lorsque la température augmente. Ils trouvent de nombreuses applications en électronique et en informatique en entrant dans la fabrication de diodes, de transistors, de photoconductances et de photodiodes. Le germanium et, surtout, le silicium sont les principaux semicondu […] Lire la suite

IMAGERIE TÉRAHERTZ

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 424 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’émission térahertz, un développement récent »  : […] On définit la gamme térahertz (ou THz) des ondes électromagnétiques par les fréquences situées entre 100 gigahertz (10 11  Hz) et 10 térahertz (10 THz = 10 13  Hz, rappelons que la lumière visible a une fréquence de l’ordre de 500 THz), c’est-à-dire les longueurs d’onde comprises entre 30 micromètres et 3 millimètres. Ce domaine électromagnétique est intermédiaire entre l’infrarouge – très employ […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 602 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les solides covalents »  : […] À titre d'exemple, prenons deux atomes d'hydrogène initialement très éloignés l'un de l'autre ; ils possèdent chacun un électron occupant le niveau de plus basse énergie. On sait que ce niveau peut être saturé par deux électrons dans des états de spin opposé. Quand on rapproche ces deux atomes pour constituer une molécule d'hydrogène H 2 , chacun des deux électrons va être soumis à l'attraction de […] Lire la suite

MICROÉLECTRONIQUE

  • Écrit par 
  • Claude WEISBUCH
  •  • 13 674 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le circuit intégré (1958-1959) »  : […] Le circuit intégré n'est pas un concept aussi fondamental que le transistor : son invention résulte de l'association d'éléments déjà connus, sinon maîtrisés, en réponse à un besoin pratique. Jacques Kilby a décrit son système dans un brevet et des conférences et non dans des revues scientifiques. Comment est-il né ? Dès sa mise au point, le transistor a remplacé le tube à vide dans les appareillag […] Lire la suite

MISE AU POINT DU TRANSISTOR

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 140 mots

Le 23 décembre 1947, dans les laboratoires de la compagnie Bell Telephone, John Bardeen et Walter Brattain réussissent à faire fonctionner la première vanne électronique en utilisant trois cristaux de germanium. Ils l'appellent transfer resistor (résistance à transfert), ce qui sera abrégé en « transistor ». En quelques mois, leur collègue théoricien William Shockley rédige la théorie du transist […] Lire la suite

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Détecteurs de particules

  • Écrit par 
  • Pierre BAREYRE, 
  • Jean-Pierre BATON, 
  • Georges CHARPAK, 
  • Monique NEVEU, 
  • Bernard PIRE
  •  • 10 941 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Détecteurs semi-conducteurs »  : […] Les détecteurs semi-conducteurs sont essentiellement des chambres d'ionisation solides (fig. 8) , dans lesquels la perte d'énergie nécessaire pour libérer les électrons est voisine de 3 eV, contre près de 30 eV dans un gaz et 1 000 eV dans la combinaison scintillateur-photomultiplicateur. Cela leur confère leur principale propriété, qui est une résolution en énergie exceptionnelle. Celle-ci a révo […] Lire la suite

PREMIERS BREVETS DE CIRCUITS INTÉGRÉS

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 289 mots

À partir du milieu des années 1950, les semiconducteurs (diodes et transistors) sont venus progressivement remplacer les tubes électroniques. De plus faible dimension, ils sont très supérieurs en termes de rendement énergétique, de longévité, de fiabilité (problème crucial dans un ordinateur) et aussi de potentiel économique, puisque l'automatisation de leur production est beaucoup plus facile. U […] Lire la suite

SEMI-CONDUCTEURS

  • Écrit par 
  • Julien BOK
  •  • 4 772 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « semi-conducteurs purs »  : […] Les semi-conducteurs les plus classiques sont des cristaux covalents comme le germanium ou le silicium, éléments qui possèdent quatre électrons de valence. Par mise en commun d'électrons, on obtient autour de chaque atome une couche saturée à huit électrons (fig. 2a) . Les autres semi-conducteurs les plus utilisés sont des composés binaires formés d'un atome de la colonne III (trois électrons de v […] Lire la suite

Pour citer l’article

« GERMANIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/germanium/