PILON GERMAIN (1525 env.-1590)

Le tombeau de Henri II et de Catherine de Médicis

Ce fut encore sous le contrôle de Primatice que Pilon créa ses œuvres suivantes. Lorsque Catherine de Médicis fit édifier par Primatice un mausolée en rotonde à l'église abbatiale de Saint-Denis, Pilon fut parmi les artistes responsables de la décoration sculptée.

Il travailla d'abord au tombeau du roi défunt et de la reine, à côté d'autres sculpteurs comme Girolamo della Robbia et Maître Ponce. Cependant, la plus grande partie des travaux allait lui incomber progressivement. Il est l'auteur des gisants, des priants, de deux Vertus de bronze et de deux reliefs de marbre. Les deux autres Vertus sont de la main de Maître Ponce, tandis que les deux autres reliefs du socle furent sculptés par Frémyn Roussel et sans doute par Laurent Regnauldin (Lorenzo Naldini). Il est presque certain que Primatice exécuta l'esquisse du tombeau ; il n'est donc pas étonnant que les deux Vertus de bronze de Pilon, en particulier, soient influencées par le style de l'Italien. Mais on peut déceler dans les mêmes œuvres, surtout dans les gisants, quelques traces des attaches de Pilon avec la sculpture médiévale française. C'est dans le gisant de la reine, imitation d'une statue antique, la Vénus des Médicis, qu'il se libère le plus de ses attaches, peut-être parce qu'on l'y avait engagé.

Les priants, par rapport à ceux qui existaient sur des tombeaux antérieurs, révèlent une grande liberté dans le mouvement et une reproduction très personnelle de la physionomie ; ils permettent également de constater que Pilon a abandonné le gothique tardif pour l'art de la Renaissance.

[...]

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PILON GERMAIN (1525 env.-1590)  » est également traité dans :

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 203 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « La sculpture »  : […] est un des exemples les plus insignes du raffinement maniériste en terre française, dont le monument du cœur de Henri II, de Germain Pilon (env. 1537-1590), est une autre interprétation. Chez Goujon, comme chez Pilon, l'influence antique ou classique (Les Trois Grâces du monument du cœur de Henri II dérivent d'un modèle perdu de Raphaël, lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_22929

MÉDAILLE

  • Écrit par 
  • Josèphe JACQUIOT
  •  • 3 628 mots

Dans le chapitre « La France »  : […] ou de Jacopo da Trezzo ; Claude de Héry, Alexandre Ollivier. La série des médaillons dite « des Valois », par Germain Pilon, sculpteur, offre de remarquables portraits, coulés dans le bronze – sans revers –, de Henri II, Catherine de Médicis, Charles IX, Henri III et Élisabeth d'Autriche. Jacques Primavera, Italien d'origine, dont le style se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medaille/#i_22929

Pour citer l’article

Thomas Wolfgang GAEHTGENS, « PILON GERMAIN (1525 env.-1590) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/germain-pilon/